Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 12:22

 

 

tronconneuse-critique-negative.jpg

 

 

J'ai eu de la chance, jusqu'à présent. Je n'ai jamais eu de critiques négatives dans de grands médias. Il faut dire que, dans les grands journaux, à la radio, voire même à la télé, la critique négative se fait rare. On parle davantage des livres qu'on a aimés. La mauvaise appréciation est souvent réservée aux auteurs célèbres dont le roman est très attendu.

Lorsque les « jeunes auteurs » sont chroniqués dans les grands médias, ils ont de fortes chances de n'être pas trop mal traités.

 

Il n'empêche que j'en ai eues, des critiques négatives. Sur des médias moins importants. Ou même par oral, de la part d'un lecteur, lors d'un salon ou d'une conférence.

 

Pour moi, la critique négative n'est pas la critique mi-figue mi-raisin qui relève tant le positif que le négatif – le style est soigné, travaillé, mais il y a ci, il y a ça.

La critique négative est uniquement négative.

En gros, tu t'en prends plein la gueule du début à la fin. Pas de répit.

 

On me demande, parfois, ce que ça fait, d'avoir des critiques négatives.

Je réponds que ce n'est pas très agréable.

En vérité, j'ai un ressenti autrement plus véhément.

 

J'ai dû attendre pour en obtenir des gratinées.

Et quand elles sont arrivées... elles sont arrivées.

 

Peu importe d'où elles viennent, elles font mal. Y compris de la part d'un obscur blogueur, totalement inconnu, qui vous envoie le lien vers sa chronique histoire que vous puissiez savoir ce qu'il pense de votre bouquin (et, après tout, il a bien le droit de le faire).

Il y aussi celles dont on prend connaissance grâce à un fan, qui vous les envoie avec la promesse d'abattre leurs rédacteurs...

Les fans devraient comprendre que l'on s'en passerait bien, de leurs manifestations de loyauté...

 

Que dit la critique négative ?

Elle dit que tu as écrit (ou peint / réalisé / enregistré / joué, etc.) un joli tas de merde. Ni plus ni moins. Avec des arguments. Sur cinq ou cent lignes.

On se demande comment un livre aussi débile a pu être édité... Quand on pense au prix que ça a dû coûter en papier chez l'imprimeur... Une véritable arnaque... ça ne vaut même pas deux euros chez Maxilivre... L'histoire n'a aucune consistance... Les dialogues ne sont pas crédibles... D'un ennui mortel... Terminer ce roman m'a demandé un effort olympique... Rien à voir avec le dernier opus de Truc, qui, lui, a révolutionné la littérature (je te raconte pas l'effet que ça te fait si d'aventure tu peux pas encadrer le Truc en question). Du sous Bidule (Bidule étant un auteur connu), du sous Machin...

 

Comme tu t'en doutes, la première fois, ça fait bizarre.

 

Mais il y a pire.

La critique négative ad hominem.

En gros, elle vise non seulement ton œuvre, mais aussi ta personne.

Cet idiot congénital a dû être pistonné pour trouver un éditeur... Un inculte incapable d'utiliser un registre de langue convenable... Promotion canapé ?... Racoleur, vulgaire, voilà un pseudo écrivain tout juste bon à jeter aux chiottes... On se demande où il a pu apprendre à écrire, si toutefois il a appris un jour... Poseur... Déviant sexuel... Je l'ai entendu l'autre jour sur telle radio, c'est un vrai connard, j'espère qu'il se fera vite écraser par un camion... Il se la joue... Il ne travaille pas assez ses romans, sans quoi il en écrirait de meilleurs...

 

Comment tu te sens, après ça ?

Ben...

Au choix : comme une limace aplatie par un trente-huit tonnes sur le bord de l'autoroute (puisqu'on parlait de camion), ou criblé de balles par une rafale d'AK-47 (mais y'en a pas qu'une, d'AK, y'en a quinze – au bas mot).

 

Là, tu t'énerves. Et t'as envie de répondre.

Qu'est-ce t'en sais si je travaille ou pas mes romans, connard ?

Et tu peux rester en dehors de ma vie privée et de mes relations intimes avec les camions, bordel de merde ?

Sauf que ça ne servirait à rien.

 

Moi aussi, j'ai dit la même chose après avoir vu un film que je n'avais pas aimé.

 

Mais là, c'est écrit, noir sur blanc, ça te concerne, tu le lis et ça n'est pas près de disparaître.

 

Voilà. Tu es écrivain.

Même si tu n'es pas encore mondialement connu et que tes ventes restent tout simplement « satisfaisantes », tu es devenu une personne publique.

Il faut faire avec.

Il n'y a pas à répondre à ce genre de propos.

 

Des gens me détestent. Me méprisent. Tiennent des discours relativement inquiétants au sujet de ce qu'ils croient que je suis : sur ma vie privée, ma sexualité, ma famille, etc.

J'ai découvert que des gugusses scrutaient la moindre de mes paroles, sur le net, dans les médias, ou même ailleurs, pour les décortiquer et me critiquer, pour analyser ma « position d'artiste » et bien entendu, au final, me discréditer. De grandes discussions sur des forums m'étaient consacrées... Plus ou moins haineuses... Il y a en qui guettent « le prochain livre » uniquement pour le jeter en pâture.

 

 

C'est comme ça.

Je n'y peux rien.

 

Alors, j'ai décidé de ne plus lire les critiques. Bonnes ou mauvaises.

Ce n'est pas facile. Des fois, je craque.

Mais, le reste du temps, je me sens mieux.

Au bout d'un moment, scruter et dévorer ce que des inconnus disent de toi, ça n'est pas très sain...

 

Je ne suis pas le seul à avoir pris cette décision.

C'est mieux comme ça, je crois.

 

 

 

 

 

 

Rejoins les forces stonistes-léninistes

    sur Facebook

 

Partager cet article

commentaires

CClotilde 15/05/2015 00:23

Bon ben là, je vais m'arrêter. Même sincères, faut pas charrier avec les compliments.

stoni 16/05/2015 12:21

Ben moi ça me fait pas de mal, tu sais ! Tout au contraire !
Une chose est sûre : tu auras ton emploi fictif lorsque je serai hissé au pouvoir à la suite d'une révolution stoniste-léniniste plus ou moins sanglante... et tu auras même ton ministère !

CClotilde 15/05/2015 00:21

Merci, Stoni. Et puis je voulais vous dire que l'humour de vos billets ne produit pas son effet qu'un seul instant. Il ne dure peut-être pas toute la viiiie-eu mais c'est déjà pas mal ! Ce qui m'a fait rire il y a quelques jours m'est revenu par moments et m'a fait sourire. Ce billet en particulier et l'esprit en général. Certaines de vos réflexion m'ont même fait réfléchir ailleurs que sur l'écriture. Ce blog est un bon support psychologique (dans la mesure où l'on sait que de toute façon on ne se liquéfiera jamais dans nos buées d'hilarité lors de la réception d'une lettre de refus). Pourquoi vous dis-je tout cela ? Pourquoi que je vous cause Vin Dieu ! Parce que je crois qu'il faut toujours remercier. Je garde dans ma petite tête de midinette émue le souvenir de la page sur votre ami. Donc merci. Enfin, je sais pas : c'est la première fois que je me traite de midinette :-)

CClotilde 12/05/2015 05:29

Et sans compter, parmi les fans, ceux de votre humour, ici. Oui moi aussi. Quant à ceux qui avancent piètrement l'argument d'une indigence de vocabulaire, il faut leur dire de mieux écouter ce qu'ils lisent, ou l'inverse, je ne sais pas !!! Je doute que vous mettiez votre vocabulaire au purgatoire (mais non, c'est pas un gros mot) dans vos publications. Le langage peut être différent, volontairement très sobre ??(ne sachant pas qui vous êtes... je ne vous ai pas lu !) mais de là à balancer dans le fin fond du cortex votre culture lexicale, j'y crois pas mon brave monsieur. Merci de m'avoir encore fait rire malgré la migraine que je me trimbale (sans écrire pourtant, depuis quelque temps).Merci pour votre dévouement pour notre anti-déprime (vous pourriez très bien penser et puis basta). Bon, toujours pas léninisme, mais si ça vous fait plaisir, bonne semaine Camarade, à bas l'obscurantisme réactionnaire (là je sais pas ce que je dis, mais je le dis) .

stoni 14/05/2015 11:07

Ma foi, c'est fort juste !

Dalila 01/02/2014 16:30

Courage Stoni ! je n'ai pas lu tes livres bien sur mais je suis sure que tu écris très bien, rien que tes articles attirent bon nombre de lecteurs ! Pour ma part, je n'ai pas encore été publié, mais il n'y a pas si longtemps, une professeur de français, une doctorante, m'a dit des choses du genre : "Tu es encore loin d’être écrivaine, tu dessines mieux que tu n'écris, ton français est juste compréhensible pour les gosses, pour qui est-ce que tu te prends? tu vises haut alors que t'es rien, fais toi éditer et c'est tout, pourquoi tu cherches une bonne maison d'édition?!" . Je t'avoue que ça m'a vraiment fait mal, je fais beaucoup d'effort pour améliorer mon écriture, que mes histoires (j'écris des contes) soient attrayantes, qu'elles plaisent au lecteur...Elle n'a même pas lu ce que j'avais corrigé, à peine un petit d'extrait d'il y a un an et pourtant elle me juge. Je te comprends Stoni, je sais que ça fait mal, mais ne doute jamais de toi, pense à toutes les personnes qui te lisent et qui attendent ton livre, non pour te critiquer négativement, mais juste parce que ce que tes écrits les transporte, leur fais oublier leur quotidien :). Courage camarde !

AuteurPlus 17/01/2014 23:51

Une critique est une critique, un jugement est un jugement. Ce que je déplore est le fait que les gens critiquent en bien ou en mal sans avoir eu la permission ou la demande de le faire. par contre, si j'ai vu un film que je n'ai pas aimé, alors je ne porte pas de critique, j'émet une préférence personnelle que j'ai vécu.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss