Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 13:22

 

 

 

inspiration.jpg

 

 

 

J'ai reçu des messages, ces dernières semaines, de lecteurs du blog qui me « reprochaient » gentiment d'être un peu (beaucoup) démoralisant lorsque je parle d'écriture et surtout d'édition. Ces lecteurs voudraient bien être édités à leur tour.

 

D'abord, je vous glisse un lien vers un article qui – c'est rare chez moi, j'en conviens – aborde l'édition sous un angle positif.

 

 

Aujourd'hui je vais vous parler d'écriture, car l'écriture, voilà quelque chose qui peut épanouir, rendre heureux. Elle est aussi une source de bien d'efforts et de déceptions : mais quel travail ne l'est pas ?

 

 

Mon article « comment commencer un roman » est très-très-très lu par les gentils et vénérables visiteurs de ce blog. La plupart d'entre eux débarquent là-dessus depuis google. Avec pour requêtes : « je veux commencer un roman », « par où commencer un roman », etc. Et ils tombent donc sur ce texte mi-poétique mi-flemmard, qui ne dit pas grand-chose et ne répond guère à leurs questions, sinon pour affirmer : ouais c'est pas facile de commencer un roman.

 

Je m'apprête donc à répondre plus sérieusement à cette grande question : « comment commencer un roman ??? C'est vrai quoi putain ! »

 

On m'a déjà posé la colle. Des lecteurs, principalement, lorsque je suis en dédicace ou en rencontre.

Ma réponse a toujours été évasive. De toute façon, je crois qu'il existe autant de réponses qu'il n'y a d'auteurs.

 

Une chose est sûre : je galère grave ma putain de race quand je commence un roman.

 

 

Un roman, c'est une alchimie bien complexe qui m'échappe complètement. Une sorte d'accident de laboratoire. Je me retrouve avec un monstre-de-Frankenstein-bébé-éprouvette dont je n'ai pas forcément voulu, alors il faut faire avec. Je suis toutefois drôlement content qu'il soit vivant.

 

Une deuxième chose est sûre. Le roman, au début du processus d'écriture ou à son terme, n'est jamais celui que j'imaginais en écrivant les premières lignes.

 

Un roman, ça vient, ça part.

 

Je ne fais rien de très particulier pour commencer un roman.

A la base, j'ai quelques idées. Une idée générale du genre d'histoire que je veux raconter. Des scènes. Des personnages. Souvent, ceux-là changeront en cours de route... De physique, de mentalité, de caractère, de passé.

Ces idées m'habitent depuis un moment. J'ai déjà des idées pour un prochain roman lorsque j'en termine un... Il y a des idées qui se sont développées pendant des années, sans que je les ai touchées, préférant alors me consacrer à une autre histoire. Et puis, il y a des romans qui se sont présentés comme ça, d'une manière impromptue, du jour au lendemain. Bam je me réveille, un beau matin, avec une vague allure romanesque.

 

Ces idées, je ne sais qu'en faire.

Je les laisse mûrir, ou pas. Je les étudie avant de m'endormir.

Je me dis qu'elles sont plutôt bonnes. Ou plutôt mauvaises.

J'ai des romans, dans la tête, que je n'écrirai sûrement jamais. Trop complaisants, trop vains, trop autobiographiques...

 

Je n'ai pas de conseils particuliers à donner pour commencer un roman.

Il faut juste essayer de se faire plaisir.

Ce que j'aime, quand j'écris, c'est inventer un petit univers. Je crois que ce devrait être la seule motivation sérieuse de l'auteur qui se met à écrire : se faire plaisir. Bien sûr il y a des histoires qui sont douloureuses à raconter, et plaisir n'est peut-être pas, dans ce cas, le mot le plus adéquat. On les raconte pourtant, ces histoires, parce que leur rédaction nous soulage, nous fait du bien. Il y a bien un peu de positif là-dedans.

 

Hélas le petit univers est parfois long à se constituer. Je continue à (essayer d') écrire pour atteindre ce plaisir-là. Les premiers temps de rédaction sont, chez moi, rarement jouissifs. Je cherche un peu tout à la fois : les lieux, l'action, la narration, les mots, les personnages...

 

Ce n'est pas très valorisant ni très glorieux.

 

Je travaille seul. C'est bien pénible. Je refuse toute lecture jusqu'à la fin de mon premier jet.

 

Le premier fichier Word que je crée, pour le nouveau roman, ne sera pas celui avec lequel je le terminerai... Je modifie mon histoire à mi-chemin, je change tout. Je réécris tout... Je me retrouve avec des machin.doc, machin1.doc, machin2.doc, machin3.doc...

 

Certains romans avortent. On les commence, on ne les finira jamais... Ou alors sous une forme bien différente.

 

Il y en a qui écrivent un bouquin en quelques semaines. Je les appelle des éjaculateurs précoces. Je les envie ! Moi, je suis long à la détente. Je mets des mois et des mois à pondre un truc à peu près viable... Surtout depuis que je suis édité...

 

Quand je parle de mon « nouveau roman », je suis très circonspect. Je n'en parle qu'à mon mec. Et je choisis mes termes : « mon nouveau projet », « le texte sur lequel je travaille en ce moment », « le petit texte que je fais ».

Je n'ose pas dire « roman » tant qu'il n'est pas terminé.

Superstition. Manque de confiance en moi.

 

En vérité, cette phase laborieuse du début du roman ne prendra fin qu'avec le premier jet. Là, je pourrai enfin le qualifier de roman. Avant de passer encore au minimum six mois à réécrire et peaufiner la chose...

 

 

 

 

 

A lire aussi : mon article Quand on finit un roman, peut-on et doit-on en être satisfait ?

 

 

 

 

 

Des questions ? Ou un simple besoin d'affection ? Rejoins Stoni sur Facebook !

 

 

Partager cet article

commentaires

Michel G 27/06/2015 19:41

Bonjour Stoni, merci pour le temps que vous donnez.
Je comprends que certain se demande savoir comment commencer un Roman, et ou trouver un lieu, enfin comment planter le décor. Je leur répondrais que vous pouvez écrire un Roman assis sur la cuvette de WC, avec un Ordi Portable. Maintenant c’est à l’Auteur de savoir ce qu’il fait, puisque personne ne le voit. Le fait d’écrire est de raconter une histoire, trouver un décor ou un endroit, et le nom des personnages. Il faut juste avoir un peu d’imagination. Pour moi, c’est surtout le fait d’écrire sans faire de faute d’orthographe, mais pour le reste j’ai beaucoup d’imagination, et de plus je vis mon écriture. Le fait d’écrire c’est bien, le faire publier c’est un plus, mais il doit aussi captiver les lecteurs et lectrices. Si c’est juste du blabla, autant le laisser dans des cartons, ou dans un fichier informatique, cela coutera moins chère à ceux qui paye. Quand à moi, je ne souhaite pas donner un centime, et je constate que la route va être très longue. Donc un écrit est propre à l’auteur, il faut juste se creuser la tête, et ce n’est parce-que vous avez été à l’école pour faire ce métier que vous avez de l’imagination. Jules Vernes quand il a créé une fusée pour aller dans la Lune, cela a dû être très difficile pour lui d’y croire, mais par la suite ses idées ont fait leur chemin dans l’esprit de certain. L’écriture peut faire rêver, alors rêvez en écrivant, imaginez vos personnages, les endroits, les lieux, même s’ils n’existent pas encore. Un auteur met un doit sur un personnage, comme un marionnettiste, c’est lui l’animateur, maintenant il faut être cohérant pour ne pas être ridicule quand-même. Dans la vie, il y a ceux qui racontent des histoires, ceux qui les écoutent et les autres souvent les critiquent, puisque eux ne sont capables d’en écrire et sont souvent jaloux, j’avais oublié ceux qui les exploitent. La première fois que j’ai composé une musique et écrit mon premier texte, certains m’avaient demandés à qu’elle auteur compositeur cela ressemblait. Mais j’avais répondu que c’était de moi, et que je n’avais copié personne. Bien-sue qu’il avait des influences ; mais bon le créateur s’inspire en y mettant sa pate, cela est son identité, sa touche perso.
Voilà, je me suis permis d’intervenir, je m’en excuse, mais je voulais dire quelque chose, même si cela ne sert à rien. Mon premier Roman je l’ai écrit pour mon Fils, et ma Muse pour lui dire que je l’aimais toujours, même si je ne l’ai pas revu depuis huit ans.
Michel G.
Ps : s’il y a cinquante fautes d’orthographe au mètre, je vais surement devenir riche. (MDR)

stoni 30/06/2015 14:09

Merci pour ce commentaire qui en fera réfléchir plus d'un à mon avis !

Huey 19/04/2015 13:43

Salut. En fait, j'ai lu ton article -bien sûr- et je me suis rendu compte que je n'avais toujours pas la réponse à ma putain de question. Parce que moi, je cherchais un lieu, un endroit où je pourrais placer mes personnages pour enfin commencer ce bordel de premier chapitre ! J'ai pleins d'idées et je sais exactement de quoi parle mon histoire seulement, seulement le chapitre nommé premier numéroté 1 c'est lui mon problème. Après bah si tu peux pas me répondre je me contenterais d'aller voir ailleurs si j'y suis...
Autrement j'aime beaucoup ton blog et je vais de ce pas fouiller au milieu de tes articles voir si je pourrais m'informer sur quelque chose que je ne sais pas !

Jean Claude Derey 13/01/2015 08:42

Bonjour Stoni, ce fut un plaisir de lire ton article, cela me rappelle mes débuts dans le secteur, et je pense que ton article aidera également les nouveaux initiés dans le métier.

stoni 13/01/2015 13:09

C'est cool si aujourd'hui tu galères moins qu'à tes débuts pour commencer un roman.
Chez moi, c'est toujours hyper compliqué. Mais bon, à la longue (de quelques années de carrière), j'en suis venu à accepter le fait que j'étais un écrivain un peu merdique. C'est bien, ça déculpabilise.

stoni 13/01/2015 13:05

De rien mec.

julfran Dongo 01/01/2014 01:01

Je m'en veux ne pas vous avouer que je suis entièrement touché par votre humble solidarité . Merci infiniment .

julfran Dongo 01/01/2014 01:01

Je m'en veux ne pas vous avouer que je suis entièrement touché par votre humble solidarité . Merci infiniment .

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss