Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 14:37

 




Hors du boulot, hors de l'écriture, hors des fréquentations politico-mondaines propres à ma carrière, je veux mon canapé, je veux mes disques, compacts et vinyles, je veux le son qui claque contre les grilles de mes enceintes, je veux sentir mon corps jeune, efficace, souple, entraîné, donner des coups de pied au taekwondo, je veux me promener, dans la ville, avec la musique du baladeur, ou avec Aniki.


J'ai des instants de contemplation passive, vautré sur les coussins du divan, en cherchant le soleil, qui n'est pas là.


Je veux lire Nathan Zuckerman, aussi.

Je veux qu'on me foute la paix, en gros.

Je me comprends.


Un camarade appelle et, lui, ne comprend pas.

- Je veux lire Nathan Zuckerman, dis-je comme il m'incite à me rendre dans une réunion politique super chiante.

Et quand je dis super chiante, c'est un euphémisme, croyez-moi.

Un euphémisme pas même volontaire. Ne voyez point là de figure de style : il n'existe aucun mot capable de décrire à quel point c'est super chiant.

Alors, je me contente de super chiant.

Passons.

- Nathan Zuckerman ? couine le camarade. Qui c'est, ça ?

- Un New Yorkais plein de pognon qui a des problèmes de New Yorkais plein de pognon. C'est un écrivain. Alors, sa vie, c'est : mon prochain roman – que je n'arrive pas à écrire – ma petite amie, ma psychanalyse, mes parents. Ok ?

- Et tu lis ça, toi ?

Il est dégouté, le pauvre camarade.

- Ouais, ça me détend. J'aime bien lire des trucs sur des gens qui ont des problèmes de New Yorkais plein de pognon. Faut dire, aussi, que le Philip Roth c'est un putain de roublard, qu'il écrit vachement bien – euh j'ai dit vachement ? merde, c'est même pas assez puissant comme terme – et qu'il t'emmène là où il veut, par le bout du nez, il est trop fort, ce mec, il sait raconter une histoire. T'as pas lu « Pastorale Américaine » ?

- Tu me parlais d'un écrivain appelé Bickerman, et maintenant tu me parles d'un Philip Roth ?

- Zuckerman. Parce qu'en fait, Zuckerman, c'est l'alter-ego, le double, le jumeau, de Philip Roth.

Un peu comme moi avec Stoni, que je pense en mon for intérieur.

Sauf que Stoni, il est davantage prolétarien.

Et il n'a pas plein de pognon.

Ni moi, d'ailleurs.

Autre différence : j'écris beaucoup moins bien que Philip Roth.

Quelles pensées narcissiques, tout ça.

- Bref, reprends-je, t'as pas lu « Pastorale Américaine » ?

- Ça a l'air complètement bourgeois, comme lecture.

- Ça l'est moins que d'autres. De toute façon, le roman, c'est pas révolutionnaire, hein... Euh, tu lis quoi, toi ?

- Noam Chomsky.

- Wo putain.

- Quoi ? Pardon ?

En fait, vous savez quoi ? Ce camarade je le connais à peine, je l'apprécie même pas.

C'est seulement à cet instant que je réalise que j'ai rien à foutre avec lui au téléphone.

Il m'a jamais appelé, avant.

Qu'est-ce qui se passe, là ?

- Il est communiste, Philip Roth ?

En plus, il m'agresse.

- Ben il a écrit sur des communistes. « J'ai épousé un communiste. » Et il est communiste, Noam Chomsky ?

- Ouais.

Je me contente d'un incrédule :

- Ah bon.

- Bon, Stoni, à la base, je t'appelais pour que tu te bouges le cul.

Comme je suis vautré sur mon canapé (au moment où mon téléphone a sonné, j'étais dans un instant de contemplation passive, cherchant un soleil qui n'était pas là), je me redresse d'un coup, électrisé.

- Quoi ?

- La cellule a besoin de toi, là. Avec d'autres copains, vous avez complètement disparu, on vous voit plus.

- Si, j'étais là quand je me suis frité avec le camarade qui aime pas TF1. Tu te souviens pas ?

- Malheureusement, si. Ce genre de comportement, il faut qu'on en parle, aussi.

J'éclate d'un rire outré.

- Qu'on en parle ?

- Tes provocations n'aident pas à refonder la cellule.

- Euh, mec... Qui t'a dit que je voulais refonder quoi que ce soit ?

- Il le faut, pourtant.

- Tu sais ce qu'il faut pour moi ? T'es fort, putain. Y'a que mes parents qui étaient dans ce cas, jusqu'à présent. Tout à l'heure, ma mère m'a appelé. Elle m'a demandé de me tenir moins près de la fosse, quand je prends le métro à Paris. Elle était persuadée que j'étais tout à fait le genre de personne à qui ça pourrait arriver, d'être poussé par un...

- Je te parlais de la cellule !

- Ben j'ai pas envie d'en parler, à vrai dire.

- T'as quel âge ? Seize ans ? Non, vingt-six.

- Comment tu sais ?

- J'ai regardé sur le listing des adhérents.

- Ah...

- L'adolescence, c'est fini.

- Oué, je sais. Maintenant, je ne passe plus mes journées à me branler.

- T'es chiant... Et vulgaire !

- Bah, rigole, un peu.

- C'est pas drôle. Le Parti a besoin de toi.

- Ben il s'y est mal pris pour me le faire comprendre, jusqu'ici.

- Ecoute, à la prochaine assemblée générale, je vais soumettre une motion au vote. Tu viendras voter pour moi ?

- Ok, c'était pour ça que tu m'appelais, alors.

- Enfin, quand même, fais un effort : grandis.

- Ouais, bien sûr. A la prochaine, camarade.


Le lendemain, je croise « le jeune camarade avec qui je rigole trop » – un pote du Parti.

- Tu sais quoi ? me lance-t-il. Hier, y'a l'autre qui m'a appelé.... je sais même plus son nom ? Il m'a saoulé pendant une heure, il m'a engueulé, tout ça parce qu'il fallait que j'aide à refonder la cellule...

- Moi aussi ! J'y crois pas ! Et à la fin, il t'a demandé de venir voter pour sa motion à la con ?

- Ouais ! Oh, le culot ! On est les pires fonds de tiroir, toi et moi !

- Tu lui as dit quoi ?

- Que j'avais rien à en foutre ! Attends, ça fait soixante-dix ans que le Parti il est tout pourri, c'est pas maintenant que ça va changer.


On se marre.




Partager cet article

Repost 0

commentaires

Oscar 12/04/2010 18:09



Et les deux baffes que tu aurais flanquées au petit être fragile et sans défense, elles auraient été cool, femme sans coeur, terrifiante Amazone,?? Mdr!!


Donc méfions-nous des apparences: suis-je ou non Oscar Stutter le pas cool, mystère et boule de gomme, lol!


A tous: si quelqu'un pouvait m'expliquer ce que signifie ":)" en langage de blog, ce serait cool! (j'ai pas trouvé dans wiki)



Xena 12/04/2010 16:09



un certain "Oscar Stutter" qui écrit aussi bien que toi mais contrairemen t à toi, un mec pas très cool! :)



Oscar 12/04/2010 15:59



Rousseau geignard et balourd (le sperme pas noir) et méritant juste deux baffes, OUAIAIAIS!!! Bravo Xena!! Ô légendaires et sororales douceur et compassion féminines!!


Et encore, t'as peut-être pas lu "La Nouvelle Héloïse", Xena? Un vrai calvaire, si t'es un peu maso, plonge-toi dans ses torrents de larmes!! Et si romantique, en avance sur son temps!! Cela fera
Pleurer Goethe à son tour dans son "Werther"! C'est bien simple, toute l'Europe s'est mise à sangloter en choeur à la suite du bouquin de Jean-Jacques!! C'est d'un touchant, Xena, mais tu
retiendras tes douces baffes xéniennes tout de même, hein? mdr!


En plus Stoni doit t'applaudir frénétiquement au point d'en avoir mal aux mains c'est même pour ça qu'il ne peut plus taper ses félicitations sur son clavier, le pauvre, hein Stoni? Qu'est-ce
qu'on dit à la gentille Xena??


Je t'avais bien dit, moi, que "Les Contes" de Voltaire et son délicieux humour comme tu aimes toi-même le pratiquer et que te reprochent des censeurs idiots, c'était quand même autre
chose!! Surtout qu'il a été gentil tout plein avec Rousseau, Voltaire, de plus en plus même à mesure que les années passaient, quand Jean-Jacques était en Suisse en train d'y préparer un
casse, par exemple!!


Tu ne peux qu'en tomber d'accord, c'pas, et je m'excuse de te couper l'herbe approbatrice sous le pied, ha! ha! ha!



Oscar 11/04/2010 22:12



Excuse-moi Xena mais vraiment tu m'intrigues, là: à quel autre Oscar fais-tu allusion? Quel serait mon homonyme par ici??



Xena 11/04/2010 21:05



Rousseau c'est quand même un sacré cinglé de la tête, ses Confessions montrent un type complètement traumatisé de la vie, geignard, pauvre petite chose fragile...Franchement, si je
l'avais rencontré, je pense que je lui aurais foutu deux baffes.


MAIS j'ai adoré lire ses confessions et l'Emile, car c'est très bien écrit et y'a de francs moments de rigolades (notament lorsqu'il s'étonne en voyant un noir se branler, que son sperme est
blanc...Trop fort, Jean-Jacques!)



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss