Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 14:10

 


 

 

Il y a des jours, comme ça, où l'on se sent nul. Louzeur, comme on dit en bon français.

Dans ces cas là, mon fidèle Aniki (non c'est pas mon chien mais mon mec, or c'est vrai qu'il est fidèle – enfin je crois) me remonte le moral.

 

Mais que faire lorsque nous sommes deux à nous sentir louzeurs ?

Lui et moi ?

 

L'autre jour, j'étais au trente-sixième dessous. Quelqu'un (d'inintéressant et de pas important, qui plus est) m'avait dit que « j'écrivais toujours les mêmes livres ». Ses arguments n'étaient pas idiots et je me suis senti comme une merde, après coup.

Quant à Aniki, il lui était arrivé une saloperie au boulot. Genre le truc assez chiant.

 

Pendant le week-end, nous nous sommes retrouvés amorphes, tout piteux, désespérés de nous-mêmes et prompts à nous lamenter sur notre sort.

- Chuis un écrivain de merde... J'écris toujours les mêmes histoires... Tu te rends compte... ça craint...

- Mais non.

- Je vais arrêter d'écrire...

- De toute façon vaut mieux être un écrivain de merde qu'un con.

- Pourquoi ?

- Parce que moi je suis un con.

- Mais non !

- Mais si. T'as vu au boulot je m'en sors pas. C'est parce que je suis un con.

 

La journée déprime était officiellement inaugurée.

 

Nous avons décidé de la consacrer en restant devant la télé toute la journée (enfin, devant le streaming sur ordinateur, car on n'a pas de télé).

On a regardé des programmes en différé et des séries télé.

- On est des vraies loques...

- Ben ouais mais on déprime... T'as envie de faire quelque chose, toi ?

J'aperçus mon reflet dans l'écran de l'ordinateur :

- Pff j'ai honte de montrer c'te putain de gueule de connard au monde entier, je te jure. Vaut mieux pas qu'on sorte !

On se marre.

- C'est vrai que t'as une sacrée gueule de connard.

- Oh je t'emmerde putain !

- Non t'es beau en vrai.

- Même. J'ai honte de montrer ma belle gueule de connard d'écrivain qui écrit toujours le même livre.

- De toute façon tous les écrivains écrivent toujours le même livre... Regarde ton idole Philip Roth.

- Oué mais c'est Philip Roth. Il a le droit, lui.

Nous nous forçons à nous rendre dans la cuisine, où nous nous réfugions sur la nourriture. Je prépare des hamburgers maison.

- Oh t'as la force de faire à bouffer, toi ?

- Ben en fait c'est juste pour pouvoir me goinfrer comme un putain de gros, tu vois. Chuis juste bon à me goinfrer.

Tout en cuisinant, je cogite grave :

- Mmh, j'aurais pas dû regarder toutes ces séries télé nulles comme Glee. Je suis sûr que ça m'a fait régresser. Et après j'écris des livres de merde.

- C'est pas toi qui penses, de toute façon, que la littérature c'est réactionnaire et que le roman n'est pas révolutionnaire ?

- Tout à fait. Le roman ne sera jamais révolutionnaire.

- Ben alors qu'est-ce tu t'en fous d'écrire des livres de merde ?

- C'est par amour-propre. Je veux qu'on me respecte.

Aniki soupire.

Les hamburgers sont plutôt réussis.

 

J'essaie de revaloriser Aniki, puisque en ce qui me concerne, je me considère comme une cause perdue.

- T'inquiète bébé, t'es un très bon travailleur et tu fais honneur au prolétariat. Tout va s'arranger.

- Nan...

- Mais si.

- Mais nan !

Bon.

J'abandonne.

Exploit, on part se promener. Notre pas est lent.

- Si ça se trouve, on s'entend bien parce qu'on est deux boulets.

J'acquiesce.

- Toi un écrivain de merde, moi une sorte de branleur chiant qui pige que dalle au boulot. Je suis sûr que tous mes collègues me détestent, en vrai.

- Au moins dans ton cas t'as un salaire qui tombe tous les mois...

- Et puis, comme on est deux boulets, y'en a toujours un qui va tirer l'autre vers le bas. On s'aide pas, tu vois ? Un cercle vicieux.

- Possible.

- Et notre tendance à nous trouver exceptionnels et à être autant fusionnels, c'est juste pour échapper à la dure réalité du monde extérieur, où, tout compte fait, la plupart des gens sont supérieurs à nous. D'ailleurs, si tu es communiste, c'est parce que tu veux niveler par le bas.

- Le pire c'est que t'as raison, probablement.

- A la fois, tu lis des livres drôlement compliqués pour un type inférieur à la norme.

- Mmh. Des livres qui n'intéressent que moi...

 

On a ruminé toute la journée.

 

La nuit est passée.

 

C'est marrant, parce que le lendemain en se réveillant, on s'est sentis vachement mieux. Optimistes, confiants en nos propres capacités, pleins d'énergie.

Comme quoi ça doit faire du bien, d'être un louzeur, de temps en temps.

 

 


Partager cet article

commentaires

clopine 12/08/2011 15:08



Franchement, Stoni, c'est scandaleux de venir déclarer ici être un écrivain de merde, sans nous donner la possiblité de vérifier par nous-même la réalité de la chose. Vu que tu ne donnes même pas
la liste de tous  tes bouquins qui-sont-toujours-le-même, comment veux-tu qu'on se fasse une opinion ? 


 


Non, non, si tu continues ainsi, nous, tes non-lecteurs, allons trouver que ça se trouve, même ton blog est un blog de merde. Voilà. Ca sera bien fait pour toi. Même que si Philip Roth (*) tenait
un blog, ça se trouve, il ressemblerait au tien, alors, t'as qu'à voir. 


 


Non mais. 


 


Clopine


 


(*) : je fais partie des PTDR- NL (Portons Tout Droit Roth au Nobel de Littérature), association qui dénonce le scandale de la non-attribution du Nobel à Roth, qui l'a mérité depuis son premier
bouquin, celui qui ressemble au second puis au troisième puis.... Tu peux en être, si tu veux. 


 


 



Ludovic 09/08/2011 21:21



Je confirme les propos de Hubert : les chiants, ce sont les pseudo-psychologues, les donneurs de conseils. Dans les moments de déprime, on n'a pas toujours besoin de conseils. Quand on en veut,
on en demande. Si on n'en demande pas, c'est qu'on n'en a pas besoin ou qu'on n'en a rien à faire.


Enfin, parfois, un bon moyen de surmonter une mauvaise passe, un coup de blues, c'est d'en parler, de se lâcher. Garder en soi une frustration ou un malaise, c'est rarement bon. En parler, c'est
déjà un peu en guérir. On n'a souvent pas besoin d'autre chose : se lâcher un peu. Et donner - pourquoi pas - dans l'autodérision. Comme je l'ai déjà écrit à plusieurs reprises, l'autodérision
est un excellent remède à la morosité.



hubert 09/08/2011 19:35



Y en a qui dans ce genre de cas se bourre la gueule histoire de faire baisser la pression.


Dans votre cas, ce fût une sorte de "bourrage" de gueule intellectuel (avec l'immence avantage de l'absence de gueule de bois le lendemain).


Pour ma part, une bonne déprime de temps en temps, çà ne fait pas de mal!


Le pire dans ce genre de situation c'est quand tu as la mauvaise idée d'en parler à quelqu'un qui n'a aucune psychologie - c'est à dire qui ne comprend pas qu'une bonne déprime c'est salutaire
une forme de saigné intellectuel - et que cette personne de sort des arguments du genre "penses aux enfants qui meurent dans le tier monde". Dans ces situations on s'en fout des petits gamins qui
meurent de faim car on ne pense qu'à sa pomme!



Jef 09/08/2011 17:34



témoignage : je confirme, tu fais honneur au prolétariat.


Je ne sais pas encore si je dois commenter l'esprit ou la forme de tes productions bloggestes... Si il faut percevoir autre chose ?



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss