Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 août 2013 5 30 /08 /août /2013 08:39

.

.

.

.

Le jour de la rentrée, dans le métro, les passagers descendent tous au même arrêt. L'arrêt des entreprises. Ceux qui travaillent dans les bureaux prennent la sortie nord, ceux qui travaillent dans les ateliers la sortie est. J'en fais partie. On regarde par terre. On est fatigués. On a la tête dans le cul. On marche vite, quand on descend de la rame. Résonne ce battement des pas sur le sol caractéristique des matins de boulot. Le bruit des pieds et le silence des langues. Personne ne parle. On fait la gueule.

Puis, au milieu, une vieille et son petit-fils avancent selon un autre rythme. Les gens les dépassent. Indifférents. Altiers. Agacés par le détour que ce couple boiteux leur a fait exécuter. La vieille et le gosse, main dans la main, lents, traînassent. Le gamin veut voir le métro repartir. Ses yeux s'éclairent.

Nous sortons tous de la station. Il y en a qui courent après leur bus. Un homme attend devant les tourniquets, exception vestimentaire, le maillot de corps mal lavé, le short de vacances et les sandales aux pieds. Il gêne les gens pressés, lui aussi. Il faut le contourner. Le gosse lâche la main de sa grand-mère, se précipite sous le tourniquet, quitte la station en ouvrant les bras et se jette contre la bedaine de cet homme, qu'il étreint. Il crie : "tonton". Le gars sourit. La joie simple, pleine et désintéressée, du petit garçon. Le laps d'une errance mentale, j'imagine la journée qu'il va passer, chez cet oncle, peut-être une sortie à la piscine municipale, des promenades au centre commercial et le jeu de football dans la cour de l'immeuble.

.

Et nous, les autres, qui rejoignons nos boulots.

.

J'avais oublié qu'il se passait des choses intéressantes, dans le reste du monde.

 

 

.

.


Retrouve Stoni sur Facebook

.

.

 

 

Repost 0
27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 13:38

 

 

.

.

Au cours de cet été torride, que je passai dans quelque impensable libation éhontée (et dont je ne piperai mot), je reçus ce message d’une fidèle lectrice du blog.

 

 

.

.

 

Cher et honorable Stoni,

 

Avant toute chose : bonnes vacances à toi, tu le mérites bien !

 

J’ai un problème.

Mon entourage est courageux, et j'apprécie sa franchise : c'est quelque chose d'assez rare je pense pour un écrivain. Il me signale gentiment qu'il n'aime pas ce que je fais, et certains n'hésitent pas à me faire comprendre que s'ils refusent de me lire, c'est que mes écrits sont trop chiants. Ouais. Carrément. Je préfère cela à une hypocrisie pourvoyeuse d'illusions.

Et pourtant, je fais des efforts : mon but n'est pas de faire de l'élitisme à deux balles ! Mais j'ai en moi des images, des effets, des thèmes, des messages que je veux rendre, et je m'astreins à m'en rapprocher toujours un peu plus : faut-il renoncer à ce qui me fait plaisir, aux thèmes et aux réflexions qui me touchent pour avoir un jour la chance d'être éditée ? Est-ce que ma manière d'écrire est plomblante par nature, car moulée dans une culture classique que je n'arrive pas à dépasser ? Ma capacité à faire chier le monde entier est-il un aveu de ma médiocrité ? Je ne sais pas, je t'avoue que je suis en plein doute. Et toi, qu'en penses-tu ?

 

Merci d’avance pour ta réponse, ô notre grand guide à tous.

 

Signé : une fidèle adoratrice

 

 

.

.

 

 

Fichtre ! Ce message me sidéra.

Il y a peu, je vous révélais que je pensais avoir fait le tour des sujets « caca écrivain ».

 

Mais en voilà un, pourtant crucial, qui m’avait échappé : le douloureux problème intitulé « mes romans n’intéressent personne » (ou sa variante « les gens trouvent ça chiant ce que j’écris »).

 

Ce saumâtre sujet est à la hauteur d’un Stoni mode saint-bernard qui, tout à coup, retrouva sa verve bloguesque afin de voler au secours de cette charmante jeune personne.

.

.

Quelle sera ma réponse à ce message ?

 

.

.

Une première chose. J’ai expliqué dans plusieurs articles que, à mon avis, il ne sert absolument à rien de demander à vos lecteurs (entourage proche, amis, conjoint, etc) ce qu’ils pensent de votre roman. Ou s’ils ont aimé. ON S’EN BAT LES COUILLES. Vos lecteurs doivent vous servir à corriger LE ROMAN POUR QU’IL SOIT COMPREHENSIBLE, et éventuellement L’ORTHOGRAPHE, LA GRAMMAIRE. Voilà. Le reste on s’en fout !

 

 

J’en ai longuement parlé dans ces deux articles :

 

Des tuyaux pour mieux écrire

 

Les sites web participatifs de correction et de relecture

 

 

 

Voilà une chose que vous devez intégrer, vous les auteurs « débutants », sinon vous n’allez jamais vous en sortir.

 

Ô, lectorat incrédule ! Je vais te raconter une histoire : la mienne.

 

.

.

 

J’ai commencé à écrire mes premiers romans « sérieux » vers 16 ou 17 ans.

 

Et tu sais quoi ?

 

Toute ma jeunesse, personne ne s’est intéressé à ce que j’écrivais. Mes amis ne lisaient pas, et quand ils faisaient une exception pour ma personne, ils abandonnaient mes œuvres romanesques au bout de dix ou vingt pages.

Je n’ai jamais connu un grand succès, adolescent, auprès de mon entourage.

Les caricatures que je dessinais en cours suscitaient bien plus d’intérêt !

 

Pourtant, j’aimais ça écrire, et j’étais assez frustré devant l’ennui qu’inspiraient mes textes !

 

J’ai ramé pendant des années à la recherche de lecteurs. Malgré tout, j’ai continué à écrire, car cela m’amusait.

Lorsque j’ai rencontré Aniki,  il a bien voulu lire mes magnifiques histoires enchanteresses. Voilà pourquoi j’ai décidé de vivre avec lui, d’ailleurs. Non je rigole, il y avait d’autres raisons. N’empêche, ça m’a fait plaisir. Enfin !

 

Aniki m’encouragea les années qui suivirent. Aniki et… Aniki et c’est tout.

 

Jusqu’à ce que je sois publié, pas grand monde ne s’est penché sur mes romans !

 

Malgré tout, j’ai été édité. Ben, je vous avoue, ça n’a pas changé grand-chose. Certains de mes amis ont daigné lire mon premier roman de bout en bout. Ils n’ont pas été très enthousiastes. Ce n’était franchement pas leur truc. Ensuite, ils ne sont plus donnés cette peine.

 

Et pourtant ! Pourtant j’ai été édité, pourtant j’ai eu mon lectorat, et vous connaissez la suite.

 

.

.

Je ne sais pas quel genre de bouquin vous écrivez, mais vous devez être conscients que la plupart des gens lisent des choses pour se détendre.

Je ne critique pas cela. C’est un simple constat.

 

Si d’aventure vous écrivez des choses qui ne « détendent » pas, vous risquez d’avoir un peu de mal à débusquer des lecteurs bénévoles.

 

Ne croyez pas pour autant que vous ne serez jamais édités. Il existe un marché pour les romans « qui ne détendent pas ». Certes, vous vendrez probablement moins de bouquins qu’un auteur de romans à lire sur la plage, mais ça ne vous empêchera pas de faire votre petit bonhomme de chemin dans d’autres secteurs.

 

Méfiez-vous de ce que les gens peuvent penser de vos textes. Ce n’est pas du tout un indicateur de qualité.

 

.

.

.


Retrouve Stoni sur Facebook

 

 

Repost 0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 11:10

.

.

.

Je suis allongé sur le divan en lisant " Marco Pantani, un homme seul ". Aniki surfe sur internet, juste à côté.

Il me demande :

- Ca veut dire quoi quand, dans un message sur facebook, la personne met un point virgule avec une parenthèse fermée à côté ?

Je repose mon livre et le dévisage. Il scrute son écran, tout à fait sérieux.

Je précise qu'il n'a même pas quarante ans.

- Hum, ça veut dire qu'elle te fait un clin d'oeil. Le point virgule c'est le clin d'oeil et la parenthèse c'est un sourire.

- C'est positif, alors ?

- Oui.

- Ok. Super je vais pouvoir répondre, maintenant je comprends mieux le message.

Et il se met à taper sur son clavier.

.

.

Tandis que, interdit, je contemplais cet homme, j'ai pensé aux débats qui reviennent régulièrement sur ma page facebook, où vous, mes lecteurs, vous demandez qui je suis en vrai.

.

.

 

Le mystère Aniki

.

.

 

Mais le véritable débat, le véritable mystère, ne serait-il pas : qui est Aniki, en vrai ?

 

.

.


Retrouve Stoni sur Facebook

Repost 0
Published by stoni
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 16:02

.

.

.

Les montagnes, la nuit (ou : ma vie matérialiste)

.

.

 
Depuis la plaine, voir les montagnes, de nuit.
Les lumières des villages perdues au milieu du noir opaque des reliefs. Elles sont rares, ces lumières, regroupées en petits essaims loin les uns des autres, isolée face à l’éternité de la roche.
 
Etre debout au pied des montagnes, la nuit.
Imaginer que l’on pourrait s’y égarer, là, tout de suite, intégrer la fraîcheur secrète des minéraux, frôler la pérennité de la terre, disparaître dans les forêts et finalement, dans un renoncement tranquille, s’anéantir.

.

.


Retrouve Stoni sur Facebook

Repost 0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 13:09
.
.
.
 
 
Aniki sent bon. Naturellement. Sa peau exhale des odeurs agréables, surtout son visage. Chaque jour son odeur diffère, et depuis, j’ai établi un nuancier des odeurs d’Aniki.
 
Il sent le sirop d’érable. Le pain chaud. La chaleur. La barbe à papa. (Sérieux. Il y a des jours où il sent réellement la barbe à papa. Comme ça. Sans rien faire de particulier. Il embaume, voilà tout.) La brioche salée. Le sucre. L’éclair à la vanille. Le jus d’ananas. Le levain. Et peut-être la plus enivrante de ses odeurs : la résine de pin.
 
Obscur phénomène que je n’explique pas, l’odeur d’Aniki se métamorphose au fil des jours, allant de l’une à l’autre de ces effluves, parachevant une fois de plus, s’il le fallait, son absolue perfection.

.
.
Repost 0
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 13:17

.

.

.

.

.

Comme je l'ai annoncé sur facebook, le blog se met en mode " vacances ".


 

D'habitude je poste toujours deux articles par semaine. L'un se rapportant à l'édition ou à l'écriture, l'autre à ce dont j'ai envie – tout et n'importe quoi.

Jusqu'à la rentrée je posterai avec moins de régularité, mais je devrais continuer à le faire. Je ne pars pas longtemps en vacances (une petite semaine en août).


 

J'en profite aussi pour vous dire que je risque, dès la rentrée, de freiner la fréquence des articles sur l'édition. J'ai vraiment le sentiment d'avoir fait le tour de la question. Je ne vois pas vraiment ce que je pourrais ajouter. N'hésitez pas à continuer à me suggérer des articles, on ne sait jamais. Mais souvent vos questions portent sur des cas très particuliers et, si j'essaie toujours de vous répondre personnellement, il devient impossible de généraliser la situation pour en tirer un article.


.

Je travaille sur un blog wordpress qui reprend tous mes articles "caca écrivain".

Overblog n'est pas une plateforme fiable (j'ai rencontré de nombreux soucis) et je souhaite me prévenir de tout scénario catastrophe à venir.


 

Vous pouvez jeter un coup d'oeil au wordpress qui est en chantier :


 

http://maviedauteur.wordpress.com/


 

Je trouve wordpress trop compliqué et l'interface fait fouilli. Bon, je me débrouille quand même.


 

Néanmoins le blog wordpress reste très mal référencé, je dois travailler ça. Le seul truc bien avec Overblog c'est que tu as un bon référencement sans rien faire, c'est automatique (enfin dans mon cas ça l'est).


 

Voilà les nouvelles que je peux vous donner en cette fin du mois de juillet.


 

Continuez à écrire, à répandre la parole stoniste et faites du vélo.


 


 

.

.

.

.



Retrouve Stoni sur Facebook

.

.

 

Repost 0
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 13:12

.

.

Message reçu l'autre jour :

.

.

Cher Stoni,
Une question qui me turlupine depuis mon premier envoi de manuscrit, y-a-t-il un mauvais moment pour envoyer son manu aux éditeurs? Par exemple, là c'est les vacances. Au retour de vacances les éditeurs vont avoir un mois de retard (ou deux) de manuscrits empilés, surtout qu'ils vont être en pleine rentrée littéraire, puis les Prix et juste après la période de Noël et la rentrée d'hiver. Bref, une période très très chaude pour attirer leur attention. Est-ce que c'est une mauvaise idée de leur envoyer mon manuscrit maintenant ?

.

.

 

Ma réponse : non, y'a pas vraiment de mauvaise période.

Par contre, j'aurais tendance à "déconseiller" d'envoyer en juillet et août, d'une parce que de toute façon les manus ne seront pas lus avant la rentrée, de deux parce que vous avez besoin de vous arrêter un peu et de vous couper de la recherche d'éditeurs. En faisant une pause de deux mois dans vos envois, vous vous faites du bien et vous en ressortirez avec plus de force pour affronter les hostilités dès la rentrée.

.

.


Retrouve Stoni sur Facebook

.

Repost 0
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 09:39

.

.

.

C'est un peu comme que je le sens, quoi...

.

.

 

 

A la fin de l'année, je vais avoir trente ans. Franchement, je ne suis pas ravi par cette perspective. J'en parlais l'autre jour avec un pote qui en a trente-quatre. Il m'a demandé pourquoi au juste je n'avais pas envie de vieillir.

Le pire, c'est que je ne savais pas vraiment la raison.

J'ai l'impression de ne pas avoir fait grand-chose depuis mes vingt ans – mis à part rencontrer et vivre avec Aniki (mon mec). Le temps est passé tellement vite. Ce qui me fait flipper, c'est qu'il va se produire le même phénomène pour cette nouvelle décennie : je vais me retrouver à quarante ans sans avoir fait grand-chose de plus.

Je ne sais pas pourquoi je cultive cette tendance certaine à l'inaction. Je suis du genre qui se laisse divertir par le craquement d'un diamant sur les pistes d'un vinyle. Pendant des années la musique m'a happé, maintenant beaucoup moins. Par quoi suis-je happé, désormais ? Je ne sais même pas.

Mon ami m'a dit qu'avoir trente ans, c'était mieux que vingt ans. Selon lui, on offre davantage de temps aux projets qu'on veut réaliser, notre conception du temps évolue. Au lieu de voir à court terme, genre six mois, on voit à quatre ou cinq ans en avant.

Je crois que c'est ça mon problème, car chez moi, c'est l'inverse.

Quand j'avais vingt ans, je me disais : "oh, si je ne fais pas encore telle chose ou telle chose, c'est pas grave, j'ai le temps devant moi".

Et maintenant, je pense : "il ne me reste plus beaucoup de temps avant d'avoir quarante ans, faut que je me bouge le cul".

.

Je n'ai pas le sentiment d'avoir grandi, ni d'avoir mûri. Je me sens toujours le même connard immature dans un corps qui vieillit.

Mais j'ai encore dix ans pour essayer d'être moins con, donc.

.


Si toi aussi tu veux pas avoir trente ans des masses
Retrouve Stoni sur Facebook

.

 

 

 

 

 

Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 15:33

..

.

..

.

Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)
Le yoga à l'épreuve du cyclisme (bande dessinée)

.

.


Si toi aussi tu butes un peu dans ta voie vers la paix intérieure
Retrouve Stoni sur Facebook

.

.

.

.

.

 

Repost 0
28 juin 2013 5 28 /06 /juin /2013 10:43

 .

.

.

 

 

L'autre nuit, j'ai rêvé que je sortais avec une jolie petite blonde. Nous n'en étions qu'au début de notre relation. Genre on se tenait la main dans le métro, tout heureux grâce à ce nouveau contact, cette peau encore inconnue, cette proximité mystérieuse, l'odeur de la personne à laquelle on ne s'est pas encore habitué. Nous nous embrassions avec une certaine réserve.

Puis nous allions au cinéma, j'avais choisi le film, qui hélas s'avéra absolument chiant. Je la sentais qui s'ennuyait, qui se trémoussait un peu sur son siège. Au lieu d'admettre mon mauvais choix et de lui proposer de quitter la salle de suite, je ne disais rien, je me forçais à regarder ce mauvais film d'auteur prétentieux, par peur de perdre la face. Lorsque le film était terminé, elle croisait dans le hall du cinéma un ami, m'abandonnait pour lui dire bonjour, ne me présentait pas. Par orgueil déplacé, je ne les rejoignais pas non plus – j'aurais pu m'imposer – non, je grattais dans mon téléphone portable. Puis elle revint me dire qu'elle allait prendre un verre avec cet ami, ils ne s'étaient pas vus depuis longtemps, ça ne me dérangeait pas ?

Et là je comprenais que je l'avais perdue à cause de film idiot et de mon comportement non moins stupide pendant la séance.

.

.

.

Ce genre de situation, j'ai dû en vivre des dizaines de fois.

Cela fait près de dix ans que je suis en couple, mais auparavant, comme tout le monde, je cherchais à "sortir avec quelqu'un".

 

J'avais alors dix-huit, dix-neuf ans.

.

.

.

Avant cela, au lycée, je draguais à tout va et remportais un certain succès. A l'époque je ne souhaitais pas m'engager, donc forcément, ça marchait, puisque je ne m'investissais pas. C'étaient ce qu'on appelle "des flirts".

 

Après le lycée, j'ai commencé à me lasser de ces gamineries, je voulais une relation quelque peu durable.

Et c'est là que les choses se sont gâtées.

.

.

.

J'entends souvent parler de la difficulté de "l'engagement" lié au mariage (ou au Pacs, ou à la vie en concubinage). Vous savez, les gens parfois disent : "c'est dur de toujours rester avec la même personne". Alors ça, je n'ai jamais compris.

Pour moi, c'est tout le contraire. Le couple, y'a rien de mieux au monde. Bien sûr, je pars du principe que ce couple fonctionne, que l'alchimie se fait. Une fois que j'ai eu trouvé Aniki (mon conjoint), je n'ai jamais songé à revenir en arrière ni n'ai rêvassé sur "la liberté de l'infidélité". Ce doit être une question de caractère. Mais pour moi, la "liberté" d'aller draguer ici ou là s'apparente bien davantage à un bagne.

.

.

.

Franchement, draguer, flirter, c'était terrible, pour peu qu'on prenne la chose un minimum au sérieux. Et moi je la prenais au sérieux ! Je ne voulais pas baiser un soir comme ça, non, je voulais trouver quelqu'un avec qui ça fonctionnerait. Je visais large (mecs surtout, mais j'étais ouvert aux filles), pourtant, qu'est-ce que j'ai pu galérer !

 

Envers les célibataires, j'éprouve non de l'envie, mais une sincère compassion. Draguer, rencontrer, aborder, mais quelle horreur.

Tu te sens comme une sorte de pièce de viande sur un marché, genre qui va bien vouloir de moi ? Je ne parle pas vraiment de la question du physique – le mien ne m'a jamais handicapé. Mais quand tu rencontres quelqu'un, l'autre est toujours en train de te peser, de t'estimer, de chercher tes défauts. Et puis, rien que pour rencontrer quelqu'un, bonjour le sale boulot. ABORDER UNE MEUF OU UN MEC POUR LA PREMIERE FOIS. Oh je te jure, y'a pas de situation plus relou au monde. Qu'est-ce que je lui dis ? Salut ? Tu viens souvent ici ? Alors t'es un(e) ami(e) de Truc ? Et quand tu te diriges péniblement vers cette personne encore inconnue qui te plaît, tu te sens un peu comme un pauvre pilote condamné à exploser avec son avion kamikaze, traçant tout droit sur sa cible suicide.

.

.

.

Quand je pense qu'à seize ou dix-sept ans j'étais capable d'emballer en une heure chrono. Bien sûr, j'étais un fieffé manipulateur à l'époque et ne mêlais point les sentiments à l'affaire.

 

Pour peu que tu grandisses, que tu adoptes un minimum de maturité, que tu sois sérieux dans ta démarche, ça y est, c'est foutu, tu deviens une bille en relations humaines.

Méchante ironie du sort, au passage.

.

.

.

Bon, admettons que ta mission suicide ait – par un miracle inouï – réussi et que tu arrives à sortir avec la personne. " Sortir ". Genre, vous vous retrouvez dans un bar, un café, un pub, pour boire un verre " et faire connaissance ". C'est là que les ennuis commencent pour de bon. A ce stade, je me rendais compte que la plupart des gens étaient extrêmement compliqués. Les discussions étaient ardues. Je disais toujours un truc qui provoquait un scandale. Mais pas un truc grave, genre un truc sur l'écologie ou sur un film que j'avais pas aimé. Je disais ça comme ça. " Pour faire la conversation ". Et là, psychodrame, en général j'instaurais un froid qui plombait toute la soirée et mon rendez-vous ne me rappelait jamais.

 

Je devais constamment me surveiller, car dès que j'étais un tant soi peu naturel et spontané, je faisais ou disais un truc qui " dégradait l'atmosphère " comme qui dirait.

.

.

.

Non mais rien que le téléphone, déjà. Quel putain d'instrument de torture quand tu dragues. Qui doit envoyer un SMS en premier ? Si j'envoie un SMS, ça fait pas un peu le mec accro ? C'est peut-être encore trop tôt pour ça, non ?

Ou bien le coup du SMS mal interprété. Genre t'envoies un SMS que tu croies dénué de tout caractère équivoque, par exemple :

 

Tu m'as parlé de tel livre l'autre jour, tu pourrais me le prêter ?

 

Ou une super excuse pour envoyer un petit SMS et fournir un nouveau motif de rencontre.

 

Ce à quoi la personne te répond :

 

Tu me prends pour qui ? Je suis pas un objet qu'on utilise. Au vu de ton attitude je crois qu'on ferait mieux de pas se revoir.

.

.

.

 

.

.

.

Je vous jure, c'est du vécu. Et ne croyez pas que ce genre de bizarrerie est réservé aux meufs. J'ai testé les deux. Les mecs aussi sont complètement hystériques, et réagissent comme s'ils avaient leurs règles vingt-huit jours dans le mois (oui, parce que c'est ce qu'on dit de vous les meufs quand vous réagissez d'une manière qu'on pige pas). Pour ça, y'a pas un sexe qui rattrape l'autre.

 

Exemple. Une fois après qu'on se soit dragouillé tranquillou lors d'une soirée, un mec m'a envoyé le SMS suivant :

 

J'aimerais qu'on se revoit vite car je dois partir en emploi saisonnier à la montagne mardi prochain. Tu peux ? Tu veux ?

 

Ma réponse :

 

Oui bien sûr, je vais essayer (horaires taf pas encore sûres), je te rappelle dès que je sais.

 

Nouveau SMS du gars :

 

Vu ton enthousiasme, laisse tomber. Bonne continuation.

 

.

.

.

.

.

.

Exactement le genre de SMS qui te laisse sur le cul.

QUOI ? MAIS QU'EST-CE QUE J'AI DIT ? QU'EST-CE QUE J'AI FAIT ?

J'ai juste tapé un PUTAIN DE SMS qui te dit la vérité, mon pote : je ne connais pas encore mes horaires, je ne sais pas si j'aurai le temps. Et quoi ? Où est le crime là-dedans ? Il se prend pour qui, lui ? Il croit que je vais sécher le taf, me faire licencier, lui dérouler le tapis rouge et lui servir un repas aux chandelles, tout ça parce qu'il daigne m'envoyer un foutu SMS à la con ?

 

Quand je rencontrais quelqu'un, j'avais l'impression d'être une sorte d'ambassadeur de mon pays stonien dans un continent vierge, aux moeurs et aux coutumes tout à fait inintelligibles. Je me sentais un peu comme le premier mec occidental qui a débarqué au Japon (ne me dites pas le contraire, le Japon est tout de même assez inintelligible comme société).

.

.

.

Je sais pas trop comment ça se passe, aujourd'hui, avec internet et tout. Peut-être qu'avec les sites de rencontre, les gens ont davantage l'occasion de se connaître avant de se voir physiquement, et si ça évite ce genre de tractation, tant mieux.

 

Enfin, ça a été comme ça jusqu'à ce que je rencontre Aniki.

 

Le couple, c'est comme la sécurité de l'emploi. Sans déconner. C'est comme si t'étais fonctionnaire. Tous les jours, t'es servi question affection, t'as quelqu'un à qui raconter ta vie le soir. T'as une sexualité quotidienne si tu le souhaites, t'as de la compagnie, tu peux rigoler avec ton conjoint, jouer à des jeux cons d'imitation et tout. Tu peux plus gaffer, tu peux plus sortir un truc qui fout le malaise, vu que tu connais la personne comme si tu l'avais faite et que, franchement, tu as eu le temps de cerner les sujets tabous (dans le cas où il y en aurait).

Pas de missions kamikazes pour aborder une personne inconnue, pas de maladresses lors du premier rencard, pas de rendez-vous ratés, pas de négociations diplomatiques par SMS.

 

Alors franchement, moi, les histoires de "liberté d'aller voir ailleurs", ça me fait bien rire.

 

.

.

.


Si toi aussi tu as donné en dragues kamikazes
Retrouve Stoni sur Facebook

.

.

.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss