Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 14:04

 

 


 

Nombreux sont les auteurs en quête d'éditeur qui me contactent pour me raconter leurs soucis et glaner un petit conseil par-ci par-là. Ils ont alors obtenu une réponse « positive » d'un éditeur et souhaitent avoir mon avis. Une cruelle majorité est, hélas, tombée sur un éditeur pourri. Statistiquement, tu as beaucoup plus de « chances » de tomber sur un éditeur pourri que sur un éditeur qui tient la route, car en ce bas monde il y a beaucoup plus de pourris que de corrects. D'où ce dossier.


 

Pourri est à comprendre dans les deux sens du terme. Certains éditeurs pourris sont des pourris car ils sont malhonnêtes. D'autres sont qualifiés de pourris car ils s'avèrent tout simplement incompétents. Dans les deux cas, le fruit est avarié et il ne faut point le manger.


 


 

J'abordais rapidement les éditeurs pourris dans l'article A l'aide ! Un éditeur m'a rappelé. Les messages que j'ai reçus m'ont prouvé que je n'avais pas assez développé le sujet. Réparation est faite aujourd'hui.

 

 

 

http://s3.static69.com/m/image-offre/1/7/8/0/17804a1f8d32d8f882cb6a4e787c9ff6-300x300.gif


 

Qui est l'éditeur pourri ?


 

La définition est simple : l'éditeur pourri est un type qui prétend être éditeur sans en avoir la véritable étoffe.


 

L'éditeur pourri est à la tête d'une petite structure mal distribuée et mal diffusée. Seulement, comme tu n'y connais rien en édition, pauvre jeune auteur, tu ne t'en rends pas compte, toi, qu'elle est mal distribuée et mal diffusée.


 

A l'origine, tu as trouvé les coordonnées de l'éditeur pourri sur internet, un peu par hasard, et tu lui as envoyé ton manuscrit car tu veux être publié. L'éditeur pourri te contacte et te dit « oh mon dieu c'est magnifique, je vous signe sur-le-champ ».


 

Or, si jamais tu signes chez lui (trop vite et sans avoir bien relu mon article sur le contrat d'édition...), tu te rendras compte qu'il y a un souci. Un gros souci. L'éditeur pourri bâcle le boulot. L'éditeur pourri est incapable de fournir des réponses précises à des questions essentielles (date de parution, tirage, date du versement de l'à-valoir...). Bien entendu, l'éditeur pourri rechigne à te verser ton chèque d'à-valoir. Si toutefois il te propose un à-valoir, ce qui ne va pas de soi... Finalement, l'éditeur pourri commence à t'annoncer que la parution de ton bouquin est fortement compromise par le contexte économique ou je-ne-sais-quel autre balourd...

Bref, tu en viens à regretter ton geste. L'aventure éditoriale de ton premier roman, qui devait normalement débuter dans la joie et le trac inhérent aux initiations, tourne au cauchemar tout court.

C'est la catastrophe.

Tu réalises prestement que l'éditeur pourri est en vérité une structure plus ou moins fantôme, qui fabrique des bouquins mais qui se trouve incapable de les vendre. Parce qu'elle n'est pas présente en librairie, nationalement parlant. Il s'agit d'une petite boîte qui vivote et qui menace de déposer le bilan tôt ou tard.


 

Cette découverte sera douloureuse pour les auteurs qui auront signé un contrat avec un éditeur pourri. Et elle sera toujours très décevante pour ceux qui s'apprêtaient à le faire.

L'éditeur pourri a un seul objectif : acquérir les droits de ton roman pour t'en aliéner à jamais. C'est aussi le cas d'un éditeur pas pourri (le contrat d'édition encadrant cette cession de droits). Mais l'éditeur pas pourri t'en aliène pour faire quelque chose avec le bouquin : l'imprimer, le diffuser et le vendre – autant que faire se peut. L'éditeur pourri, lui, t'en aliène pour NE RIEN EN FAIRE. C'est là tout le drame des éditeurs pourris.


 

Je ne citerai pas de noms, mais les commentaires en bas sont ouverts pour ceux qui ont envie de le faire.


 

Pourquoi tant de haine ? Quelles sont les motivations de l'éditeur pourri ?


 

Comprendre le mécanisme d'un phénomène permet de mieux le reconnaître. Intéressons-nous aux racines du mal.


 

Laisse-moi te dresser le portrait de l'éditeur pourri type que nous surnommerons Pourrito (car écrire « éditeur pourri » à chaque fois c'est chiant).


 

Pourrito a toujours rêvé d'écrire, ou de travailler dans l'édition. Hélas, les contingences de la vie l'ont écarté de cet objectif. Jamais Pourrito n'a côtoyé l'intelligentsia parisienne. Ce rêve lui trotte néanmoins dans la tête.

Après une carrière professionnelle qui n'a aucun rapport (décorateur, barman, architecte, prof, etc.), Pourrito décide de se jeter à l'eau : suite à un licenciement – ou une démission pour les plus frappadingues – notre ami fonde sa maison d'édition.


 

Le premier problème, c'est que Pourrito, il n'y comprend rien, à l'édition. Et il s'y connait encore moins. Du coup, il emprunte des livres à la bibliothèque. Cent conseils pour se faire publier – Pourrito n'écrit pas, mais ce genre de bouquin lui permet de cerner comment marche l'industrie du livre – ou L'édition de A à Z. La Chambre de Commerce locale, Pôle Emploi, lui fournissent au passage une formation de deux jours sur les métiers du livre qui n'a aucun intérêt, mais Pourrito est tout content, désormais il se sent apte à lancer des écrivains.


 

Deuxième problème : Pourrito a pas un rond, ou Pourrito est radin.

Du coup, Pourrito va lancer une structure en auto-entrepreneur, vu que ça coûte que dalle, voire en entreprise individuelle.


 

La maison d'édition est créée. Pour imprimer ses livres, la première imprimerie du coin fera l'affaire. Mais comment les distribuer-diffuser ?

Pourrito ne veut pas se faire distribuer par un truc qui lui coûte cher, donc un truc bien. Il va plutôt se tourner vers un distributeur à deux francs dont le réseau se limite à quarante librairies en Loir-et-Cher, qui certes ne lui coûte pas un rond. Chanmé.

Faut que tu comprennes que le choix du distributeur-diffuseur, pour un éditeur, c'est essentiel. Le mec sérieux qui lance sa maison d'édition va prendre rendez-vous avec des gros distributeurs, c'est-à-dire, dans la plupart des cas, des filiales des géants du livre (Interforum, Volumen, Hachette Diffusion, Sodis, etc.). Il doit convaincre, avec un projet travaillé et tout et tout, ces mastodontes de le distribuer-diffuser. Parce que ces dits mastodontes lui permettront d'avoir accès à un putain de réseau national de librairies et donc de vendre à peu près correctement ses bouquins. Or, le mastodonte de la distribution ponctionne une part sur le prix de vente HT du bouquin, une part importante, et Pourrito, en bon radin, ça lui casse les bonbons de céder autant du prix de vente HT au distributeur.

Pourrito a tort. Sans bonne distribution, une maison d'édition n'existe pas.

Mais Pourrito s'en fout d'avoir une bonne maison d'édition, car Pourrito est avant tout un illuminé feignant qui s'est piqué d'une lubie : devenir éditeur – pour flatter son ego.

Pourrito fait les choses n'importe comment.

Avec sa petite structure d'auto-entrepreneur et son diffuseur à deux balles qui ne vaut rien, Pourrito est heureux, il ne demande pas davantage. Et là, il commence à signer des auteurs.

Mais, pour payer des auteurs, encore faut-il vendre un minimum de livres. En étant présent dans trente-deux librairies en Loir-et-Cher, la mission est ardue. Au fil des ans, Pourrito peine à joindre les deux bouts, Pourrito ne paie plus ses auteurs, Pourrito fait n'importe quoi.

En 2015, Pourrito déposera le bilan et se lancera, je sais pas, dans la vente de savonnettes sur les marchés estivaux. Ou dans la décoration intérieure.


 

Résumons : les éditeurs pourris sont des incompétents ambitieux, mal formés, sans expérience, qui font nawak et bousillent les romans des pauvres auteurs qui ont le malheur de leur faire confiance.


 


 

Tu es sûr que tu veux signer chez Pourrito ?


 

 

 

 

 

La parabole de la boulangerie.


 

D'aucuns me répondront : Stoni tu es trop dur, pour les tout jeunes éditeurs, il faut bien leur laisser le temps de se lancer ! Oui mais non.


 

Laissez-moi vous conter la parabole de la boulangerie.


 

Il était une fois un mec qui voulait devenir boulanger. A l'époque, le pain était entouré d'un grand prestige social et culturel. Notre aspirant boulanger se renseigna donc sur le prix d'un fournil et d'un local commercial pour recevoir la clientèle. En effet, une boulangerie est toujours composée de deux espaces : un petit espace avec une vitrine et une caisse enregistreuse pour la vente, puis l'atelier derrière pour la fabrication.

Mais notre ami boulanger se rendit compte que, les deux espaces, ça coûtait cher à la location. Il loua seulement l'atelier afin de réaliser des économies. Comment vendrait-il le pain ? Eh bien, il pensait que les clients entreraient dans l'atelier pour lui acheter une baguette et qu'il procèderait à la vente entre deux fournées. Quand son investissement fut réalisé, les clients ne se hâtèrent pas. On les comprend : un atelier, c'est plein de farine, c'est salissant, et le four, ça fait une chaleur de ouf. Le client lambda n'a pas envie d'affronter de tels supplices pour aller quérir une pauvre petite baguette de pain.

Le boulanger de notre histoire fabriqua du pain, certes, mais n'en vendit pas.


 

Dans notre affaire, le boulanger c'est l'éditeur pourri, l'atelier c'est sa micro-structure, le pain c'est ton bouquin et l'espace commercial qu'il n'a pas voulu financer c'est un bon distributeur.

Ni plus, ni moins.

Un éditeur mal distribué ne vend pas de livres. Techniquement, n'importe quelle imprimerie peut en fabriquer. Mais les refourguer, c'est une autre affaire.

La parabole de la boulangerie a pour seule intention de te faire saisir toute l'importance de la distribution dans l'édition.


 


 


 

Comment repérer les éditeurs pourris?


 

Il existe des moyens très simples de repérer les éditeurs pourris. Dès que l'on te propose un contrat d'édition, camarade auteur, je te conseille vivement de procéder à l'examen complet de l'éditeur en question. Je ne rappellerai jamais assez souvent que, en signant un contrat d'édition, on cède les droits sur son œuvre. Plus jamais tu ne pourras faire éditer cette œuvre ailleurs. C'est l'éditeur qui la possède désormais. Aussi on ne signe pas n'importe quoi n'importe comment. Avant, on se renseigne !

 

 

 

 

 

ONZE TUYAUX POUR REPERER UN POURRI


 

1 / Il ne te contacte pas par téléphone.


 

Après avoir lu ton manuscrit et l'avoir « retenu pour publication », Pourrito te passe un mail, ou pire encore, t'envoie un courrier postal !

Un éditeur sérieux te contactera toujours par téléphone. Une longue conversation s'en suivra, restituée dans mon article Au secours, je vais signer un contrat d'édition.


 

2 / Pourrito ne te parle pas de tirage, ni de date de sortie, et encore moins de fric.


 

Le tirage ? La parution ? Forcément il n'en parle pas, puisqu'il n'en a pas la moindre idée ! N'oublie pas que Pourrito est un incompétent notoire. Quant au fric, il préfère ne pas t'en causer, vu qu'il n'en a pas à te filer.

Un éditeur sérieux, au cours de votre première conversation téléphonique, t'indiquera le tirage, la date approximative de parution (ou l'année), le montant de l'à-valoir.


 

3 / Il ne te donne pas d'à-valoir ou un très faible à-valoir.


 

Un éditeur sérieux paie ses auteurs. Combien de fois devrai-je le répéter ?


 

4 / L'éditeur n'est pas répertorié sur societe.com (ou infogreffe).


 

Vérifie toujours la présence de l'éditeur dans le registre du commerce et des sociétés. Une maison d'édition est une entreprise. Si l'éditeur n'y figure pas, c'est qu'il s'agit probablement d'une auto-entreprise. Je rappelle que l'auto-entreprise, c'est la formule qu'on a inventée pour les actifs qui fabriquent des bijoux en hobby et qui voudraient bien les vendre sur internet... Je caricature, mais bon, une petite maison d'édition ce devrait plutôt être une SARL.


 

J'ai pris l'exemple sur ce lien d'un petit éditeur qui était entré en contact avec mon blog. Comme on pourra le lire, l'éditeur est une SARL, gage de sérieux. Dans ce cas précis, l'examen est ok.


 

5 / L'éditeur est répertorié sur societe.com ou infogreffe, mais son activité déclarée ne correspond pas à l'édition.


 

Sans déconner, une de mes lectrices avait découvert en cherchant le nom d'un petit éditeur sur ces sites qu'il était enregistré comme... débit de boisson ! Tu veux te faire éditer par un débit de boisson, toi ?


 

6 / L'éditeur pourri est distribué - diffusé par Bidule Diffusion (c'est-à-dire par personne).


 

Demande à l'éditeur qui le distribue et le diffuse puis renseigne-toi. S'il ne s'agit pas d'un gros distributeur, bon courage pour vendre tes bouquins...


 

Je reprends comme exemple le petit éditeur qui m'avait contacté. Sur son site web, on peut lire qu'il est diffusé par Volumen. C'est très bien !


 

7 / Tu vas à la Fnac ou à la grosse librairie de ton quartier, et tu ne trouves AUCUN bouquin de l'éditeur pourri.


 

Car l'éditeur est mal distribué. AVANT DE SIGNER CHEZ UN EDITEUR, ALLEZ TOUJOURS VERIFIER DANS UNE GROSSE LIBRAIRIE SI SES DERNIERES PARUTIONS SONT PRESENTES !


 

8 / Ton libraire ne connait pas l'éditeur pourri.


 

Avant de signer, demande toujours à un libraire ce qu'il en pense. Pour être honnête, j'ai beaucoup de mal avec les libraires. La plupart sont braques ou complètement cons (je ne demande qu'à être contredit...). Mais bon, là, c'est une question de vie ou de mort. Le libraire est censé savoir si un éditeur est bien ou mal distribué. Son avis est un élément à prendre en compte.


 

9 / L'éditeur pourri ne te propose pas de le rencontrer dans ses locaux.


 

Eh oui, il n'en a pas, de locaux...

Un éditeur sérieux te proposera tout de suite de vous rencontrer dans son bureau. D'ailleurs je conseille fortement d'aller le voir, mais pour ça, lire : Au secours ! Je vais signer un contrat d'édition...


 

10 / L'éditeur pourri ne te donne pas son numéro de fixe, ni de portable.


 

Un éditeur sérieux te donnera ses coordonnées complètes : fixe, portable, email.


 

11 / Le premier tirage est inférieur à 1000 exemplaires.


 

Ou une production artisanale... En-dessous de 1000 exemplaires, je déconseille très très très fortement de signer un contrat...


 

 

 

 

ATTENTION : la plupart des éditeurs numériques (qui éditent sur internet soi-disant à compte d'éditeur) sont à classer dans la catégorie Pourrito. Lire l'article que leur consacre le blogueur Ludovic Mir (et ça te fait un autre avis sur la question comme ça).

 

 

Nous voici au terme de ce dossier sur les éditeurs pourris. Ces infos devraient te permettre d'éviter de faire une grosse connerie au moment venu... N'hésite pas à me contacter via facebook, ou par ici, si t'as besoin de quoi que ce soit.

 

 

 

 

 

 

  Pour aller plus loin sur les éditeurs pourris, lire les courriels que j'ai échangés avec un monsieur qui s'est senti visé. ça creuse le sujet comme qui dirait.

 

 

A lire aussi : un éditeur pourri me propose un contrat, que faire ?


 

 

 

 

 

 

Une question ?
Envie de partager ? (ton argent, ton corps... non je déconne)

Retrouve Stoni sur Facebook

 


 


 


 


 

Partager cet article

commentaires

Ivan GREINDL 17/08/2016 19:36

Même genre chez ILV ("In Libro Veritas") : à éviter à tout prix, car cette "structure" unipersonnelle (!?) ne tient aucun des ses engagements !

lahrech 12/05/2016 10:19

Voila ce qui pourrait arriver si vous vous adressez à Publbook pour une réclamation .Un courriel d'une collaboratrice contactant son supérieur lors d'une réclamation :De : Sandrine RAMOS
Date : 9 mai 2016 à 09:54
Objet : Fwd: Ouvrage :Sexualité Oblige
À : OLIVIER


Bon courage pour cette lecture !!! je te laisse voir si tu lui a envoyé et si il n'a droit à rien, merci de lui préciser, je ne voudrait pas qu'il fasse un malaise ! lol_Moralité :A ne pas fréquenter .Cet email a atterri chez moi par inadvertance .Il est très indicatif de l'ambiance d'acceuil.

stoni 30/05/2016 16:17

Wow, tu es tombé sur un sacré numéro, mon pauv vieux.

jabba 10/03/2016 14:39

Bonjour, est-ce que le fait de publier dans un mois (corrections faites, couverture faite, livres en prévente sur internet...etc) et de n'avoir toujours pas eu de contrat fait de mon éditeur un éditeur pourri?
N'est-ce pas lui qui prend des risques?

La fée bleue 26/01/2016 11:02

Je vois plein de trucs très approximatifs dans cet article, et des oublis.
Pour les oublis, l'éditeur pourri, c'est aussi l'éditeur qui, bien qu'il ait une diffusion et une distribution de fou, dans le genre Volumen, Interforum, etc., et qui, bien qu'il donne des à-valoir, ne fait AUCUNE, AUCUNE com', AUCUNE promo autour de son auteur. Ça élargit tout d'un coup terriblement le champ des éditeurs, n'est-ce pas ? Je suis même sûre que parmi ces éditeurs "pourris", on va pouvoir trouver nombre de ceux qui, dans la tête de l'auteur de ce petit billet, sont les meilleurs éditeurs auxquels on puisse avoir affaire (puisqu'ils versent des à-valoir et qu'ils ont une diffusion, ce qui semble être le seul gage de qualité pour Stoni). Parce qu'un bouquin, même chez Hachette, ou Gallimard, ou au Seuil, ou... liste non exhaustive, s'il n'y a pas un peu de sous pour la com', ne se vendra pas.
Concernant les diffuseurs, je pense que l'auteur de cet article doit manquer de connaissances sur ce métier (ou alors feindre de ne pas savoir). C'est très beau d'avoir une énoooorme diffuseur quand on est un petit éditeur. Ça fait très joli. Ça rassure les auteurs (et Stoni). Tant mieux. Mais le problème, c'est que les énooormes diffuseurs, ils préfèrent bosser avec les énoooormes éditeurs. Les livres des petits éditeurs (qui ne sont pas tous pourris) ont de très faibles chances d'être défendus par les énoooormes diffuseurs. Donc non, désolée, la diffusion, ça ne fait pas tout.
Alors moi je vais vous dire plutôt ce qui est un éditeur "pas" pourri : c'est une personne qui aime les textes, qui sait lire, repérer les forces et les faiblesses, qui peut faire un vrai travail avec l'auteur, qui saura l'accompagner, parler avec lui et instaurer une relation de confiance, qui fera en sorte que l'on parle du livre, qui mobilisera les moyens qu'il a (même petits) pour faire émerger son auteur. Je trouve donc cet article un tout petit peu trop réducteur. Et comme les commentaires sont ouverts, je me permets de modérer un peu...

stoni 16/02/2016 16:37

Bonjour La fée bleue,

Je suis désolée que mon article t'ait déçue. Je conçois que tu ne partages pas ma vision de l'édition.
Le blog et ses conseils s'adressent à des auteurs qui souhaitent être édités dans un cade d'édition normal, avoir un minimum de visibilité, ou du moins, se donner le maximum de chances pour.
Bien sûr, un auteur peut vivre une mauvaise expérience avec un grand éditeur, et je n'ai jamais prétendu le contraire. J'en parle d'ailleurs dans mon article sur les chiffres de vente.
Mais signer avec un éditeur un tant soit peu « installé », c'est se donner le maximum de chances pour que le livre ait sa chance et qu'il rencontre son lectorat.
On pourra me reprocher d'utiliser le terme « pourri » pour qualifier ce que d'aucuns reconnaîtront comme de la « micro-édition » ou de l'édition artisanale. Je n'ai rien contre ce genre d'édition, dans la mesure où l'éditeur explique aussitôt à l'auteur qu'il ne lui permettra pas d'accéder à un lectorat acceptable pour quiconque a des vues de notoriété littéraire.
Je pense que tu te trompes de blog, je ne donne pas de conseils à des auteurs intéressés par la micro-édition pour la bonne raison que ce secteur ne m'intéresse pas et que je n'ai aucune expérience en ce domaine. Je parle de ce que je connais : de l'édition que vous pourriez qualifier de « parisienne », je suppose.
Beaucoup d'auteurs signent avec de tout petits éditeurs, sans être conscients que cela ne répond pas à leurs aspirations. Cet article vise à leur permettre de faire le tri, si je puis dire.
La réponse que je te donne vaudra aussi pour la personne qui a commenté précédemment en m'accusant de ne pas donner les vrais chiffres de tirage. Je suis désolé, mais en-dessous de 1000 exemplaires cela devient de l'artisanal. Et tous les auteurs ne sont pas intéressés par l'artisanal.

Tinah 15/01/2016 11:51

on apprend des choses ici, reste à vérifier leur véracité!

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss