Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 11:10

 

Aniki : surnom masculin signifiant mon frère en japonais.

 

 Il a l'air très sérieux.




J’ai rencontré Aniki en 2003. Il avait vingt-quatre ans, et moi dix-neuf.

Lui, confiant, percutant, rieur et travailleur. Moi, gamin, provocateur, seul et encore un peu poète.

Je l’ai suivi.

 

Si grand, de stature mince, il donne toutefois (en bon natif du taureau) l’impression que sa masse l’enracine au sol, dont il ne décollera pas. C’est un rationnel. Il me semblait croire en Dieu, quand nous nous sommes trouvés, mais lui ne versa jamais dans de telles mystifications. J’avais de l’imagination. Et je n’étais pas encore marxiste.

Il marche, donc. Tout droit. Décidé. Il est l’homme qui avance.

Je me suis mis à le talonner.

Parce qu’il m’invita à le faire. J’étais trop fier pour en prendre seul l’initiative.

 - Tu viens ? me dit-il au bout de deux semaines.

Je vins. Avec lui. Je marchai dans ses traces. Au Canada, aux Etats-Unis, et en France. Je le suivis à Montréal, à Québec, à New York, à San Francisco, à Berkeley.

 

Nous nous aimons avec une constance de petites gens. Nous ne sommes pas compliqués. Je fus – je le confesse – persuadé de l’être moi-même, et me montrai souvent pénible. Je cessai. Il patienta. Il m’aime, et il reste le seul à l’avoir fait, je crois.

J’anticipe ses pensées, ses réactions, ses éclats de rire et ses ruminations à la seconde près. Il a, envers mes petites particularités puériles, la sagesse d’un vieux chien qui laisse des enfants lui tirer les oreilles. Les oreilles qu’il dresse, s’il sent la moindre menace. Envers moi. En retour, je l’écoute. J’ai toujours voulu l’écouter. Il a la voix naturellement cassée, ce qui m’a beaucoup surpris au début.

Comme moi, il a une physionomie qui ne fait pas « français ». Méditerranéenne, pour le teint de la peau. Judaïque, pour les traits du visage. Il est tout cela à la fois.

 

Nous goûtons le quotidien, les jours et les nuits qui se répètent. Nous lever ensemble, chaque matin, nous est un privilège.

Mes amis s’en étonnent.

J’ai longtemps nourri des passions, mais coléreuses, mais sociales. Lui est trop concret. Les écarts et les déviances libidineuses ne nous tentèrent pas. Nous maîtrisons la science d’un amour simple, et nos rapports sont d’une évidence totale.

Mes amis s’en étonnent aussi.

Nous menons un train de petits vieux.

 

Nous sommes studieux, et travailleurs. Nous sommes des gens soi-disant sérieux qui, dans leur intimité, pratiquent l’humour absurde et l’ironie de haut et petit vols. Nous inventons des gadgets commerciaux improbables, que nous trouvons drôlissimes.

J’ai l’air d’un révolutionnaire, et lui d’un honnête salarié.

Mais, si Robespierre nous voyait, il nous ferait guillotiner !

Tiens, la Révolution.

J’ai toujours pensé que notre couple était profondément révolutionnaire, tant nous étions bien accordés.

Mes amis s’en étonnent – encore.

(Lui n’a pas vraiment d’amis, il n’a pas le temps, il doit trop penser à moi.)

Nous parlons beaucoup, et « pratiquons le concept » (en artistes).

C’est moi qui lis. Je raconte. Il enregistre et récupère ces concepts.

Cela m’énerve, quand il les utilise, car il n’est pas communiste.

 - Mais c’est toi qui es communiste ici, rétorque-t-il en désignant l’appartement. Tu l’es pour nous deux. Ça suffit, non ?

 - Tu fais une belle économie, soufflé-je avec rancœur.

Etre communiste pour deux, ça pèse. Etre communiste tout court également.

Mais ça pèse aussi d’être celui sur qui je me repose, l’aîné, le commandant et le capitaine. Je lui en sais gré et oublie trop souvent de le lui dire.

 

J’en suis venu à douter que nous sommes deux personnes différentes.

Je me sens avec son corps comme s’il s’agissait du mien. Je le préfère, même. Heureusement.

Tout ce qui le compose, je le manipule et me l’approprie avec une permissivité de propriétaire. Je suis en lui chez moi.

Il m’admire, et je m’en contente bien.

Il ne sait pas tellement s’habiller. Je dois l’inspecter, avant qu’il ne franchisse la porte au petit matin. Ses associations vestimentaires sont hasardeuses. Pourquoi je ne le laisse pas faire ? Je n’en sais rien. Les dégâts de la pratique libérale, sûrement.

Il est étourdi, mais n’oublie jamais ce que je lui demande.

Il aime le sport, l’endurance du cyclisme, et il l’aime encore plus depuis que je lui ai dévoilé le concept du « sport en tant qu’éthique de la praxis ».

Encore un concept qu’il réutilise gratuitement, sans s’engager en politique.

 

Il me trouve intelligent. Il sait être naïf.

 

Il m’apprit à faire la cuisine.

Il m’apprit à me sociabiliser.

Il possède un charisme de politicien. Je ne connais personne qui ne l’apprécie pas. Il peut s’accointer avec tout un chacun. Sa capacité à papoter avec le premier quidam venu me sidère.

Il aurait fait un bon gendre. Je me sens coupable.

Les femmes matures (et instantanément amoureuses de lui) me tuent du regard en songeant :

 - Dommage, qu’il se soit amouraché d’un petit communiste bizarre.

Ses défauts sont, en fait, des qualités. Il n’a aucun goût en musique, ne joue pas d’instrument, n’a pas le moindre sens de l’esthétique. Il n’est pas élégant, ou sinon, d’une façon si classique. S’il plaît, c’est par bonhomie, et non par charme. Avant de me connaître, il était parfaitement étranger à l’underground, aux sous-cultures et aux modes. Il est d’une sincérité parfois désarmante, tout en sachant, si nécessaire, se plier à de modestes compromis idéologiques.

 - Quelle importance ? m’interroge-t-il en haussant les épaules, si je viens à protester.

Il est radin avec lui-même, et généreux avec moi. Il n’est pas susceptible. Son amour-propre ressemble davantage à de l’estime de soi qu’à de la fierté. Il a l’honnêteté de ceux qui ont grandi sans luxe, sans superflu et dans des valeurs simples.

Il est gourmand, mais sans excès. Il aima toujours les plaisirs raisonnables.

 

Il considère mes créations diverses et variées avec une humilité emplie de respect.

Il me trouve grand artiste. Il est un amoureux acharné.

Il m’accompagne, indifférent, dans les festivals littéraires, aux rendez-vous professionnels et chez des éditeurs, toujours aussi spontané et lui-même. Je le sens un peu mon garde du corps prolétarien, au cas où mes interlocuteurs n’auraient pas compris que je ne veux pas changer de camp. Il plaisante avec de puissants politico-mondains, car la lutte des classes lui tient moins à cœur. De plus, il sait très bien pisser sur les mythes culturels de la bourgeoisie.

 

Je l’aime. Nous vivons ensemble. C’est très bien ainsi.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by stoni - dans Définitions
commenter cet article

commentaires

C. Clotilde 20/04/2015 20:37

"Donné" par votre réponse, c'est plus précis. Faire rire est un cadeau.

C. Clotilde 20/04/2015 20:36

Merci pour l'éclat de rire provoqué par votre réponse et de vos passages.

C.Clotilde 17/04/2015 03:08

Bonjour, je reviens et me fais les mêmes réflexions, texte magnifique pour une relation hors norme (son évidence, sa durée, sa complémentarité). Et même une tolérance de chacun, car un convaincu à l'avis bien "tranché" en politique n'admet, me semble-t-il, de vivre qu'avec quelqu'un qui partage ces penchants ? (enfin j'ai souvent vu cela) Eh bien là, si, vous y arrivez et avec lucidité et sentiment mutuel. Très beau.

stoni 20/04/2015 14:02

Je préfère ne pas vivre avec une personne encartée au PCF, vu qu'on est assez bornés dans l'ensemble !

C.Clotilde 06/04/2015 07:08

Ah ben là je vais faire court et m'en vais pleurer la suite dans mon coin tellement c'est beau
Le plus étrange, le plus chanceux, c'est de vous être trouvés et de parfaire à ce point sans effort réel. Une déclaration d'amour qui chavire (l'émotion que procure cette écriture et l'attendrissement sur l'être qui la mérite). Tous les deux différents et semblables, complets à deux, en corps et âmes frères. S'être trouvés, dans une réciprocité, c'était pas donné statistiquement. Bien sincèrement et tiens je dirais affectueusement, si j'étais honnête !

stoni 07/04/2015 14:00

Merci pour ton commentaire Clothilde.

Je sais pas je demande 09/08/2014 22:32

Tu veux dire que tu aimes ton mec en le considérant comme ton frère ? Je suis ouverte d'esprit hein, je n'ai rien contre l'inceste s'il est librement consenti et qu'il n'y a pas de conséquences fâcheuses sur la descendance, mais ce n'est pas bien clair dans ce post. J'ai de rares amies que j'aime comme des soeurs et de rares amis que j'aime comme des frères, et je n'ai pas envie de coucher avec eux ni de faire ma vie avec eux pour autant. Donc ce serait intéressant de décrire ce genre de relation à la fois fraternel et amoureux.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss