Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2012 1 14 /05 /mai /2012 17:54

 

 

 


france-culture-dans-ton-cul-copie-1.jpg



Vous savez quoi ? En ce moment, quand j'écris « nous les auteurs », j'ai l'impression de mentir. C'est te dire, lecteur, à quel point je me sens à l'aise dans cette putain de profession.



Enfin, je dois malgré tout l'écrire. Donc, pour nous les auteurs, France Culture est une sorte de mythe. Non, pardonnez-moi, ce n'est pas une sorte de mythe : c'est un mythe. Un passage sur la radio publique culturelle te coiffe des lauriers que tout écrivain se doit de convoiter : l'auteur france-culé.





Le mythe.



Entre auteurs, on aborde le france-culage avec respect, dans des murmures graves et sentencieux. Le france-culage, ça n'est pas de la rigolade... Tout ceux qui ont été france-culés s'en vantent, et ceux qui ne le sont pas encore en bavent d'envie. Le france-culage sera bien entendu signalé sur le facebook de l'auteur, avec un lien vers le podcast de l'émission. Histoire que tes groupies hystériques puissent se masturber en écoutant ta prestation.

Quand, en tant que jeune auteur, tu considères toute l'aura que les auteurs accordent au france-culage, tu t'imagines des choses. Que c'est une expérience hors du commun, magique, que, après avoir été france-culé pour la première fois, tu passeras de l'autre côté. Un dépucelage, quoi. Tu auras même la prétention de croire que le france-culage aura un certain impact sur ta notoriété et tes ventes.



Qu'en est-il dans la vie réelle, mes amis ?

Comme d'habitude, Stoni est là pour te dire toute la vérité vraie sur un passage à France Culture.



La réalité



Un beau matin, mon éditeur m'appelle pour me claironner, en hurlant dans son téléphone, que je passe à France Culture. Ouais, putain, génial mon pote. Non sans déconner, moi je croyais que c'était bien. Au début.

Ton éditeur, exsangue, pantèle.

- Oh mon dieu Stoni, tu vas passer sur France Culture tel jour, n'est-ce pas magnifique, l'attaché de presse est tellement formidable, tu...

- Ah bon je croyais que tu l'aimais pas cet attaché de presse ?

- Mais non, je lui ai baisé les pieds, tu te rends compte, France Culture ? Bon alors tu dois venir demain à Radio France à 14h30.

Si d'aventure tu n'es pas disponible demain à 14h30 ? Eh bien, non, tu seras disponible demain à 14h30. Sans quoi ton éditeur te menacera de mort par lapidation parce que « France Culture oh mon Dieu mais c'est magnifique ».

- Euh bon mais c'est quoi l'émission à laquelle je vais participer ?

Question idiote, réponse idiote :

- Je sais pas.

Non, je te jure, le mec il a vraiment dit « je sais pas ». Je suis scié.

- Mais j'ai besoin de savoir c'est quoi l'émission. Que j'écoute au moins une fois avant, je connais pas France Culture, moi.

- On s'en fout. L'important c'est que tu sois à France Culture.

- Mais je veux écouter l'é...

- On s'en fout j'ai dit ! Appelle l'attaché de presse, il te dira, lui. Donc, demain à 14h30 studio n° 97.

Tu essaies d'appeler l'attaché de presse qui évidemment ne répond pas (il a peur de moi depuis la première fois que je l'ai vu, soi-disant j'ai été menaçant, je vous jure que ce n'était pas mon intention).



Bref.



Le lendemain tu te la ramènes donc à 14h30 aux studios. Déjà pour y aller, tu prends une pure ligne de RER pourrave, bien relou à repérer sur la carte, c'est super pratique.

Après t'être déshydraté une heure dans le RER, tu débarques devant le bâtiment pour le moins immonde de la Maison de la Radio. Une sorte de disque spatial que tu attribues naïvement à la France pompidolienne, soit à la pire époque architecturale qui fût au monde. Plus tard, tu apprendras que la vérité est ailleurs, soit dans le pire encore : la chose daterait de De Gaulle.

A l'intérieur, vu la gueule des locaux, tu as du mal à croire que ça date de De Gaulle. T'imagines plutôt un truc qui remonterait aux années cinquante. L'ORTF, quoi. T'es à peu près sûr qu'il y a de l'amiante dans les murs. Là, tu te mets en mode foulard noué autour du visage (ce qui bien entendu t'attire les regards médisants des rares employés croisés). La Maison de la Radio est bâtie comme l'enfer de Dante (tout s'explique) : par niveaux circulaires. Tu tournoies donc à la recherche du studio 97. Eh oui, 97 : y'en a un paquet, de studios, et tu tournoies longtemps de la sorte.



 

maison-de-la-radio.jpg

Le dixième cercle de l'enfer





Il n'y a pas de fontaine d'eau à l'horizon et, après ton périple dans le RER, tu commences un peu à avoir soif. Ben tant pis pour ta gueule.

Enfin, tu déniches le studio 97. A l'intérieur, personne. Un début en fanfare dites donc. Tu as le temps d'explorer le lieu, néanmoins. Le studio est immense, avec plein de bordel partout qui sert à rien : des chaises et des tables empilés. Une table non empilée a été laissée dans un tout petit coin avec des micros. Enfin, l'aquarium des ingénieurs du son.

Tu attends. Tu attends.

Tu te demandes si tu es dans le bon studio.

Tu ressors, croises un rare employé.

- Euh bonjour, je suis Stoni je dois participer à une émission dont je connais pas le nom parce que je terrorise mon attaché de presse, néanmoins savez-vous si je suis dans le bon studio là, parce que là, y'a personne comme qui dirait ?

Le mec te répond :

- Chais pas, moi.

Et pis il se barre.

Oulà ça commence bien tout ça, moi je vous le dis.



Tu retournes à l'accueil, demandes à l'hôtesse si tu t'es pas loupé. La meuf regarde sur sa liste.

- Mais si, vous êtes bien attendu au 97.

T'y retournes fissa et attends encore trente minutes. Il est désormais 15h20. Chanmé.



Bon, là je dois vous faire une confidence : je sais pas ce que j'ai avec les journalistes, mais alors, manque de pot, je tombe toujours sur des cons. Je n'en ai pas rencontré des dizaines non plus, mais ceux qui ont croisé mon chemin faisaient fort. Malpolis, arrogants, méprisants, négligés, etc. Je ne souhaite pas généraliser et garde l'audace prométhéenne d'imaginer, parfois, des journalistes charmants, accueillants, professionnels, courtois.

Pour te résumer en deux lignes le profil type du journaliste : disons que s'il a lu ton bouquin, tu peux déjà t'estimer heureux.

Putain le journaliste qui a pas lu ton livre, quelle plaie. Il te pose des questions complètement débiles et te fait grave perdre ton temps. Un peu comme si un journaliste interviewait Victor Hugo pour les Misérables et lui demandait « Bon alors, la bande-dessinée, vous avez commencé quand ? Quoi ? Ah bon ? - il ne s'excuse surtout pas de s'être trompé - Enfin, le roman, vous avez commencé quand ? Les Misérables, pourquoi ce livre sur la plus basse caste indienne ? Quoi ? Ah merde, oui, c'est les intouchables... Enfin quand même, ça se passe en Inde, pourquoi ? Quoi ? A Paris ? Alors pourquoi Paris ? » etc, etc, etc.



Le journaliste de France Culture ne déroge pas à la règle. Lorsqu'il arrive avec une heure de retard, il te salue du bout des lèvres et te fait comprendre qu'il est en retard, qu'il a pas que ça à foutre et que, limite, tu le déranges avec cette émission, putain quoi, il préférerait pouvoir rentrer chez lui.

Tu n'as toujours pas droit à un verre d'eau (je ne parle même pas d'un caoua, ce serait franchement du luxe).

Tu lui poses des questions qui le font grave chier. Quand tu avoues ne pas connaître son émission (et donc que tu aimerais bien qu'il te la présente, histoire que tu saisisses ce que tu fous là au juste), le mec le prend personnellement et tire une gueule de dessous de pied. A force d'insister, tu arrives à lui soutirer les informations essentielles : l'émission est une émission littéraire (une victoire, mon attaché de presse étant capable de m'avoir fait inviter à un truc, je sais pas, sur le jardinage par exemple), elle passe à 23h30 mais attention elle est aussi disponible sur le net en podcast.

Là tu te dis : 23h30. Ok, personne ne va écouter ce machin.

Et t'es blasé.



Horaire nocturne ou pas, il te faut néanmoins enregistrer cette magnifique émission pour laquelle le journaliste présente un degré de motivation wallah ma parole ça fait peur. L'ingénieur du son se la radine. Tu lui dis bonjour. Le journaliste te fait les gros yeux du genre « mais pourquoi adressez-vous la parole à ce prolétaire qui je ne saurais voir ? ».

Oulah.

Je suis pas une célébrité mais sortez-moi de là quand même.

L'ingénieur du son se fend d'un grand sourire reconnaissant. Au moins un de content, c'est déjà ça.



Lorsque j'enregistre une émission de radio, je suis généralement incontrôlable, aussi je te passe les détails de mon intervention, qui, cela dit, aura eu le mérite de réveiller les mecs qui s'endorment à 23h30 sur la route, l'autoradio branché sur France Culture. Ce jour-là, combien de vies ai-je sauvées ?

Enfin, je suis désolé, mais quand on me pose des questions cons, je fournis des réponses cons. Le mec a lu le bouquin (ou l'un de ses assistants-stagiaires payés à coups de lance-pierre l'a fait pour lui), les questions restent toutefois débiles. Un peu comme si on demandait à Victor Hugo pour les Misérables : « Alors, Jean Valjean, quel nom étrange ! Où avez-vous trouvé un nom pareil ? » ou « Cosette, c'est un élément autobiographique ? ».

Je te jure, dès qu'on me demande « ceci, cela, c'est autobiographique ? », j'éprouve l'envie morbide de catapulter le type par la fenêtre la plus proche. Il n'y a PAS de question plus débile que « c'est autobiographique ? ». Camarade lecteur, si tu es journaliste, ou si tu veux devenir journaliste, promets-moi de ne JAMAIS demander à un auteur « c'est autobiographique ? ». Ok ? Merci.



Le journaliste n'est pas très content que tu aies répondu connement à ses questions connes (à la fois, que puis-je faire d'autre, au moins suis-je resté poli) et te congédie sans merci ni merde ni au revoir, à la France Culture quoi.



Le soir tu écoutes l'émission, qui a été montée. Les coupes te font passer pour un débile de premier rang - tu passes du coq à l'âne – voire pour quelqu'un de dangereux - tu ricanes bêtement alors que la question porte sur la nécrophilie - bref, super le montage, cool, cimer mon pote.

Oscillant entre le désespoir et le désir de mort, tu t'aventures à chercher le taux d'audience de France Culture, de nuit ou de jour, peu importe. Tu parles de casser la baraque : même OUI FM est plus écoutée en région parisienne. Niveau national, c'est presque pire : les grandes stars France Musique et Virgin Radio éclatent la pauvre radio culturelle dans un gang-bang honteux.

Putain ça te fait une belle jambe tout ça.



Ton éditeur met un lien vers le « podcast » sur son facebook, avant de te passer un mail où il te dit laconiquement :



Pas génial l'émission. Une prochaine fois peut-être.



Ni merci, ni merde, ni au revoir, lui aussi il se le joue à la France Culture, ce con.

Toi, tu ne postes rien sur ton facebook, d'ailleurs tu préfères oublier au plus vite cette expérience traumatisante et tu prends soin de maudire tous les confrères qui t'ont saoulé avec le mythe du france-culage.



Personne ne te parle de l'émission, puisque personne ne l'a écoutée. Ça fera bien sur ton CV, et encore. Voilà, tu n'as pas de lauriers, tu n'as rien gagné, tu ne vendras pas plus de livres.

Tu t'es tout simplement bien fait france-culer.







 

Le même blog avec plus de trucs mieux

sur Facebook





Partager cet article

commentaires

Stoni 30/04/2013 13:49

Jordan, tu sais je veux bien que l'on m'accuse de dire du mal sur France Culture : mais où dans l'article tiens-je de tels propos ?
Je précise dans ce billet que je n'écoute pas la radio, France Culture ou n'importe quelle autre, pas plus que je ne regarde la télé. Comment pourrais-je émettre un avis sur leurs programmes ?
Je raconte simplement comment j'ai été très mal reçu par ce journaliste qui a très mal fait son travail.

Sinon, je connais quelques auteurs qui ont aussi été fort mal reçus chez France Culture.

Si tu t'intéresses de si près à la radio, tu devrais lire ce livre :
http://www.editionsdelga.fr/317-france-culture.html

difficile pour moi de juger si ce livre touche juste ou pas, vu que je n'écoute pas la radio. mais je connais pas mal de gens qui se sont bien reconnus dedans.

Lilette 19/02/2015 13:29

Explique quand comment pourquoi tu trouves que France Couture est de bonne qualité.

Stoni 30/04/2013 21:43

Le mythe c'est le mythe que je décris en introduction chez les auteurs, à savoir que passer sur france culture changerait ta vie, que c'est une consécration. en réalité ce n'est pas le cas. ça me semble assez clair...
Je ne parle pas du mythe de la radio, d'ailleurs je dis bien dans le texte que je ne fais pas partie de ses auditeurs.

Le livre est très critique. Cela dit pour le peu que j'ai entendu (ou vu !) de france culture je pense en effet qu'il y a eu une grosse dégradation du contenu depuis dix ans.

Jordan 30/04/2013 20:32

C'est parce que tu parlais du "mythe" France Culture.
J'ai aussi été étonné par les commentaires de certains. En réalité, c'est plutôt la réaction que ton article a suscité qui ne me plaisait pas trop, enfin, que je trouvais un peu excessive.
Je vais aller voir ce livre ! Merci !
Dommage, France Culture est une belle radio, il faut savoir faire le tri !

Jordan 29/04/2013 20:04

Après une minute de réflexion supplémentaire : c'est peut-être parce que cette radio est d'aussi bonne qualité, qu'elle est malheureusement victime d'elle-même et qu'elle est récupérée ou instrumentalisée par une certaine "intelligentsia"qui va ensuite, comme tu le dis, se vanter d'y être passé. Il faut faire la différence entre ce qu'elle représente, dans le milieu littéraire-branché (un objet de pouvoir), et dans le milieu des gens simples (^^), c'est-à-dire, un dernier gage de qualité et de pensée (?).

Jordan 29/04/2013 19:55

Et mille fois pardon : "exigence" pas exigeAnce...

Jordan 29/04/2013 19:53

J'aimerai tout de même dire quelques mots pour France Culture. Ils sont assez grands pour se défendre, c'est sûr, mais comme j'apprécie ce qu'ils proposent...
Je trouve quand même que cette radio est différente, et porte une certaine exigeance, qui, comme souvent, n'est pas comprise, et même, moquée, rejetée. Tandis que sur Europe 1, on interrompt les invités, sur RTL on écoute les publicités, sur Virgin Radio on déroule en boucle les mêmes nouveautés, sur Skyrock on insulte les gens, sur NRJ on gagne des concours ; et bien sur France Culture, on découvre, on s'étonne, on discute... PAS de pub, PAS de coupures intempestives. On privilégie la pensée simplement. Ce n'est pas toujours réussi, parfait, original, etc, mais au moins, on sent un respect vis-à-vis de l'auditeur, une envie, de la passion.
C'est la même chose à la télévision. Gad Elmaleh se moque d'Arte alors tout le monde se moque d'Arte. Il y a comme un rejet de toute exigeance, de tout effort. C'est l'équation M6, le langage doit être formaté, sinon, bah c'est ennuyeux, c'est nul, c'est pour les intellos.
Donc, je comprends tout ce qui a été dit dans cet article, et je suis sûr qu'il dévoile les mauvais côtés de cette radio, pas si parfaite. Ceci dit, j'ai aussi l'impression qu'il porte quelque peu ce rejet de "l'intellectuel" que l'on retrouve très, et trop souvent.
C'est un simple avis, qui accepte d'être contredit à son tour ! ^^

Lilette 19/02/2015 13:28

La réponse est: c'est monté.
Pas besoin de les interrompre.
Mais question prétention qui pue la mort, France Turlute est pas dans le peloton de queue.
Pas de pub, tu m'étonnes, y a tes impôts qui raquent, pas sur RTL.
Arte a tué Pivot, a tué les émissions pas si mal d'avant, Arte a tué la culture en France. Qu'on la moque, on fait bien. C'est pas parce qu'il y a par hasard une émission intéressante tout les 36 du mois qu'elle joue son rôle. On peut faire intéressant et culturel, ils le font bien à l'étranger. C'est quand la dernière fois qu'Arte a investi dans un documentaire qui t'a tenu en haleine? Je me rappelle des débuts de la 5, pas la chaîne de Jean-Claude Bourret, l'autre qu'il y a eu juste après, je sais pas si c'était déjà France 5. Il y avait en permanence des docu sur les vikings, l'histoire, etc, tu pouvais regarder ça H24 et toujours apprendre de nouvelles choses.

Vincent 03/08/2012 14:13


le "c'est autobiographique ?" étant devenu la spécialité sous formes diverses de Claire Chazal

stoni 28/04/2015 13:36

Cet article ne vise pas à critiquer en général la qualité de France Culture, mais à vous donner mon ressenti lors de mon passage.

Tontonk100d 27/04/2015 14:22

J'écoute France-Culture depuis une trentaine d'année, j'ai appris beaucoup de choses et passé d'excellentes soirées (je l'écoute en dessinant) RTL est au moins autant subventionnée que France Culture, et c'est inécoutable (coupé par la pub tous les quarts d'heure ou même davantage!) Arte, c'est autre chose, c'est de la télé...

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss