Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 14:30

 

La plombe numéro un : le cocoïsme

 




Les fidèles de l’ancien blog de Stoni s’en souviendront : fin 2008, je rejoignais le troisième plus grand parti de France (en terme d’adhérents).

 

Mais que les nouveaux lecteurs se rassurent : je vais tout récapituler.

 

Pseudo marxiste autodidacte, humble travailleur du privé, je décidai, à 24 ans, d’objectiver ma pensée politique en rejoignant « le » Parti.

 

Objectiver, c’est concrétiser un concept subjectif. Ce qui est subjectif tient du Sujet, et le Sujet est en général une personne.

 

J’objectivais ainsi la chose dans le réel, via l’organisation d’un groupe et surtout par l’action. L’objet est ce qui n’est pas sujet… Objectiver le marxisme, pour moi, c’était se frotter à la politique, aux institutions, distribuer des tracts aux badauds et j’en passe.

 

En m’encartant, j’intersubjectivais aussi, car je me préparais à me confronter à d’autres subjectivités, d’autres êtres pensants, qui partageraient (ou étaient censés partager) mes convictions et mon espoir dans le socialisme.

Inter – subjectif : relation de sujet à sujet. Voire de sujets à sujets, au pluriel.

 

Bref, je voulais sortir de ma petite subjectivité marxisante.

 

Résultat : un an et des cacahuètes plus tard, je suis lessivé.

J’espère toutefois qu’il s’agit d’une phase… vous voyez, j’ai ce grand défaut d’espérer.

 

Au bout de quelques mois de militantisme assez forcené, je réalisai vite que j’étais un extra-terrestre, au sein du Parti (ou du moins ma section, la section représentant souvent une ville).

 

Formé tout seul à la maison, d’origine roturière, allez disons-le, de famille pauvre, n’ayant pas fait d’études (surtout pas !) et ne briguant pas un poste de fonctionnaire, eh bien, ma foi, je me retrouvai tout seul confronté à des militants qui étaient l’exact contraire.

Thèse, anti-thèse, positif, négatif, on tourne en rond…

Alors je pris sur moi, et ménageai ma conscience personnelle. Je convoitai la synthèse. Je fus patient, me tuai à l’ouverture d’esprit et ne jugeai point. J’écoutai. Beaucoup. Parlai bien peu. Qu’avais-je à dire ? Il y aurait eu tant à dire… Je n’avais pas le temps, et pas le moindre camarade ne se serait penché sur un mémoire singulier de 300 pages – que je n’avais pas envie d’écrire, par ailleurs.

 

J’essaie d’être écrivain, entretiens mon côté artiste : je ne suis définitivement pas le genre de mec apte à faire de la politique.

J’étais venu pour militer. Pour la lutte des classes. Pour fomenter une révolution. J’étais le premier à me ruer sur les marchés, histoire d’y distribuer des tracts aux citadins récalcitrants. Là, on s’en prenait plein la gueule, vous pouvez me croire ! Mais je continuai quand même.

Je suis d’un naturel opiniâtre.

Le problème ne vint pas tant des badauds – je sais à quel point l’anticommunisme est florissant, et malgré tout, tombai parfois sur des gens très sympas.

Le problème vint que je ne voulais pas faire de politique au sens propre, chose que ne comprennent point les camarades.

 

Me voyant à la pointe de l’arpentage de marchés dominicaux, les responsables entreprirent de me draguer. Bref, on me proposa des places dans les instances locales du Parti. Chose pour laquelle je n’avais ni le temps (à l’époque, je travaillais le soir), ni la mentalité (la diplomatie et moi, ça fait deux).

J’expliquai gentiment les raisons de mon refus.

L’explication ne fut pas écoutée.

Les responsables réitérèrent leurs alléchantes invitations. Je refusai encore. On s’énerva, me taxant d’être buté. Je répétai mon argumentation.

La quinzième fois, j’en eus un peu marre. Surtout quand je découvris que la fabuleuse place m’était offerte par défaut, et pour faire jeune. Puisque je n’ouvrais pas souvent ma gueule, les camarades savaient bien peu de choses sur moi, et je ne tardai pas à faire une seconde découverte : ils pensaient que j’étais à peu près débile (j’ai dit plus haut ne pas avoir fait d’études) et que j’alignerais ma conduite politique sur celles des gradés.

 

A ce stade, la lutte des classes objectivée dans un parti politique commençait de me chauffer.

Je coupai les ponts et cessai de militer.

 

D’autres camarades, avec qui je m’entendais mieux, vinrent me récupérer. Ils surent me convaincre de revenir.

Je me souviens avoir eu cette parole, dans un bar en plein hiver :

- Mais je vais revenir, et vous allez vouloir que je fasse de la politique. Encore. Et moi, je vais vous décevoir, parce que je vais refuser. Je vois le truc à dix kilomètres.

Mon interlocuteur me répondit :

- Faudra bien te mouiller un jour pourtant !

- Mais puisque je te dis que je ne sais pas faire ça ! C’est pas mon rayon. J’ai pas l’esprit fait pour la politique. Moi je veux bien militer, aller sur les marchés, faire du porte à porte par exemple, mais m’impliquer dans des affaires de gestion locale, hors de question !

- Et comment tu feras, quand tu seras un grand écrivain mondialement connu et que tu devras répondre à des interviews, et faire des apparitions publiques ?

- Mais bordel j’en suis incapable ! Tu crois quoi ? Dès que je dois rencontrer mon potentiel éditeur, j’ai envie de dégueuler pendant trois jours ! Tout ce que je veux, c’est être tranquille dans mon petit coin, à écrire !

 

Mais le militantisme me manquait, et je revins.

 

Et les choses ont recommencé, à l’identique.

 

Bien que je détienne un providentiel et merveilleux CDI, je préfère que mon nom ne soit pas publiquement lié à mon parti. A mon humble avis, mes employeurs n’apprécieraient pas.

Je refusai donc de signer une déclaration politique, qui devait être postée sur Internet. Ce à quoi l’on me rétorqua :

- C’est une attitude bourgeoise.

 

Quand je pense à l’argent, au temps, à l’amour, à l’espoir, à la patience et aux efforts que j’ai fournis, je réponds :

 - Merci bien.

Certes, j’ai plutôt envie de vociférer :

- Je t’emmerde !

Mais je ne veux pas le faire. La colère ne m’intéresse pas.

 

Ce texte aura l’air du réquisitoire d’un communiste aigri par sa courte expérience. Ce n’est pourtant pas ce que je veux signifier.

Je ne garde même pas de rancune envers les camarades – tous, quels qu’ils soient, gradés ou pas. J’ai écrit une lettre à un ami fort de quarante ans d’adhésion au même parti, où je résumai la situation. Je lui ai dit :

- Je ne sais pas, je ne sais plus rien… J’étais heureux de militer et de donner un peu de mien à une force qui me dépassait. Mais ils ne veulent pas que tu restes simple militant de base. Non, il faut à tout prix que tu sois institutionnalisé. Responsabilité dans la section, ton nom sur une étiquette, ta signature sur un communiqué… Alors, que faire ? C’est tellement incompatible. Ma démarche, ma pensée, mon histoire et les leurs. Il ne s’agit pas d’un choc des cultures. Mais d’un choc des conceptions, peut-être. Je suis déçu, en fait. Ça sert à rien. Tout ça ne sert à rien.

 

J’attends sa réponse.

 

Repost 0
26 mars 2009 4 26 /03 /mars /2009 14:28


CDI, Contrat à durée indéterminée.

 

Sigle juridique français qui signifie : sécurité provisoire de l’emploi.

 

J’ai signé un CDI début 2009, après des années de travail « précaire » (soit, en CDD – contrat à durée déterminée).

 

Tout le monde m’a bien fait comprendre que j’avais décroché la timbale, surtout en cette période de crise économique.

 

Mon ressenti subjectif donnait une autre version des faits :

 

« Ok, on estime que je suis compétent pour occuper cet emploi à long terme, ce qui est juste : ce contrat est donc parfaitement normal ».

 

Syllogisme équivalent à celui-là :

 

« Il est normal de travailler, et il n’est pas normal d’être au chômage, donc une embauche n’a rien d’une faveur accordée par une autorité managériale excessivement magnanime ».

 

Mes amis et mon entourage me répétèrent :

- Quelle chance pour toi ce CDI !

Je répondis :

- Ben écoute, si chuis bon pour le taf, je vais pas tailler une pipe à mes patrons non plus, pas vrai ?

 

Le chômage de masse a tendance à faire croire qu’un emploi à durée indéterminée, c’est la panacée du travailleur ! Une chance !

 

C’est un fait de constater que de trouver de l’emploi depuis 1973, ce n’est plus aussi facile qu’avant.

Elément historique que je n’irais certainement pas contredire.

 

Mais c’en est un autre de se leurrer, et que de croire que les patrons recruteurs sont des mecs vachement généreux et que de travailler à un salaire décent relève de l’exploit.

 

Je rappelle qu’il n’y a pas d’activité économique sans travailleurs.

Sans patrons, c’est imaginable, tout de même.

 

Un peu de dignité n’a jamais fait de mal aux courageux travailleurs qui viennent de trouver un emploi.

 

Repost 0
Published by stoni - dans Définitions
commenter cet article
25 mars 2009 3 25 /03 /mars /2009 12:02






Qu’est-ce tu deviens, mec ?

 

J’ai pas le temps. J’ai le temps de rien faire. Je fonce, je zigzague, je louvoie, j’esquive, je négocie les virages, je cours mais je ne fuis pas.

 

La BD, comme sur le premier blog de stoni, j’ai plus le temps.

 

Plus le temps pour rien, sinon pour Aniki (mon copain), l’écriture (mon soi-disant métier), la lecture (ma soi-disant culture) et moi (qui n’existe pas tel que je le prétends ici).

 

 

Alors, ce blog, qu’est-ce que c’est que cette connerie ?

 

C’est une simple précaution, au cas où je ne pourrais pas publier certains écrits, de certains de mes amis, sur le site de mon parti politique.

 

ENCARTE !

 

Je suis devenu un bon petit rouge encarté au plus grand parti politique d’extrême-gauche, ce qui ne me fait pas une plus belle jambe qu’avant !

 

Mon véritable blaze est inscrit sur l’une des 130 000 cartes revendiquées par ce parti.

En toute honnêteté, nous devons être 80 000 vrais adhérents (les autres cartes sont attribuées à des gens décédés, mais ce n’est pas volontaire…).

 

LA PLOMBE NUMERO UN !

 

Les camarades me saoulent : « grave ».

 

LA PLOMBE NUMERO DEUX !

 

J'expérimente le désarroi intellectuel, et subjectif, de travailler avec un Grand Editeur Français (ouais j’écris des romans).

 

QUESTION FRIC ?

 

Toujours aussi nul ! Mais j’ai un salaire plus régulier désormais, et je ferme plus volontiers les yeux avant de m’acheter, par exemple : Un captif amoureux de Jean Genet, en Folio neuf, à 8 euros.

 

LE TAF : UN CDI !!!

 

Et oui j’ai « décroché » un CDI, ce qui est censé me dilater les orifices de joie et de gloire.

Bon, pour tout dire, j’en ai pas grand chose à foutre.

Disons que je tape dans la moitié du SMIC, puisque je travaille à temps partiel.

On est tous super contents n’est-ce pas !

 

ANIKI.... ANIKI....ANIKI.... ANIKI....ANIKI.... ANIKI....ANIKI.... ANIKI....ANIKI.... ANIKI....

 

Aniki je t'aime, quelles magnifiques soirées nous passons à regarder des films tels que Supergrave, mais t'abuses de m’abandonner sept jours pour tes déplacements professionnels.

 

Je réitère mon idée de te trouver un remplaçant, que je conserverai à ton retour, aussi connaîtrons-nous les joies du triolisme.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss