Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 13:16

 

 

robespierre.jpg

 

Robespierre, ze psychorigid man

in ze psychorigid place

for ze psychorigid people

 

 

 

 

 

 

 

Ces temps-ci, je rêve souvent à Robespierre. J'éprouve à son égard une admiration qui confine à l'amour. Un amour intellectuel, un amour politique. Je ne ressens pareil dévouement pour aucune autre figure du panthéon communisto-gauchisant.

 

Bien sûr, il y a l'homme, les idées, l'action politique.

Bien sûr, il y a aussi la mort.

 

Beaucoup ont écrit là-dessus. Qu'ai-je à rajouter de plus ?

 

Mais il y a la sexualité. Je suis une personne très intéressée par le sexe. Et Robespierre ne semblait absolument pas l'être. De ce qu'on en sait. Je ne puis dire, comme le prétendent certains, s'il était asexué, s'il se tapait Saint-Just, ou si ça ne l'intéressait tout simplement pas. Je n'en sais rien.

Il est tout de même resté célibataire. Pour moi, il est pur de l'amour et – donc – du mondain. Quelque part, il n'a pas été corrompu.

 

J'aurais aimé être ainsi fait.

 

Je rêve donc de Robespierre. Je rêve que je dois prendre sa défense. Je rêve qu'il me parle. Il a toujours une présence bienfaisante, apaisante, amicale.

 

Cette nuit, j'ai rêvé que des historiens avaient découvert des documents importants sur sa jeunesse à Arras. Des aspects beaucoup moins probes de sa personnalité étaient révélés. J'apprenais qu'il avait été menteur, dissimulateur, défiant, parfois méchant ou mesquin. Mais qu'il avait ensuite beaucoup changé, jusqu'à devenir le politicien que nous connaissons.

J'étais déçu. Mais au final, je constatais que mon admiration ne faiblissait pas.

 

 

J'ai compris pourquoi j'ai fait ce rêve.

 

Depuis quelques semaines, je sais que mon patron "anti lutte de classes" se prépare à vendre son entreprise. Je ne sais pas ce qu'il adviendra de mon emploi, lorsque ça se produira.

Possiblement, je me retrouverai au chômage.

Je suis assez catastrophé à cette idée. J'ai vérifié sur internet : je devrais pouvoir toucher l'allocation chômage pendant deux années entières.

Je n'aime pas cette idée, je suis mal à l'aise avec cela. Mais uniquement pour moi-même. Pour n'importe qui d'autre, aucun problème : le droit au chômage est une maigre protection, un minimum, bien sûr qu'on y a droit et même plus que ça encore !

Mais pour moi-même ? C'est une autre histoire.

 

L'autre jour j'ai croisé quelqu'un que je n'avais pas revu depuis longtemps. Nous avons parlé de nos situations respectives. J'ai confié que je ne sais pas trop où j'en serai dans six mois. Plus pour me rassurer moi-même qu'autre chose, j'ai ajouté :

- Mais bon, ça va, j'aurai le chômage si tout se passe bien. Mais j'espère que je vais vite retrouver du travail dans tous les cas.

- Je l'espère pour toi aussi ! Moi, je suis au chômage depuis trois mois. Dans un an et demi, je compte partir vivre à l'étranger. Alors, tu vois, je crois que je vais rester sur ma cotisation et en profiter...

Et je me suis dit que je pourrais bien faire la même chose. J'aimerais partir vivre en Allemagne d'ici un an ou deux, justement.

D'un coup, j'ai eu honte de cette idée. Et puis quoi encore ? Ce n'est pas bien !

 

 

 

NON !

 

CE N'EST PAS BIEN !

 

C'EST MAL !

 

TU DOIS TRAVAILLER !

 

PROFITER DU CHÔMAGE C'EST MAL !

 

TU AS DES PRINCIPES !

 

 

 

 

Et merde putain ! J'en ai marre ! J'en ai marre d'être comme ça ! Ce type avec qui je discute, là, il ne se prend pas la tête, lui ! Pourquoi je dois toujous être aussi droit, aussi irréprochable ?

 

 

 

 

 

police-chomage.jpg

J'ai une sorte de police intérieure

dans ma tête qui me flique tout le temps.

Non, je ne suis pas schizophrène.

 

 

 

 

 

Ras le bol, nom d'un tapioca !

 

Je n'ai pas pris un seul putain de congé maladie depuis que je suis entré dans la vie active (donc depuis dix ans...). PAS UN SEUL. Pourquoi ? CE N'EST PAS BIEN. TU DOIS ALLER TRAVAILLER.

 

C'est un putain de droit pour les salariés, bordel de merde !

 

 

OUI. MAIS PAS POUR TOI.


TU N'ES PAS VRAIMENT MALADE.


LAISSE CELA AUX AUTRES QUI LE SONT POUR DE VRAI.

 

 

 

Franchement, j'écarquille de grands yeux en dévisageant le gars en face moi et je souffle :

- Tu vas taper le chômage jusqu'à ton départ ? Et tu te sens pas coupable ?

- Disons que je ne vais pas vraiment activement chercher du travail... Et attends, j'ai cotisé pour, merde. J'y ai droit.

- Ouah. Je sais pas comment tu fais. Tu sais... je me suis même jamais foutu en caisse de ma vie. Je crois que j'aurais du mal à... à être au chômage sans vraiment chercher "activement" du travail.

- Jamais foutu en caisse ?

- Non, jamais.

- Putain...

- Enfin, à la fois, j'ai toujours travaillé à temps partiel, donc bon, c'est moins dur d'aller bosser mal fichu lorsque ta journée est plus courte.

 

 

 

JUSTEMENT.


C'EST MOINS DUR POUR TOI QUE POUR LES AUTRES.

 

VA TRAVAILLER.

 

TA FIEVRE VA TOMBER.

 

 

 

Voilà ce que je me dis quand je suis malade...

 

Cette conversation, j'y ai pensé avant de m'endormir cette nuit et j'ai fait ce rêve avec le Robespierre que l'on découvrait faillible durant une partie de sa vie – ce qui ne ternissait pas pour autant la grandeur de son action politique.

 

Ouais, dans ce cas de figure, on peut en effet conclure que les rêves sont plus ou moins des désirs refoulés...

 

Enfin. C'est joli tout ça. Les petits arrangements de l'inconscient.

 

Mais toujours est-il que Robespierre, dans la réalité, n'a PAS été faillible. Jamais.

 

Et même que ça l'a tué.

 

 

 

 



Le même blog avec plus de trucs mieux
sur Facebook

 


Partager cet article

Published by stoni
commenter cet article

commentaires

Alexandra 30/01/2015 14:59

Eh oui! Quel homme que ce Robespierre mue par une motivation sans égale pour qu'aujourd'hui l'on nous considère aujourd'hui sur le même piedestal, qui n'a jamais ressenti une affection pour un personnage historique, un élan qui vient de je ne sais où, une sympathie, une sympathie pour quelqu'un dont on ne connait que les actes et agissements, et non l'homme qui se cachait derriere!
Pour ma part j'ai toujours ressenti une affection dont je ne connais la cause pour Napoléon, l'on pourra dire cr qu'on voudra, qu'il n'a pas toujours été glorieux dans ses actes, notamment concernant l'esclavage mais son parcours, sa force et sa volonté force le respect, après il a prit la grosse tête! ;)

stoni 31/01/2015 12:57

merci de ce gentil commentaire Alexandra !

Testeurfou 13/02/2013 17:00


Bonjour Stoni.


A force de te lire et pour essayer de répondre à ta question : peut-être parce que tu es un zèbre, et que les zèbres ont un sens aigüe de la justice, de la morale et de tout ce qui va avec ...


Peut-être que je raconte des conneries, mais bon, jette-z'y un oeil, on sait jamais ;)

Stella No. 12/02/2013 12:01


C'est aussi parce qu'on a conscience de la précarité de certaines choses que l'on est d'autant plus enclin à réfléchir (se torturer) afin d'éviter de les utiliser.


J'ai fait pareil avec mon congés de maternité, refusant les arrêts de travail pourtant fortement conseillés par le médecin, je ne me sentais pas malade. résultats, je n'ai pas été suffisamment
prudente pour mon enfant (qui heureusement va bien) et on m'a découvert un pb génétique... (qui fait qu'on ne se sent pas malade effectivement, mais qui est quand même bel et bien présent).


donc réfléchir oui, s'interroger oui, mais il faut quand même rester prudent...


on ne gagne rien de plus à se banaliser soi-même.

paniss 11/02/2013 22:38


vois-tu Stoni, j'ai du mal à te suivre. Ou plus exactement à suivre tes raisonnements par rapport aux arrêts maladie (et non aux CONGES maladie) ou au chômage.


Dans les deux cas il ne s'agit pas de droits qui découleraient de je ne sais quelle décision divine. Mais de ce qui ressort d'une assurance que tu paies chaque mois. Et ce n'est pas parce
que tu paies que tu dois automatiquement en "profiter". Dans le cas de la maladie, si tu es vraiment malade, tu t'arrêtes mais uninquement si tu es malade. Pour le chomdu, si tu n'as pas de
boulot, tu touches les allocations, tu cherches réellement un job et quand tu en as un, tu bosses.


Tous ces raisonnement s de merde qui affirment que le système est mal foutu et que dès l'instant où tu as droit à quelque chose tu dois en profiter quitte à tricher, tous ces
raisonnements de merde conduisent à la faillite d'un système juste. Et c'est justement ce que disent et ce qu'attendent tous les gens du medef et leurs copains pour foutre ce système en l'air et
le remplacer par des assurances privées. Et là, bonjour les dégats: si un tel système devait un jour se mettre en place, ce sont des larmes de sang qui seraient versées, pas des larmes de
crocodile. Et les seuls qui se taperont sur le ventre seront les assureurs privés que les tricheurs auront contribué à mettre en place, les cons!


Tu n'asjamais été malade? Tant mieux pour toi. Et j'espère que tu ne seras jamais au chomdu. Moi, je l'ai été et crois moi, c'est douloureux...


bien à toi



stoni 11/02/2013 13:42


MERCI Joseph, un grand MERCI fraternel de camarade, ainsi je ne suis pas le seul à être aussi borné !


oui tu as raison. mon père lui-même se comportait de la sorte, mon grand-père aussi.


 


avant je sais pas, ça remonte trop loin !


 


 

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss