Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 11:36

 

http://www.topito.com/wp-content/uploads/2012/12/15.gif

 

 

 

 

 

 

Ô cher camarade lecteur de cet humble blog ! Rappelle-toi ce beau jour où je postai l'article culte "comment repérer un éditeur pourri".

 

Dans ce billet ma foi fort croustillant, je vous expliquai la différence entre un vrai éditeur (qui certes peut être un gros connard, mais qui vendra un minimum de livres) et un éditeur pourri (qui ne vendra pas de livres du tout).

Mieux vaut lire cette archive brûlante pour saisir toute la subtilité de ce qui va suivre.

 

 

Eh bien, crois-le ou non mon cher lecteur, de "petits éditeurs" se sont sentis visés par ce billet ! Dont un en particulier, lequel m'a envoyé un message pas piqué des hannetons, genre courageux, le mec.

 

Je ne sais pas si ce type est maso, ou autre.

Mais tu vas voir, c'est goûteux.

 

J'ai décidé de taire le nom de sa maison d'édition que j'appellerais "les Editions Patate".

 

 

 

 

Bonjour Stoni

J’ai été très intéressé par votre article « le profil de l’éditeur pourri », parce qu’il m’a titillé et que j’y ai reconnu quelques-unes des caractéristiques de ma petite « maison d’édition ».
Suis-je pour autant un « éditeur pourri » ?


Parmi vos onze critères, il y en a plusieurs en effet qui me concernent :

 

1/ c’est vrai, je ne contacte pas mes auteurs par téléphone ; je préfère leur écrire des mails, assez longs et détaillés, parce que « les paroles s’envolent » et qu’il me reste des traces de ces écrits.

 

2/ en revanche, dès le début, lorsqu’un manuscrit a été retenu par nos lecteurs (car nous avons vraiment un « comité » de lecture, qui remplit des fiches de lecture) je préviens du tirage, de la date indicative de parution (à un mois près), des droits d’auteur, etc. J’informe en tout premier lieu l’auteur que nous sommes un petit éditeur, qui pratique de petits tirages et qui est assez peu diffusé (sur ce point, vous avez raison, bien sûr : la diffusion des ouvrages est LA question centrale de l’édition).

 

3/ c’est vrai, je ne verse pas d’à-valoir. Je verse des droits d’auteur (10 à 12%), avec un état des ventes établi tous les six mois, mais pas d’à-valoir. Je pense qu’aujourd'hui, peu de petits éditeurs le font.


4/ en revanche, je suis répertorié sur societe.com et info-greffe (
Note Du Stoni: il me donne le lien vers la fiche infogreffe de sa maison d'édition, laquelle n'est pas un SARL mais une "affaire personnelle commerçant", personnellement je ne connais pas cette forme juridique mais bon).

 

5/ mon activité est bien celle d’un « éditeur de livres ».

 

6/ c’est vrai, je n’ai pas de distributeur-diffuseur.

 

7/ c’est vrai, à la FNAC (sauf sur le site FNAC.com) ou à la grosse librairie du quartier (sauf dans certains centres Leclerc et dans certaines grandes librairies, dans le Nord de la France, à Bruxelles ou Genève), en général on ne trouve pas de livres des Editions Patate.

 

8/ c’est vrai, votre libraire de quartier ne nous connaît pas.

 

9/ c’est vrai, je ne rencontre personne dans mes « locaux », car je n’ai pas de « locaux » destinés à cela.

 

10/ en revanche, je donne mon numéro fixe, et plusieurs auteurs m’ont appelé pour régler des détails de publication ou prendre des renseignements, mais je reconnais que c’est exceptionnel.

 

11/ c’est vrai, notre premier tirage est de l’ordre de 300 à 500 ex, mais jamais plus. Nous réalisons ensuite des tirages complémentaires, selon le volume des ventes.

 

Est-ce que tous ces défauts font de moi un « pourri » ? Je ne pense pas, mais cela, bien sûr, dépend des critères.

 

Je m’efforce, avec ma petite équipe (un animateur du « comité » de lecture, une quinzaine de « Lecteurs », un conseiller-correcteur, un graphiste, un webmaster) de donner TOUJOURS une réponse argumentée à chaque auteur concernant son manuscrit. Nous nous efforçons de respecter les auteurs, et toutes les personnes qui ont été en contact avec nous peuvent en témoigner.

 

Depuis le début de notre activité, nous avons reçu plus de 1500 manuscrits, et nous en avons publié une vingtaine seulement. Nous mettons un point d’honneur à lire les manuscrits, et pas seulement deux lignes au milieu, et à répondre aux auteurs. Nous avons d’ailleurs une bonne réputation (voir les différents forums Internet qui parlent de nous), et de nombreux auteurs aimeraient être publiés chez nous.

 

Concernant le manuscrit lui-même, j’ai beaucoup apprécié les conseils que vous donnez sur la langue, la grammaire, etc. et je partage vos vues. Toutefois, il nous est arrivé, à deux ou trois reprises, de faire une chose qui vous étonnerait : nous avons retenu des manuscrits mal écrits, mais qui avaient à nos yeux de la valeur, qui racontaient une histoire intéressante ou émouvante, ou les deux. Nous avons alors fait travailler notre correcteur, qui est un excellent professionnel, et qui a su produire un beau texte à partir d’un manuscrit parfois très bancal. Bien sûr, cela se fait en accord complet avec l’auteur, progressivement et par « lots » de pages, car c’est un énorme travail, et cela reste malgré tout plutôt rare.

 

Nous avons des auteurs heureux, dont la très grande majorité ont vendu plusieurs centaines d’exemplaires – comme vous devez le savoir, car vous connaissez bien le monde de l’édition, certains auteurs publiés par Gallimard se vendent très mal et n’ont pas la chance de vendre mille ou cinq cents ou même cent exemplaires de leur prose…
Est-ce que tout cela fait de nous un « pourri » ?

 

Je suppose que vous êtes très occupé, mais j’aimerais avoir votre avis sur notre « cas », peut-être un peu particulier. Merci par avance pour votre réponse, si vous avez un peu de temps.

 

Bien cordialement,

Monsieur Patato, Editions Patate

 

 

 

 

 

Bon, alors moi, quand j'ai reçu ce message de Monsieur Patato, j'étais bien emmerdé. Je me suis dit "oh le pauvre, il y croit à son truc, ça fait meskin".

Je ne savais pas trop comment lui répondre, et j'ai envoyé ça.

 

 

 



Mon bien cher Monsieur,

 

Votre message est, ma foi, un peu ardu à répondre. Vous avez votre opinion sur la situation de votre maison d'édition : elle n'est pas pourrie. D'autre part, vous avez compris la mienne : l'exact opposé. En effet, je ne conseille pas aux auteurs de signer chez quelqu'un comme vous. Vous me demandez, en fin de votre message, mon avis sur votre cas. Que voulez-vous que je vous dise de plus ?

 

Vous ne donnez pas d'à-valoir, vous n'avez aucune structure de distribution-diffusion valable, vous n'avez pas de locaux. Vous n'existez pas dans le monde de l'édition française.

 

 

En tant qu'auteur, je n'accepterais jamais un contrat chez vous – d'ailleurs, je ne vous aurais pas sollicité, y compris (et surtout !) pour un premier roman. Je ne conseillerais à personne de signer pareille chose.

 

J'ai déjà exposé tous les arguments qui m'engagent à me prononcer de la sorte dans mon article sur le profil de l'éditeur pourri. Pourquoi les ressasser ici ? A quoi bon ?

 

Je ne suis pas davantage versé dans le sadisme. Vous m'embarrassez.

 

Comme beaucoup d'autres, vous souhaitez être éditeur sans investir de l'argent. C'est quand même dingue, ça !

Quand on devient entrepreneur, on investit, on emprunte... et on rémunère ses salariés !

Vous rendez-vous compte que 1500 € d'à-valoir, ce n'est même pas ce que vous coûterait un salarié à temps plein pour trente jours de travail au SMIC ? Le réalisez-vous ?

 

C'est fou, tout de même, ces patrons qui veulent que l'on travaille gratuitement pour eux !

Car un écrivain est un travailleur, un livre est un produit fini, et un éditeur est un patron !

 

Vous êtes un peu tels ces jeunes auteurs qui décident "d'être édités" sans même maîtriser au préalable la base du média qu'ils ont choisi pour s'exprimer : la langue française.

Vous, vous voulez être éditeur, être patron, sans dépenser un sou pour la distribution, sans payer convenablement les gens.

Je vous invite à relire la parabole du boulanger dans ce fameux article que, pourtant, vous semblez avoir disséqué à la loupe...

 

Je l'ai écrit et réécrit sur ce blog. Si l'auteur a comme seule ambition de se faire éditer pour un tout petit circuit, de vendre son livre à sa famille et à ses amis, alors un éditeur comme vous, pourquoi pas ? Bien que, à ces gens-là, je préfère encore conseiller l'auto-édition...

 

En revanche, un auteur qui souhaite entamer un début de semblant de carrière dans l'édition française, qui veut un peu être "écrivain", qui souhaite exister un minimum dans le monde de lettres, n'a rien à faire avec des gens comme vous !

 

 

Et nombre de ces jeunes auteurs-là, inexpérimentés, mal informés sur l'édition, qui ne comprennent rien à l'industrie du livre, finiront par céder les droits de leur oeuvre à une maison d'édition comme la vôtre.

Le rôle de mon article est de les prévenir de l'immonde déception qui les étreindra en découvrant qu'ils n'auront vendu que 50 exemplaires à leurs proches, à leurs amis...

 

 

Je suis navré si ce que vous avez lu sur mon blog vous a, possiblement, blessé. Nombre d'auteurs me contactent pour me raconter l'horrible déception qu'ils ont vécue en collaborant avec un éditeur fantôme. Ils me demandent souvent comment ne pas réitérer ce genre d'erreur à l'avenir. J'ai écrit ce dossier "spécial éditeur pourri" pour répondre à tous ces gens. Voilà tout.

 

Croyez-moi bien

Votre fraternel

Stoni

 

 

 

 

Et là, le type en remet une couche. Obstiné, genre.

 

 

 

 

Cher Monsieur

Je vous remercie pour votre réponse, et surtout pour avoir pris le temps de me répondre.

Sur le fond, sur ce que doit être un « vrai » éditeur, avec à-valoir, large distribution, locaux, etc. je suis d’accord avec vous et je ne discuterai pas sur ces points.

C’est juste le qualificatif de « pourri » que je trouve excessif. J’ai peu de moyens, je sais que je n’existe pas dans le paysage éditorial français, etc, mais j’essaie de faire honnêtement mon travail. J’annonce clairement la couleur sur mon site (Note Du Stoni : je suis allé voir son site, je n'y ai vu aucun message de "prévention"), je préviens immédiatement chaque auteur que je suis un « petit » éditeur, avec de petits tirages et une faible diffusion, je les informe immédiatement de là où ils mettent les pieds…

Je fais ce « travail », qui n’en est pas un pour moi, par passion pour la littérature, pour la qualité des textes, pour les relations avec les auteurs, et non pour gagner de l’argent car, comme vous vous en doutez certainement, même avec de petits tirages et une faible diffusion, globalement, de l’argent je n’en gagne pas mais j’en perds…

Mais je n’ai pas à me justifier de la manière dont je travaille, c’est sans grande importance. Le vrai problème, dans le fond, est celui du fonctionnement actuel de l’édition et de la manière dont les manuscrits (dont certains sont, parfois, vraiment « bons ») deviennent des livres en librairie.

C’est ce que vous racontez dans votre article sur le destin d’un manuscrit. Ce fonctionnement n’est pas normal ; un « bon » manuscrit, écrit par un inconnu, arrivé par la poste ou déposé dans les locaux de l’éditeur, a très peu de chances d’être lu – et donc d’être publié. C’est seulement un « coup de chance » s’il parvient au comité de lecture, et s’il est vraiment lu, ne serait-ce que partiellement.

C’est contre ça que j’essaie de me battre, à mon petit niveau. Depuis que nous existons, nous avons reçu plus de 1500 manuscrits, et nous en avons publié seulement une vingtaine. Pour les manuscrits que nous n’avons pas publiés, nous avons répondu de manière argumentée à quasiment tous les auteurs (ce qui prend du temps, croyez-moi !), soit en les conseillant sur leur écriture, soit en les guidant vers d’autres éditeurs. A plusieurs reprises (encore tout récemment), nous avons reçu de très bons manuscrits, que nous avons décidé de ne pas publier car nous pensions que nous ne les « méritions » pas. Nous avons orienté ces auteurs vers de plus grands éditeurs, plus largement diffusés. C’est peut-être dans ce travail de conseil, davantage que dans l’édition elle-même, que je trouve la plus « noble » justification de ce que je fais.

Voilà ce que je voulais dire, en peu de mots. Je trouve que vos articles sont salutaires, en poursuivant, avec une autre orientation sans doute, le travail commencé il y a quelques années par le CALCRE. Plusieurs de mes auteurs vous connaissent et vous apprécient, même si vos jugements sont parfois « à l’emporte-pièce »…

Bien fraternellement,

Monsieur Patato.

 

 

 

Ce à quoi j'ai répondu :

 

 

 

Monsieur,

Je ne suis pas d’accord avec la conclusion que vous tirez de mon article « l’aventure de ton manuscrit dans une maison d’édition… », qui décrit la façon dont sont traités les textes reçus chez un éditeur.

Je n’ai pas écrit, dans cet article ou ailleurs, qu’un manuscrit « avait très peu de chances d’être lu » (je me permets de reprendre vos termes). J’ai écrit qu’un manuscrit a très peu de chances de correspondre exactement, à cent pour cent, aux critères éditoriaux de
telle collection, de telle maison.
J’ai expliqué comment les choses se passent. Froidement. Simplement.

J’ai moi-même été édité en envoyant mon manuscrit par la poste. Je ne connaissais personne dans le milieu. Je suis ouvrier. Je n'ai pas fait d'études. Je ne suis "personne".
Je connais d’autres auteurs – dont certains lisent mon blog – qui ont également obtenu leur premier contrat d’édition sans « connaître ni être personne ».

J’ai écrit, et réécrit, sur mon blog que « seul le manuscrit compte ».
Rien d’autre ne compte.

Le problème ne réside nullement dans la façon dont les éditeurs lisent les manuscrits. Si j’étais eux, je procéderais de la même manière. Le problème c’est qu’il y a trop de manuscrits.
Un grand éditeur reçoit des milliers de textes par an. Comment voulez-vous qu’il les lise de la première à la dernière page  ? Cela lui est tout simplement impossible.
Pourtant, dans cette moisson de romans, il en publiera peut-être un ou deux.

Votre volonté de lire tous les manuscrits et de conseiller les auteurs est certes louable.
Mais est-ce le rôle d’un éditeur ? Ce n’est pas mon avis.
Un éditeur est un entrepreneur, ou un « manager », qui a pour mission de publier des livres. Il cherche une certaine matière première. Il n’est pas là pour conseiller les auteurs qui sont incapables de lui livrer cette dite matière première.

Pour ma part, je me suis toujours fichu des refus argumentés. A quoi bon ? Ce que je cherche, c’est un contrat. Si mon écriture ne correspond pas à un éditeur, il n’a qu’à me dire non. J’irai alors chercher ailleurs. Je n’ai pas de temps à perdre.

Croyez-moi, les éditeurs (indépendants, grands, petits…) qui ont néanmoins trouvé de grandes qualités à un manuscrit le feront probablement savoir à l’auteur. Cela se passe, parfois.

Votre « mission » altruiste est plus celle d’un conseiller en écriture que celle d’un éditeur. Si vous souhaitez aider les auteurs à améliorer leur style, il serait plus judicieux d’ouvrir un blog dévoué à cet effet, ou de fonder une association qui proposerait des services (j’espère gratuits…) de lecture et de conseil.

Une maison d’édition a pour but de vendre des livres. Il s’agit d’un service marchand. Pas d’une œuvre caritative.

Mes jugements vous semblent peut-être à l’emporte-pièce.
Tout ce que je puis vous répondre, c’est que, sur l’édition, je sais de quoi je parle.
C’est là tout mon drame, d’ailleurs. Mais on se choisit la carrière que l’on mérite, je suppose.

Bien à vous,
Stoni 1983

 

 

 

 

 

 

 

Le mec ne m'a plus répondu. Et pourtant, le pire, c'est que c'est à suivre...

 

 

 



 

Toi aussi, dis à Stoni
que "ses jugements sont à l'emporte-pièce"
sur Facebook

 

Partager cet article

commentaires

dist 24/08/2013 16:58

J'étais assez d'accord avec vos articles, jusqu'à il y a quelques jours, lorsque j'ai décidé de m'intéresser de plus près au métier d'éditeur. J'ai alors été consterné à la relecture de vos articles parlant des éditeurs pourris. Tout ceci est bien méprisant (ce qui est un droit), mais surtout illogique. Je m'explique.

Imaginons qu'un individus souhaite devenir éditeur. La réalité économique est la suivante : soit il dispose de capitaux suffisants pour monter dès le départ une grosse structure, soit il tente petit à petit de se faire une place dans le paysage éditorial. On l'aura compris, en suivant votre logique, le premier est un bon éditeur, le second un pourri. Jamais un « prolétaire » ne pourra investir dans des locaux, se payer le concours d'un grand distributeur et verser de fabuleux à-valoir. Cet homme devrait donc ne pas être éditeur ? Cela reviendrait à dire : « Laissons les pauvres écrire. De toute façon c'est à nous, éditeurs renommés (et souvent parisiens), de décider si oui ou non ils existeront. »

Comment pouvez-vous dire, je cite : « il serait plus judicieux d’ouvrir un blog dévoué à cet effet, ou de fonder une association qui proposerait des services (j’espère gratuits…) de lecture et de conseil. » Parce que l'auteur fait un tel travail qu'il doit être rémunéré (et vous avez raison), mais le petit éditeur, tellement insignifiant, ferait mieux de se reconvertir dans l'associatif ? Car après tout, il ne mérite pas de gagner sa vie grâce à sa passion, lui.

Un éditeur doit vendre. Alors allons au plus simple, c'est ça ? Tout comme nous détruisons petit à petit les épiceries de quartier et les petites librairies, tuons les petits éditeurs ? La grande distribution fait mieux le boulot. Elle est plus efficace... Si la littérature de demain doit être régie par les grands intérêts, je me demande à quoi elle ressemblera. Vu votre parcours, heureusement que vous vouliez être auteur, car votre logique vous aurez interdit le métier d'éditeur.

De plus, votre fable du boulanger ne tient pas. Si j'ai lu un auteur qui ma touché, rien ne m'empêchera d'accéder à ses bouquins, et certainement pas son mode de distribution. Le vrai problème est de découvrir l'auteur. Or aujourd'hui, qui compte vraiment sur les employés de la fnac pour découvrir un auteur ? Internet a tout changé. Les meilleurs prospecteurs sont les blogueurs qui, eux, sont directement accessible par les petits éditeurs. Le public de demain est un public accro aux outils de communication, un public surinformé, pas un public aliéné par les émissions télé. Le problème que pose le blog ? Contrairement au service de presse, les blogueurs disent ce qu'ils pensent. Mince alors, cela condamnerait-il les petits éditeurs à ne pas publier de la merde ?

La littérature va mal. Certains tentent de la faire survivre à leur niveau. Réajustez votre tir. C'est des alliés que vous visez.

ChristineS 13/02/2015 06:40

Moi, ce qui m'irrite,c'est:
- les éditeurs à compte d'auteur qui veulent près de 3000 euros pour publier un manuscrit peu importe sa qualité: vous êtes riche, vous aurez votre roman même si c'est de la m... mais les librairies sérieuses ne sont pas dupes
- les éditeurs qui ne publient que sur le net ou via commande en librairie.

Je suis désolée mais quand je me rends dans une librairie, je farfouille, je prends les livres en main, je respire l'odeur du papier.

Pour moi, un éditeur sérieux est un éditeur qui édite un roman sur papier et ce livre doit absolument se trouver en rayon.

Je déchanterai peut-être avec mes envois aux 30 éditeurs choisis minutieusement mais je les ai triés selon ces critères.
Après 4 ou 5 lettres types, une proposition d'une maison à compte d'auteur (flûte je ne l'avais pas vue celle-là), j'ai un manuscrit qui va passer en comité de lecture.
Je n'en suis nulle part, allez-vous dire - mais déjà je ne me suis pas fait jeter directement.
La maison d'édition m'a demandé de remplir une fiche de lecture pas piquée des vers - je vais me la garder précieusement: ça pourra resservir et voilà j'attends.
Comme j'attends aussi pour la grosse vingtaine d'éditeurs qui ne se sont pas encore manifestés.
Mais j'ai commencé à envoyer mi-décembre: un peu de patience Christine !!!

Stoni 26/08/2013 13:08

Comme je l'ai déjà écrit, mon blog et mes conseils visent des auteurs qui souhaitent être édités dans un cadre "classique", si je puis dire.
Je ne juge pas les auteurs qui ont d'autres démarches.
Si vous n'avez pas cette conception de l'édition, je crois que vous n'avez pas grand-chose à apprendre ici.

dist 25/08/2013 12:20

C'est un peu facile de raisonner comme vous le faîtes. Mais vous êtes un excellent contradicteur. Vous ne feriez qu'une bouchée de moi dans un débat : me voilà déjà esclavagiste ! Non, sérieusement...

Le plus marrant est que vous justifiez votre raisonnement par l'économie de marché. De votre part, c'est étonnant. On en revient à mon propos : tout est problème de capitaux. Alors d'accord, notre système est capitaliste. Est ce une raison pour l'accepter tout court ? Oui, ce n'est pas compliqué: si on veut des capitaux, on fait un emprunt. Quel que soit l’expérience qu'on ait, pour débuter, il faudra emprunter. La question de l’expérience est donc hors-sujet. Je ne veux pas « tout, tout de suite » pour reprendre vos mots, je veux « quelque chose qui ne soit pas décidé par une grosse maison d'édition, gérée par des grands intérêts. »

Il n'est pas question de vouloir devenir éditeur du jour au lendemain, mais de vouloir devenir éditeur tout court. J'ai fait le calcul hier. Imaginons un premier tirage à 500 exemplaires (Oui je sais, en dessous de 1000 on est pourri...). En vendant un livre de 150 pages 15€HT, accordant des droits d'auteur de 10% et sans avoir recours à un diffuseur-distributeur, il faudra que l'éditeur vende 250 exemplaires pour commencer à rentrer dans ses frais. On ne peut pas dire qu'il ne prenne pas de risques, surtout que lui, comme vous le rappelez, a un emprunt sur le dos. J'ajoute que ses frais de départ seront : 1500€ (maquette+impression) + 600€ (à-valoir) : soit 2100€ juste pour imprimer son premier auteur, et ceci sans compter ses frais fixes (locaux, internet-électricité, salaire ? Non, le petit éditeur ne gagne rien pendant au moins 2 ans après la création : il est son propre esclave).

Alors je suis d'accord à 100% avec vous pour dire qu'un auteur doit être payé. Je pense simplement que le débat est beaucoup plus complexe qu'un simple : « Ils n'ont pas de sous, ils veulent te publier, ils sont pourris. » Je le répète, pour avoir une littérature de qualité, il va falloir faire des efforts et ce, de tous les cotés.

Le plus drôle dans cette histoire est que je suis un jeune auteur travaillant sur son premier roman, qui va lui aussi galérer à se trouver un éditeur qui veuille bien le payer...

Quoi qu'il en soit, je suis content que vous ayez répondu de manière aussi argumentée. Cela fait toujours plaisir de pouvoir entretenir un vrai débat.

Un article intéressant pour aller plus loin : http://www.actualitte.com/reportages/editeur-independant-du-sacerdoce-aux-realites-du-metier-503.htm

Stoni 25/08/2013 07:55

Oui enfin ce que je reproche aux pourritos c'est de ne pas payer les auteurs.
En gros vous me reprochez de ne pas valider l'esclavagisme ? Parce que c'est ça, travailler gratuitement : être un esclave.


Pour disposer de capitaux, en économie de marché, on fait un emprunt. Ce n'est tout de même pas compliqué. N'importe quel entrepreneur, quel que soit son secteur d'activité, a besoin de capitaux pour lancer une entreprise, sans quoi il ne peut pas payer ses salariés. Pour vous, demander aux travailleurs de bosser gratuitement, c'est normal ? pas pour moi.
Si j'avais voulu être éditeur, je suppose que j'aurais tenté de travailler dans l'édition dans un premier temps, d'être assistant éditorial, ce genre de trucs.
Vous avez bien le travers de votre époque : vous voulez tout, tout de suite, sans travailler, sans s'investir, sans expérience.
Bien sûr, le type qui veut être éditeur du jour au lendemain, sans avoir pris le temps de travailler et de se faire une expérience auparavant, lancera une structure pourrito qui n'aura aucun avenir.

Quant au rôle d'internet dans l'édition, j'ai déjà dit ce que j'en pensais dans cet article :

http://stoni1983.over-blog.com/article-l-edition-numerique-et-l-auto-edition-solution-ou-arnaque-107990765.html

Après, pour certains secteurs de littérature très spécialisés, une micro-structure peut fonctionner. Pourquoi pas ?
J'écris mes articles pour informer des romanciers qui souhaitent un tant soi peu exister dans la littérature française. Je conçois qu'il existe d'autres ambitions, mais à ce moment-là, ne traînez pas sur mon blog, vous êtes hors sujet.

Si vous saviez le nombre de messages que je reçois d'auteurs qui, mal informés, abusés, ont été édités chez des Pourritos et qui tombent des nues...

Absous 20/08/2013 15:23

C'est consternant
un type qui n'a jamais pris le moindre risque et qui se permet de dicter ses dogmes
tout en insultant un contradicteur qui a bien du méruite de répondre de façon courtoise.
c'est si facile de cracher sur tout le monde...
mais si loin de la réalité
Les onze articles du dogme sont approximatifs, souvent faux ou irréalistes
Faites-donc des dossiers sur les auteurs mytho ou miteux ou mégalo
qui accusent la planète entière de n'avoir pas réussi à devenir Voctir Hogu
Au moins, votre ramassis d'inepties évitera ànombre de petits éditeurs
de s'encombrer de manuscrits sans intérêt

PA

stoni 21/08/2013 09:37

Mais du coup vous êtes vous même un parano qui insulte ses contradicteurs puisque vous n'avez pas supporté la lecture de mon blog.
Votre raisonnement verse dangereusement dans l'aporie, mon ami.

stoni 14/02/2013 13:33


Kawazu, je suis assez d'accord avec toi.

art-pour-soi 03/11/2016 00:43

En tant qu'auteur de plusieurs ouvrages, j'ai pu détecter la prolifération de petits éditeurs via Internet, dont l'outil principal est : une grosse imprimante ! Et c'est
déprimant pour le chômeur qui s'improvise auteur de son premier roman, quand
on lui demande d'en payer l'encre, le papier, puis de signer un "contrat" d'exclusivité.

Kawazu 14/02/2013 09:18


Ouais. Enfin... Quand tu as besoin de te justifier comme cela et que tu te sens visé, c'est que tu as quelque chose à te reprocher. Et quand tu flânes sur des blogs et que tu perds ton temps à
répondre à de tels sujets, c'est que tu laisses très peu de place à ton véritable travail d'éditeur ! ;) Enfin... Si on peut le considérer comme tel.

victoria 21/01/2013 14:10


je crois que, plutôt que "pourri", tu aurais dû dire "moisi", ça aurait moins fait Jojo-l'arnaque

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss