Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 18:42

 

.

.

 

Depuis la création de ce blog, je prends le temps de répondre à presque tous les messages que je reçois.

 

Pour me contacter, vous pouvez passer par le formulaire d’overblog, par facebook, ou m’envoyer directement un courriel à l’adresse stonitruant[arobase]gmail.com.

 

Je mets parfois un peu de temps à vous répondre, car, succès du blog oblige, je reçois de plus en plus de messages. Et j’ai une vie à côté. Donc, si je mets une ou deux semaines, ne paniquez pas. Relancez-moi au bout de trois semaines.

 

Si vous m’avez écrit un message sympa, bien expliqué, je prendrai le temps de vous répondre sans faire le radin. Nombre de mes lecteurs pourront en témoigner, je crois : je peux faire des réponses très longues et très circonstanciées. Mais ça me demande du temps.

 

 

 

.

.

1 / Concernant la confidentialité de vos courriels.

 

Vous l’avez remarqué, j’utilise parfois vos messages pour introduire un nouvel article. Ce n’est pas systématique, je le fais uniquement si le message est pertinent et aborde un point dont je n’ai pas encore parlé sur le blog.

 

Pas la peine de me préciser dans vos messages « je veux que ce mail reste entre nous ». Je sais bien que vous ne voulez pas être reconnus ! Je ne suis pas débile, merci.

 

Ne soyez pas parano. Je ne dévoile rien à propos de mes lecteurs. Quand j’utilise un courriel sur le blog, je modifie ou supprime tous les éléments qui pourraient vous faire reconnaître. Faites-moi confiance. Je connais l’édition, je connais les éditeurs, je ne vous ferai pas courir de risques inutiles.

 

 

.

.

2 / Les messages auxquels je ne réponds pas

 

 

Je ne réponds pas aux messages uniquement écrits en langage SMS.

 

Je ne réponds pas aux messages d’insultes

 

3 / Pourquoi je ne lirai pas vos textes ni ne donnerai mon avis dessus

Parce que ce n'est pas mon rôle.

Je suis auteur. Sur ce blog, je vous parle uniquement de ma partie : écrire des romans. Je ne suis pas éditeur, ni critique littéraire. Je n'ai pas les compétences pour vous juger. Je n'ai pas à vous juger. Et ça ne m'intéresse absolument pas de le faire.

.

.

4 / Les diagnostics d’éditeurs

 

 

Sinon, vous êtes très nombreux à me demander mon avis sur tel ou tel éditeur qui vous a proposé un contrat, ou qui vous a tout simplement contacté.

 

.

.

 

TRES IMPORTANT…

 

Je ne réponds pas aux messages ainsi formulés : « Salut Stoni connais-tu Boubou éditions et qu’en penses-tu ? Merci d’avance ! Au revoir » ou bien « Bonjour, à ton avis est-ce que Boubou éditions est un éditeur pourri ? Merci d’avance ! Au revoir ».

 

Pourquoi ?

 

Dans 99 % des cas, je ne connais pas l'éditeur. Je ne peux pas vous répondre sans me renseigner. Et je n’ai pas le temps de me renseigner.

 

Si vous voulez avoir mon avis sur un éditeur, vous lui faites passer vous-même le test de l’éditeur pourri et vous me communiquez d’emblée les résultats. En fonction de ces résultats, je pourrai me prononcer.

 

Ne me donnez par l’adresse du site internet de l’éditeur. Je n’ai pas le temps d’aller le parcourir. Décrivez-moi plutôt l’éditeur, faites-moi un résumé.

 

Donc, si vous voulez mon opinion sur un éditeur : 1 / vous me communiquez les résultats du test Pourrito que vous lui avez VOUS-MEME fait passer 2 / vous m’expliquez bien le contexte.

 

Sinon, je ne vous répondrai pas.

Voilà.

 

 

.

.

 

Avant de me raconter ta life par mail,

tu peux toujours me rejoindre sur facebook

 

 

Partager cet article

commentaires

keria 24/10/2016 20:22

Stoni,
Merci pour tes info. On voit que tu as de l'expérience. C'est vrai que nous auteurs ont fait bcp d'effort pour presque rien, seulement 5 à 10% de part sur la vente des livres. Depuis le XVIII, date des droits d'auteurs qui ont été portés par Beaumarchais, ça n 'a pas changé. Quant à la publication, le parcours du combattant : 1% de manuscrits sélectionnés chez les grandes maisons d'édition, la plupart bien sûr d'auteurs déjà connus. Les maisons d'éditions nous font savoir qu'elles n'ont pas besoin de nous car elles reçoivent trop de candidatures, bref pareil que dans le monde de l'entreprise. Trop d'offres, peu de demandes, un écart qui ne cesse de se creuser et qui explique le manque de respect. Mais comment vendre tous ces livres sur un marché en berne ? La question qui tue pour les éditeurs qui reportent leur frustration sur les auteurs...Du coup, le sentiment de l'auteur : tous ces efforts (un livre c'est sûr faut des mois voire des années pour l'écrire) pour se faire traiter de haut! Comme de la merde (j'emploie pas ton expression, celle-là, est déjà assez dure comme ça). Bref toujours la loi de la jungle dans la sélection.

Eric-Pierre-Antoine Verheyden 04/10/2016 17:13

Madame Blois,

En lisant la rubrique de votre fort sympathique mail « REFUS DE MANUSCRIT », j’ai tout de suite compris que vous aviez adopté le style particulièrement rébarbatif de votre patron, Dominique Gaultier, que tout le monde qualifie de despote éclairé. Vos remarques sont non seulement totalement méprisantes mais en plus, vous ne savez même pas écrire cinq lignes sans faute.

Monsieur est un nom masculin, donc le mot « Cher » reste au masculin et non au féminin comme vous l’écrivez erronément dans votre mail.

Vous évoquez le fait de rester complètement hermétique devant l’avalanche de situations et de rebondissements déments. Vous confondez le terme dément avec utopique, décalé ou dérisoire. Là, non plus, vous ne savez pas jouer avec les mots. Et le fait d’être hermétique qualifie à suffisance votre manière de penser ou d’être; être hermétique, c’est être fermé, renfermé, Madame !

Enfin, vous me parlez de Cloclo. Il est mon meilleur ami depuis 1973. J’ai des manuscrits de sa part, son costume de scène, ses peignoirs, des bandes originales, des dédicaces. Je l’ai rencontré, il m’a serré la main et nous avons parlé à l’époque. Je pense le connaître cent fois mieux que vous. Vous évoquez ma vision iconoclaste de sa personne. Savez-vous seulement ce que signifie ce terme ? Je vais vous le dire puisque vous semblez l’ignorer : l’iconoclaste est l’ennemi de toute tradition, qui cherche à faire disparaître le passé. Ceci n’a donc rien à voir avec la version que je donne de Cloclo, ni de Gainsbourg, ni de Napoléon, ni du Petit Prince dans mon roman. Au lieu de faire disparaître le passé, je le ressuscite sous une forme qui doit sans doute dépasser votre entendement !

La, Madame Blois, vous faites fort !
En fait, je suis certain que vous n’avez pas lu mon livre ! Qui ne sait pas écrire ne sait pas lire, Madame !

Je ne suis pas le seul à penser que votre éditeur est un parfait crétin pour permettre à sa petite maison d’édition de critiquer sans vergogne les écrivains. En fait, je pense que ce monsieur n’aime pas les écrivains, il s’aime lui seul ! Relisez l’annexe sur ce que pensent les gens de votre maison et puis, surtout, achetez-vous un Bescherelle ou un Larousse et mettez-vous déjà à lire cela avant d’entamer la lecture d’ouvrages qui dépassent votre niveau !

Dernière chose, Madame Blois ! Cinq éditeurs de belle réputation se sont manifestés positivement à l’égard de mon manuscrit. Je n’ai donc pas besoin d’un paltoquet d'éditeur qui ne peut s’adonner qu’à la critique et au rabaissement des autres.

Je fais suivre cet échange sur les blogs concernés. Vous ne méritez même pas le timbre de l’enveloppe qui contenait mon manuscrit.

A bon entendeur, Madame !


Eric-Pierre Antoine Verheyden / Ecrivain
+32 493 14 19 65 - eaverheyden@gmail.com

La vie est un formidable jeu de piste

Eric-Pierre-Antoine Verheyden 04/10/2016 17:11

De: Le Dilettante
Objet: Refus de manuscrit
Date: 4 octobre 2016 14:14:18 UTC+2
À: eaverheyden@gmail.com

Chère monsieur Verheyden,

Nous avons lu votre manuscrit qui n'a malheureusement pas retenu notre attention.

Devant un tel manuscrit pas de demi-mesure: ou l'on adhère à votre univers ou l'on reste complètement hermétique devant cette avalanche de situations et de rebondissements déments...
Malheureusement pour nous c'est la deuxième solution qui s'impose.
Et puis quand j'étais petite j'étais fan de Claude François, vous comprendrez donc que je ne supporte pas votre vision iconoclaste de mon ancienne idole.

Nous vous proposons de le réexpédier à réception de la somme de 20 euros par mandat poste international.

Il est impératif de nous rappeler vos coordonnées et surtout le numéro suivant : 6

Attention, nous ne pourrons pas conserver votre manuscrit plus de deux mois après réception de cet e-mail.

Avec nos regrets, nous vous prions de croire en l'expression de nos sentiments les meilleurs.

Le service des manuscrits,

Nicole Blois
Le Dilettante

Jacques Dupé 21/05/2016 21:36

Bonjour !

Je tombe par hasard sur votre blog, et je me suis régalé ! Édité à compte d’éditeur (Flament éditions), puis à mon compte (autoédition), je n’ai évité aucun des écueils que vous décrivez si bien ! Pas grave, je suis à la retraite, mais quand même, je suis obligé de me taper tous les salons du livre de la région pour vendre une misère.
En tout cas vos remarques sont très intéressantes, car j’avoue que je me suis embarqué en toute innocence dans cet univers, avec la foi du charbonnier. Il se trouve qu’aujourd’hui, je suis en panne : bientôt deux ans que je suis sur ce fichu bouquin, réécrit 2 fois, et fini aux trois quarts. Mais peut-être que je me pose trop de questions... auxquelles vous apportez déjà un début de réponse.
Merci pour votre excellente prose (et quel style !)

stoni 30/05/2016 16:17

De rien Jacques. Je te souhaite bon courage et bonne chance pour la suite !

Samir Boutabga 08/05/2016 16:32

Salut, Voici une petite solution pour réduire le dégâts:
On ne donne que les trois premiers chapitres aux maisons d' Edition, si un éditeur aime ces trois chapitres et prévoit que la suite sera aussi belle, il nous cède le contrat et on le signe . Seulement après avoir signer le contrat qu'on lui passe le reste de notre roman . Oui, l’éditeur prendra le risque en signant un contrat sur un roman qu'il n'a pas encore terminer de le lire, mais c'est un risque il faut qu'il prenne parce que, nous aussi auteurs inconnus et sans défonce, on prend le risque en cédant l’intégralité de notre merveilleux extraordinaire chef d'oeuvre a quelqu'un inconnu aussi qui peut être un voleur d’idée...
Vous me dites que cet éditeur peut renoncer au contrat qu'on a déjà signé ( après avoir reçu, lu, apprécié tout le roman et décidé de le voler ) . la je vous dit qu'il n'a pas le droit, signé c'est signé, mais si il a le droit( suite a une clause dans le contrat) ça sera trop mauvais pour la réputation de sa maison d’édition surtout et je dis bien surtout si on a vraiment écrit un véritable chef d'ouvre . Mais si notre roman s'est avéré a deux balle, la, il a tout a fait raison de déchirer le contrat et surtout ça ne va en aucun cas toucher l'image de son entreprise ou ruiner sa réputation.
En tout cas , Rowling de Harry Potter a envoyé seulement les trois premiers chapitres de son roman au début de sa carrière.

sincerly yours

stoni 30/05/2016 16:18

Cela ne fonctionnera pas en France (du moins pas chez un éditeur sérieux).
Un manuscrit s'envoie en intégralité ou ne s'envoie pas.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss