Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 13:55

 

 


 

 

 

 

 

Ha ! Quand je pense que certains accusent mon blog d’être « égotiste », tandis que je consacre mon temps libre à informer les auteurs perdus dans le monde maléfique de l’édition !

 

Bon, m’ayant bien assez ouvert le cul en une seule phrase, passons aux choses sérieuses.

 

 

Voici un message reçu il y a quelques temps déjà (publié avec l’accord de l’auteur et synthétisé par mes soins).

 

 

Mon cher et vénérable Stoni,

 

Je me sens aussi énergique qu’un bulot, en ce jour maudit où je prends l’audacieuse initiative de t'écrire.

En tant que grande lectrice de ton blog, je requiers ton avis franc et éclairé.

 

J’ai envoyé une petite dizaine de manuscrits à des éditeurs, voilà plusieurs mois. Après avoir reçu quelques refus, enfin, j’ai un appel !

C’était il y a quinze jours. Un directeur littéraire de chez XXXX Editions (censuré pour le blog, mais un poids-lourd de l’édition française) me téléphone : il a adoré mon roman et il va le recommander au comité de lecture.

Evidemment, je suis toute jouasse.

Depuis, aucune nouvelle. Jusqu’à ce matin : j’ouvre ma boîte aux lettres et y récolte mon manuscrit retourné par ce monsieur, assorti d’un courrier qui attribue tous les mérites au roman… magnifique, jouissif, novateur, enfin tu vois… mais le comité de lecture n’a pas suivi l'avis de ce directeur littéraire et le texte est refusé.

 

Je viens te prendre la tête pour en parler avec quelqu’un de l’intérieur, car je suis fort égarée.

Que dois-je faire ? Rappeler l’éditeur pour le remercier ?

Continuer à envoyer des manuscrits ? Ou bien abandonner ?

 

Pourquoi une telle cruauté ? Pourquoi m’avoir donné des faux espoirs ?

 

Je ne sais plus où j’en suis.

 

Avant de te quitter, je tiens à préciser que tu es l’être le plus intelligent du monde et, j’ose poser LA question, que ferions-nous sans toi ?

 

Amitiés,

Souad

 

 

Bon, d’accord, la dernière phrase du message je l’ai un petit peu modifiée (j’ai rajouté quelques virgules).

 

 

 

 

 

La réponse de Stoni, ici, maintenant, tout de suite, now !

 

 

Selon moi, notre amie Souad s’est confrontée à deux problèmes : primo son ignorance complète du rôle et du fonctionnement d’un comité de lecture, deuzio son ignorance complète de la psychologie (pourtant, ma foi, fort basique) d’un éditeur (ou directeur littéraire, ou directeur de collection, ou tout ce que vous voulez…).

 

 

 

 

 

 

LE COMITE DE LECTURE DANS TON CUL !

 

 

Dans un premier temps, expliquons ce qu’est exactement un comité de lecture.

 

Un comité de lecture regroupe une dizaine de mecs payés pour examiner des manuscrits après une première sélection opérée par des lecteurs rémunérés. Ensemble ils délibèrent pour choisir ceux que l’on va éditer ou pas.

 

Le comité de lecture est la petite exception culturelle des éditeurs qui veulent se distinguer (exemple : la Blanche chez Gallimard est soi-disant tributaire de la validation d’un comité de lecture… soi-disant, hein…).

En l'absence de comité de lecture, c’est l’éditeur, ou le directeur de collection, qui choisit les manuscrits. Parfois il doit obtenir l’accord de son patron ou d’un directeur commercial, mais à la base, c’est lui qui drive son truc, si j’ose dire.

 

Le rôle du comité de lecture serait de soumettre ce genre de choix à un collège de décideurs éclairés, pour éviter les boulettes.

 

En réalité, le comité de lecture est une vile fourberie inventée par des gens qui n’ont pas envie de se casser le cul.

Le fait qu’il y ait plusieurs lecteurs répartit les tâches (« euh je prends deux manuscrits pour la semaine et le petit nouveau il prendra le reste, c’est-à-dire les quinze qui attendent depuis onze mois… »), répartit les responsabilités (« les Mémoires de Mickey Mouse c’est pas moi qui les ai soutenus, c’est Jean-Mi ! ») et ça fait style chez nous on est trop soudés et trop en travail d’équipe (« la culture d’entreprise, Antoine G. il kiffe ! »).

 

En réalité toujours, vous imaginez bien que le manuscrit écrit par Oussama Ben Laden, où il révèle qu’il n’est pas mort mais que c’est son frère jumeau caché qui a été éliminé par les Américains, ben il passera pas par un comité de lecture…

 

Le comité de lecture est donc une tradition honorifique qui, comme toutes les traditions honorifiques, est surtout là pour faire joli mais qui ne sert pas à grand-chose.

 

Lorsqu’un éditeur vous dit « je vais recommander votre roman au comité de lecture », ça veut dire qu’il n’a pas un véritable pouvoir de décision et qu’il s’abrite derrière cette excuse pour, implicitement, vous faire comprendre « euh mon coco je suis pas sûr qu’on va pouvoir te signer, là… ».

 

Vous allez me dire : pourquoi l’éditeur prévient-il l’auteur de la recommandation du manuscrit pour le comité de lecture, s’il n’est sûr de rien ?

 

Nous abordons là le deuxième problème rencontré par Souad.

 

 

 

 

UN EDITEUR ET PARIS HILTON SE SITUENT SUR LE MEME PLAN

D’UN POINT DE VUE PSYCHOLOGIQUE

 

(ET ENCORE PARIS HILTON EST VACHEMENT PLUS MARRANTE)

 

(SI SI JE VOUS JURE UNE FOIS JE L’AI RENCONTREE)

 

 

paris-hilton.jpg

 

 

Vous avez affaire à un éditeur ?

Vous déduisez alors être en relation avec un être expérimenté, professionnel, intelligent et cultivé ?

 

Que nenni !

 

Vous venez de vous coltiner un bobo parisien superficiel et arriéré : et c’est ce mec-là qui est décisionnaire de votre carrière littéraire !

 

 

 

 

ATTENTION N°1 !

IL EXISTE DES EDITEURS HUMAINS, PROFESSIONNELS, INTELLIGENTS ET CULTIVES.

 

SACHEZ SEULEMENT QU’ILS SONT EN INFIME MINORITE.

 

 

 

ATTENTION N°2 !

 

LE PASSAGE QUI SUIT PEUT HEURTER LA SENSIBILITE DES PERSONNES TRAVAILLANT DANS L’EDITION.

 

SI VOUS TRAVAILLEZ DANS L’EDITION JE VOUS RECOMMANDE DE NE PAS LIRE CET ARTICLE.

 

 

 

 

Je vais vous dire ce que je pense de la mésaventure de notre amie Souad.

Le directeur littéraire qui l’a recontactée pour lui dire « ah mais votre roman est magnifique je le recommande de ce pas au comité de lecture ! » a agi de façon totalement anti-professionnelle.

 

Je considère qu’un éditeur ne doit jamais appeler un auteur avant d’être fixé sur le sort d’un manuscrit.

 

Les mecs qui s’amusent à téléphoner aux auteurs pour leur fournir de ce genre de fausses joies sont désespérants, inhumains et n’agissent pas en professionnels de l’édition. Mon jugement est arrêté, personne ne me fera changer d’avis à ce sujet.

 

Mais, voilà, ça n'a pas empêché l’éditeur de Souad de se comporter de la sorte. Pourquoi ?

 

Nous allons retracer tout ce qui est arrivé à l’éditeur qui a appelé Souad depuis la réception du manuscrit, pour mieux comprendre son comportement.

 

L’éditeur qui a appelé Souad est né en 1962 dans une famille de la bourgeoisie parisienne. En 1980, il passe un bac littéraire mention bien.

Non je déconne.

 

A onze heures du matin, un vendredi, notre homme arrive dans les locaux de sa maison d’édition (heure d’arrivée normale pour un parisien – et encore je dirais que c'est un petit lève-tôt celui-là !), à Saint-Germain-des-Prés.

Toute une pile de manuscrits, assortis de leur fiche de lecture, l'attend. Oh là là, que de travail ! L'éditeur est consterné et d'ores et déjà harassé. Il compulse les manuscrits en lisant trois lignes au hasard et décrète : « De la merde... de la merde... de la merde... ».

Et puis, d'un coup, il tombe sur le manuscrit de Souad, qui tient la route. Pire encore : il est pas mal du tout ! Chose tellement rare que notre éditeur se tape un orgasme littéraire au milieu de son bureau. MON DIEU MAIS C'EST MAGNIFIQUE. QUARANTE-SIX ANS DANS LE METIER JAMAIS VU CA !

Si l'éditeur était un être rationnel, relié à l'ordre de la production comme nous autres pauvres prolétaires, il suivrait la procédure de sa boîte : recommander le manuscrit au comité de lecture. Mais il attendrait d'avoir le retour du comité pour informer Souad. Si c'est positif, voilà, il l'informerait de la bonne nouvelle en lui faisant une propa (proposition). En cas de réponse négative, il pourrait l'appeler, si ça lui chante, afin de lui dire que son manuscrit est de qualité et qu'elle doit continuer à écrire et tout et tout.

 

Sauf que. Sauf que voilà.

L'éditeur décroche son téléphone. Avec ses petits doigts boudinés moites de sueur, il compose le numéro de Souad.

- Allô ?

- Bonjour vous êtes Souad ?

- Euh oui ??

- Ecoutez je suis monsieur le directeur littéraire, j'ai lu votre manuscrit et je l'ai trop kiffé ! Ça le fait meeeec !

(le prénom de Souad influence l'éditeur à emprunter « un langage des banlieues ». il souhaite se faire comprendre)

- Ah c'est vrai ????

Souad est sens dessus dessous, la pauvre !

- Mais oui vingt-cinq ans dans le métier jamais vu ça ! Comme vous êtes douée ! Et voilà que je te fais plein de compliments à plus en pouvoir.

- Aaah ! s'extasie Souad, ce qui est bien normal.

- Bon je vais recommander votre manuscrit au comité de lecture ! Parce qu'on est plusieurs à décider vous comprenez ! Mais je vais tout faire pour soutenir votre roman, vous pouvez me croire !

- Oh merci c'est trop bien !

- Attendez quelques semaines, je vous tiens au courant !

- Merci merci merci !

- Mais de rien ! Au revoir.

Et fin de communication.

 

En dix minutes trente-deux secondes, ce mec vient de foutre la vie de Souad en l'air.

 

Je vous rassure : il ne s'en rend pas compte.

 

L'éditeur vit dans un autre monde. L'éditeur ne s'inscrit pas dans votre réalité quotidienne.

 

La réalité quotidienne de l'éditeur, c'est ça. L'éditeur est un gros con de bobo parisien, incapable d'écrire, qui vit en parasite sur le talent des autres. En plus, cette semaine, il a de gros soucis. Sa femme est en voyage d'affaire, aussi voulait-il en profiter pour rencontrer sa maîtresse. Mais le chien de sa maîtresse est tombé malade. Le rendez-vous tombe à l'eau ! Trop dommage ! L'éditeur voulait emmener sa maîtresse à la petite sauterie organisée par Pierre Assouline au Flore, samedi soir ! Ça fait trop chier ! L'éditeur est dans tous ses états. Il en a même des flatulences, c'est dire. Un dégât des eaux s'est déclaré dans son appartement parisien (à Bastille ou, plus populaire, à Ménilmontant – il se sent très de gauche quand il vit au milieu de ce qu'il croit être des pauvres).

Bref, rien ne va plus.

 

J'exagère un peu, mais quand on a affaire à des gens de l'édition, bien souvent, le niveau ne plane pas plus haut que ça... Ce sont des bourgeois inconscients. Rien d'autre.

 

De fait, le manuscrit de la petite Souad, ça lui ouvre de nouveaux horizons, à notre éditeur, ça lui troue le cul un max ! Faut se mettre à sa place ! Il passe sa vie à faire éditer des amis d'amis. Et là, pour une fois, il débusque un manuscrit assez bon, envoyé par la poste par une obscure petite prolétaire que personne ne connait. Aurait-il déniché la perle rare ? Et vu le prénom de la jeune fille, il s'agit probablement d'une jeune des cités ! Il se sent en mission humanitaire, le gars. Trop le bourgeois qui va aider les jeunes des banlieues !

Il en peut plus. Il se laisse déborder par son enthousiasme et commet la faute professionnelle d'appeler Souad (même si pour lui ce n'en est pas une).

 

En tout cas, Souad, ça lui fait une belle jambe, cette histoire !

Ce con d'éditeur n'a même pas les couilles de la rappeler pour lui donner la « décision » du comité de lecture, une fois qu'il la connait... Non, avec tout le courage que l'on reconnaît ordinairement à sa classe sociale, il lui envoie un courrier par la poste. Le comble de l'inélégance !

 

 

Néanmoins, pour Souad, l'aventure a deux intérêts.

Ça lui fait comprendre que son manuscrit tient la route un minimum. Sinon, le directeur littéraire d'une grande maison d'édition ne l'aurait certainement pas rappelée...

Et ça la dépucèle de l'édition. Première humiliation. Il en viendra d'autres, pas de doute...

 

 

 

CONCLUSION

 

 

J'ai conseillé à Souad d'envoyer un petit courrier bien chiadé de remerciement à l'éditeur, et de demander des adresses de confrères qui pourraient être intéressés par sa prose.

Dans ces cas-là, il faut songer à soi-même et à rien d'autre. On s'en fout d'être faux-cul. Le truc c'est d'avoir des noms pour envoyer le manuscrit. Ça peut toujours servir.

 

Souad a une chance sur deux d'obtenir une réponse. Il faut toujours essayer.

Cela dit, si ça la fait trop chier rien ne l'oblige à se fendre de ce petit courrier hypocrite...

 

Le truc à ne pas faire : rappeler l'éditeur pour l'insulter. Croyez-moi, ça ne sert à rien. Et l'édition est le plus petit des microcosmes : vous avez trop de chances de recroiser ce mec à l'avenir, dans une autre maison, à un poste beaucoup plus important...

 

Donc, on encaisse et on relève la tête.

On continue à envoyer ses manuscrits.

Nous sommes des auteurs, nous sommes les meilleurs, nous sommes les plus doués.

 

Camarade auteur, ton mantra sera : fuck the rest of the world, blow me and eat my shit.

 

 

 

PS : tu peux aussi relire l'article A l'aide un éditeur m'a rappelé !

 

 

 

 

Une question ?
Envie de partager ? (ton argent, ton corps... non je déconne)
Retrouve Stoni sur Facebook

Partager cet article

commentaires

stoni 08/10/2011 17:54



rien d'exceptionnel à ça, c'est normal de galérer plusieurs années avant de trouver un éditeur. en revanche être édité très vite, ça c'est anormal.


je ne cesserais de rappeler l'exemple de Volodine, qui a mis quinze ans pour faire éditer un premier roman. vous pensez qu'il a reçu combien de lettres de refus, le type ?


 


bon sinon je viens de voir que dans mon dernier commentaire j'ai commis un HORRIBLE lapsus : dans mes dernières phrases, j'ai confondu infrastructure avec superstructure. impardonnable.



Elanchus 07/10/2011 18:23



Voici un auteur qui a essuyé cent-quatre-vingts refus avant que son manuscrit ait été accepté (à compte d'éditeur, bien entendu) :


 


http://refusdediteurs.webs.com/liste_des_editeurs.html



stoni 31/08/2011 16:32



 


Merci Tony Pagoda pour ton appréciation qui est la bienvenue. C'est cool d'avoir la visite d'autres auteurs ici, comme ça vous pouvez faire part de votre propre ressenti. Et tant mieux si tu as
l'air satisfait de ton éditeur.


 


Sassolino, je vais tâcher de t'aider même si tu m'as posé à peu près 1500 question en deux phrases. Sérieux si j'ai zappé un truc hésite pas à me recadrer.


 


Lulu.com – mymajorcompanymachin


J'en ai entendu parler, évidemment c'est du compte d'auteur ou je ne sais quoi.


Je vais bientôt rédiger un article sur ce genre d'éditeur car, à force qu'on me pose des questions à ce sujet, je comprends qu'il est temps de faire le point.


Je vais me répéter mais peu importe.


Un éditeur qui ne te rémunère pas par un à-valoir, qui ne va pas imprimer à au moins 1000 exemplaires ton roman et le distribuer en librairie (grâce à un
véritable distributeur du genre volumen, hachette diffusion, sodis, etc), ce n'est pas un vrai éditeur.


Après tout dépend de tes motivations d'auteur. Si tu veux faire imprimer une centaine de bouquins pour les distribuer à tes potes, oui, ça peut être pas mal. Si tu veux accéder à un certain
statut « professionnel » d'écrivain, non, ça ne le fait pas.


 


Pour les éditions du Rocher, à ma connaissance il s'agit d'un truc implanté à Monaco. Par principe je trouve inutile d'envoyer ton manuscrit à un truc de ce genre.


Pour le peu que je connais de leur ligne éditoriale, c'est gros comme un camion qu'ils ne lisent par les manuscrits envoyés par la poste.


Pourquoi ?


Parce qu'un éditeur qui ne lit pas les manuscrits envoyés par la poste, ce n'est pas un éditeur. Le boulot d'un éditeur est de chercher des talents.


S'il s'épargne cette partie du boulot, c'est un simple marchand de papier.


Bien sûr, la plupart des éditeurs font semblant de lire les manuscrits reçus par la poste (comme ce que j'ai décrit dans l'article ci-dessus), et bien entendu, les auteurs qui prospectent par ce
biais-là ont beaucoup moins de chance d'être édités qu'un pistonné. Mais au moins ces éditeurs là font illusion.


C'est le contrat social. Faites au moins semblant, les mecs.


Ceux qui n'essaient même pas, allez vous faire foutre.


 


Qu'est-ce qu'une note d'intention ? Je suppose qu'il doit s'agir d'une sorte de synopsis-CV. Ce genre de pratique me semble complètement antiprofessionnelle.


On demande des synopsis à des auteurs confirmés pour éventuellement leur acheter leur bouquin à l'avance (et encore ça se fait de moins en moins – Gallimard ne le fait pas officiellement par
exemple). Quand on fait ça avec des auteurs pas encore édités, c'est du foutage de gueule.


Cela dit ça a l'avantage de ne pas te coûter cher en envoi, alors si ça te dit d'essayer vas-y. A mon avis tu dois te présenter en quelques lignes, et surtout présenter ton roman.


 


Pour moi c'est une perte de temps, après c'est comme tu veux mon pote !


 


Je suis désolé d'apprendre que le monde de la musique ne t'a pas enchanté.


Je pense que tous les univers qui dépendent majoritairement de l'infrastructure (la culture, l'art, ce genre de trucs) sont en effet assez pénibles à vivre. Selon moi, ça vient du fait que de se
couper de l'ordre de la production est humainement assez déséquilibré.


Enfin bon. Ceci est une autre histoire.


 


Un écrivain à peu près heureux est un écrivain qui a un boulot à côté (et qui n'a rien à voir avec l'édition).


 


J'espère avoir pu t'éclairer.


 



Tony Pagoda 31/08/2011 10:07



Bonjour, je suis un auteur publié aussi, et cet aricle est criant de vérité et fort intelligement argumenté. Bon, je ne me plains pas de mon éditeur, qui est disons de taille moyenne, et où le
responsable littéraire choisit les manuscrit sans comité de lecture et lit scrupuleusment la dizaine de manuscrits reçus tous les jours (j'ai moi-même été publié par "La Poste", comme on dit).
mais je me souviens de tous ces courriers de refus reçus avant, pour d'autres manuscrits, au nom de ces comités de lecture bidons. Etre publié m'a très vite ouvert les yeux sur le degré de
pourriture de ce milieu, particulièrement la consanguinité malsaine entre médias, éditeurs, qui lancent des auteurs comme des produits.  


 


 



Sassolino 30/08/2011 21:04



Coucou Stoni c'est encore moi! Désolé de te déranger encore mais j'ai une autre question. Que penser de MyMajorsCompany Books


Merci d'avance 



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss