Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 14:21

 

 


 

 

Je suis un auteur édité. Je raconte mes soucis, pérégrinations, désolations et rares félicités d'auteur édité dans les articles de la catégorie de mon blog « ma vie de caca écrivain ». Camarade lecteur, si tu me lis depuis longtemps, tu dois le savoir – et si tu es un petit nouveau, tu le découvriras bien vite – ces articles ne dressent pas un portrait très flatteur de l'expérience d'un auteur édité.

 

Je crois que, quelque part, c'était un peu la vocation de mon blog depuis le début. Donner à voir un aspect, peut-être biaisé, mais un aspect tout de même, de la réalité d'être écrivain.

 

Dans les commentaires de mon précédent article, où je relativisais l'impact de la présence de ton bouquin sur une table de nouveautés à la Fnac, Ludovic, un lecteur, m'a posé la question :

 

« Alors, qu'est-ce qui est intéressant, à être édité ? Pas le pognon, puisque seuls quelques grands veinards vivent de leurs écrits. Alors ? La célébrité ? Voir son bouquin sur la table à la FNAC ? Une certaine reconnaissance, dans le "milieu" ? Ou, plus simplement, la satisfaction de se dire "je l'ai fait" ? »

 

 

Je répondrai à cette question en deux temps.





Premier temps : le dépucelage du ou des premiers romans.



C'est vrai. Nombre de mes articles sur l'édition sont plus ou moins négatifs.

Seulement, quand on édite son premier livre, eh bien, on a encore le droit de se faire des illusions.



Ce fut mon cas. J'étais pourtant (et je suis toujours) « coaché » par un malin et diablement subtil conseiller occulte – un ancien éditeur. Donc, j'étais préparé.

Mais, malgré tout.

L'espoir est humain.



J'écrivais des romans. J'avais envoyé mes manuscrits. Et puis, mon histoire a été acceptée. Alors, je suis rentré dans le métier.



La première fois, on a beau prévoire le pire, on a aucune idée de ce qui nous attend.

Parce que, malgré tout, on est heureux.

Et c'est bien normal.



Dans mon cas, le premier roman ne s'était pas trop mal passé. J'avais été remarqué, ce qui était déjà, en soi, un exploit. J'en garde d'assez bons souvenirs.

J'étais reconnaissant. Envers mon éditeur, envers la profession en général. Je me disais que j'avais eu de la chance. J'avais l'impression de vivre quelque chose qui sortait de l'ordinaire.

Je découvrais tout cela.

 

J'ai alors aimé être écrivain. Les avantages passaient largement devant les inconvénients. Je ne me souciais pas ou peu du mépris. Je ne me souciais pas ou peu de mes ventes, de la presse, des rumeurs, des inimitiés. Je n'avais pas de disponibilité intellectuelle pour cela. J'étais tout à mon roman. Il y a des choses qui m'ont vexé, bien sûr. Mais, globalement, je vivais un kiff ultime : éprouver la transformation du roman en une chose qui « vit ».

 

Seulement, ensuite, je me suis habitué. A être un auteur.

Et j'ai entrepris d'être plus exigeant. De déceler tous les aspects négatifs. Quand on s'installe à l'étranger, c'est un peu pareil. Au début, on ne voit que les bons côtés. Et puis, au fil des mois et des années, la patrie, la vraie, manque. On voit beaucoup plus les défauts des autochtones, on veut rentrer chez soi, etc.

 

Ben quand t'écris c'est pareil : tu te lances là-dedans, tu fais ton trou, et puis tu te rends compte que, bon, y'a aussi des trucs chiants, quoi.

 

 

 

Deuxième temps : quand l'origami s'envole

 

Passons le cap du premier roman. L'auteur est désormais dépucelé. Il a bouffé toute la merde qu'on devait lui faire bouffer, il sait à quoi s'attendre.

 

Pourquoi continue-t-il à éditer (dans le cas de figure où il continue effectivement, car nombreux sont les désistements de début de carrière...) ?

 

L'argent joue, quoi qu'on en dise, un petit rôle de moteur. Un petit, hein. Mais, quand bien même les sommes sont ridicules (comptez, dans les cas les plus fréquents, entre mille et cinq mille euros par bouquin), ça fait toujours réfléchir. On se dit « ouais, si j'écris un truc, je pourrais peut-être me payer telle bagnole, telle moto, tel bidule».

Quant à moi, j'avoue que ce n'est pas un élément négligeable.

 

Mais bon. Je suis honnête : sachant toutes les merdes qu'on se tape avant et après l'encaissement du chèque d'à-valoir, euh, une motivation autrement plus grande entre en jeu.

 

Je ne dirais pas celle du plaisir d'écrire.

Elle n'est pas spécifique à l'auteur édité. Quand je n'étais pas édité, j'avais déjà le plaisir d'écrire.

 

C'est celle de l'envol de l'origami.

 

J'avais déjà utilisé la « parabole » de l'origami dans un article pas très joyeux non plus.

Origami, tigre de papier... Le roman c'est imiter la vie et faire croire qu'elle est vraie. Chose de papier, le roman simule, imite. Il est à la véritable « histoire » (l'expérience d'une vie, d'un homme, d'un peuple, etc.) ce que la cocotte en papier est à la poule en chair et en os.

 

L'auteur qui n'est pas édité sait plier l'origami. Il en connait les plaisirs et les souffrances.

 

Or, l'auteur édité voit son origami s'envoler.

Et ça c'est bon. C'est très très bon.

On confie l'histoire au monde. Au petit monde – car, même pour un Goncourt, que sont cinq cent mille lecteurs sur les sept milliards d'êtres humains ?

On le confie quand même.

 

L'origami part.

Bien qu'elle soit émaillée d'une pléthore de déceptions et d'obstacles, la période de la préparation éditoriale est un joli moment à vivre (sauf exception, on s'en doute). J'ai confié mon tigre de papier à des gens. Pour le meilleur ou pour le pire. Mais ça, je ne le sais pas encore.

Les gens examinent mon tigre de papier. Ils me disent qu'il est réaliste. Nous discutons beaucoup du tigre de papier. Les noms, personnages, lieux, actions, dont il est composé sont évoqués, articulés, prononcés par d'autres personnes.

 

Je le peaufine. Je m'occupe bien de lui.

Je suis fier de lui.

Je ressens beaucoup de peur pour lui. Peur qu'on s'en occupe mal. Peur qu'on ne le juge pas à sa juste valeur.

Lui s'en fiche.

 

Ce qui avait été silence, pendant tous ces mois de travail en solitaire, devient bruit. Négociation. Visuel. Argent. Communication. Etc. Etc.

 

Et puis l'origami est reproduit en milliers d'exemplaires.

 

Il devient roman pour des gens que je ne connais pas. Les personnages se transforment, s'en vont, se matérialisent, se dématérialisent.

Le livre vit ailleurs. Dans l'imaginaire des inconnus qui le déchiffrent, chez eux, en bibliothèque, dans le train, en transport en commun, partout. Dans ce rare aspect noble et beau de la littérature, le nombre des lecteurs n'a aucune importance.

Je me souviens avoir participé à un salon du livre qui mélangeait des auteurs édités à compte d'éditeur (et pas des moindres) à des auteurs édités à compte d'auteur. A proximité de ma table il y avait un type qui s'auto-éditait. Il s'était fait connaître dans les villes environnantes, car il était du coin et avait eu des articles dans la presse locale. Je l'ai vu discuter avec ses lecteurs. S'il avait vendu deux cents exemplaires de son bouquin, c'était bien le bout du monde. Eh bien, ce gars voyait, tout comme moi, son propre origami s'envoler. Son plaisir n'était pas moindre au mien – sûrement était-il même supérieur.

 

J'ai donné la vie. J'ai fait le monde de mon monde. Et, le temps des deux heures trente-sept minutes qu'il faut à tel quidam pour lire mon roman, tout a existé.

 

Je ne sais pas à quoi l'on peut comparer ça.

Mais c'est comme l'héroïne.

L'essayer, c'est l'adopter.

Cela dit, comme l'héroïne, on peut en décrocher... c'est dur, ok, cependant c'est faisable.

 

 

Voilà.

Aujourd'hui, c'est tout ce que je peux dire à ce sujet.

 

 

 

Partager cet article

commentaires

stoni 04/01/2013 13:39


bon courage à toi et bon envol d'origami !

hendiadyn 03/01/2013 22:01


Tombée sur le blog par hasard, je me suis un peu fait mal sur quelques révélations, mais dans l'ensemble ça va. Je savoure.


Je m'arrête pour commenter sur cet article, parce que le coup de l'origami est franchement bien trouvé. Je suis encore au stade du pliage, gros gros pliage, si bien plié que le papier se déchire
presque à force de repasser dessus. Mais au moins cette petite métaphore d'origami va m'aider à expliquer à mes proches que non, je veux pas me faire plein de fric ni connaître la gloire, juste
assister à l'envol.


Bref. C'était la minute émotion. Bravi pour ce blog et surtout bon courage pour la suite !

stoni 07/01/2012 12:03


Belle faute dyslexique ! Mais est-ce que Stoni s'en... relèvera ???


 


Merci je te souhaite aussi une bonne année en revanche pour la gauche et le front, non merci, je vous le laisse volontiers ! y'a assez de fléaux comme ça dans le monde lol.

r1 06/01/2012 14:12


Oui, on te suit depuis longtemps, et il y a toujours la même coquille dans le chapeau : " Ecrivain
anonyme, Stoni ne te relèvera pas sa
véritable identité"... Plein de voeux pour une années 2012 pleine de gauche, avec du front dedans, cher Stoni !

stoni 09/11/2011 13:46



@ Aukazou : caca proust


 


@ Joseph : je suis bien d'accord, ce qu'on ressent parfois en lisant des bouquins d'histoire... évidemment dans mes articles je ne parle que de littérature et de ce que vit un auteur de roman
parmi tant d'autres, quant aux essayistes et historiens, c'est une autre histoire ! mais j'imagine que les choses ne doivent pas faciles pour eux non plus



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss