Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 13:49

 

 

 

 

 

Quand j’étais jeune, j’étais pauvre (je le suis toujours, mais un peu moins). Longtemps je ne me suis pas couché de bonheur, mais longtemps j’ai vivoté d’un boulot à l’autre, et j’ai essayé pas mal de trucs pour glaner un revenu ici ou là.

 

Entre autres, j’ai été un cobaye.

 

Je devais avoir vingt ans, un truc comme ça. J’ai vu une publicité dans un journal gratuit :

 

 

LABORATOIRE CHERCHE

JH / JF 18 A 30 ANS

AVEC TENDANCE PEAU GRASSE OU ACNEIQUE

POUR TESTER CREME DE SOIN

 

CONTRE REMUNERATION

 

 

Ni une ni deux, j’appelle au numéro de téléphone indiqué et une personne fort peu affable me fixe un rendez-vous au laboratoire.

 

Le jour dit, je réalise que nous sommes trente à être convoqués à ce même rendez-vous. Des personnes en blouse blanche qui tirent une gueule pas croyable nous refilent un interminable questionnaire à remplir où, en gros, tu racontes ta life de A à Z.

Avec des questions du genre :

 

Avez-vous des taches d’une couleur allant du vert olive au violet nuit sur les cuisses :

 

  • Sur la face intérieure des cuisses

  • Sur la face extérieure des cuisses

  • Sur la face externe

  • Sur la face interne

  • Nulle part

 

Bon, déjà, quand t'as pigé la différence entre la face interne et intérieure de ta cuisse, tu vas jeter un coup d’œil discret en remontant la jambe de ton jean. Que des trucs de ouf que t'y avais même jamais pensé avant.

 

Avez-vous tendance à placer votre langue :

 

  • Sous le palais

  • Enroulée sur elle-même (???)

  • Sur la première chatte / bite qui passe (rayez la mention inutile)

  • Nulle part

 

Non pour l'avant-dernière proposition je déconne, mais je te jure, que des questions à la masse. Et du coup, avec mon questionnaire, je passe une heure à sonder ma bouche avec ma langue, ou à examiner la peau sous mes aisselles, ou à mesurer la pilosité de mon torse.

 

Cela fait, je suis reçu par un laborantin à l’air sadique qui décortique mon questionnaire, en silence, puis me gratifie d’un lapidaire : « Vous êtes retenu pour l’étude ».

Ouais ! Super ! Mais, hélas, l’étude ne commencera que dans une semaine, ce qui signifie un autre rendez-vous. Et là, tu commences à te dire que tu as perdu deux heures sans rétribution, car la récompense t'est donnée à la fin de l’étude seulement, genre soixante ou cent euros, je m’en souviens plus.

 

Une semaine plus tard, je me pointe au nouveau rendez-vous. Nous sommes dix à avoir été convoqués et un second questionnaire nous est donné. Cette fois, les questions visent particulièrement le sujet de l’étude, c’est-à-dire la tronche de la peau de ton visage. Je suis prié de décrire avec exactitude la gueule de mes boutons, leur grosseur, leur largeur, leur consistance, leur couleur, leur emplacement – avec un petit miroir à disposition s’il vous plaît ! Oh je te jure, à la fin de la journée, j’étais capable de dessiner une cartographie précise de mon acné, limite j’avais créé des département et des régions, et je débutais l’étude minéralogique du terrain.

A cet instant, un gus en blouse blanche passe parmi nous en chantonnant, se gratte ostensiblement le cul et les couilles, puis s'en va. On s’est regardé, avec les autres cobayes, avant d’éclater de rire. J’ai dit que ça faisait sûrement partie du test, tu vois, pour vérifier si tu réagis normalement quand un gus se gratte le cul et les couilles.

Vingt minutes plus tard, une nana passe, rentre dans un bureau et dit à la personne présente dans ce bureau : « Allez vous faire foutre, madame ! ». Puis elle se barre.

Non mais sérieux, on se posait des questions. La putain de baraque de malades mentaux.

 

 

laborantin_t1000.jpg

Style genre

 

 

Malgré ces truculentes diversions, je remplis mon questionnaire, et un nouveau laborantin à l’air sadique, à peu près aussi charmant que Hannibal Lecter ou le T-1000, me reçoit dans une salle. Le mec reluque mes boutons sous toutes leurs coutures et accessoirement énumère à voix haute à quel point ils sont immondes. Il prend des photos et me fournit un petit pot de crème, avec un tableau de bord à remplir chaque jour de l’étude. Le laborantin explique que si je faillis à mes obligations, soit, si j'oublie de remplir le tableau matin, midi et soir, je serai banni de l’humanité à jamais et envoyé sur une île appelée « Hell’s Island » où des éléphants cracheurs de feu ont pour habitude de manger des humains. En gros c’est à peu près ça.

Sur le tableau de bord, tu dois noter si tu fais des réactions. C’est tout.

 

Je suis reparti avec mon pot de crème et mon tableau. J’avais trois semaines pour tester la chose.

Comme rien ne se passait avec cette crème, j’ai rempli mon tableau le dernier jour en mettant à chaque case « RAS ».

Je vais au dernier rendez-vous. Le laborantin T-1000 me fait toutes sortes de prélèvements, sans être capable de construire une conversation agréable et humaine. Le mec est à fond dans son truc. Il finit par avouer : « Vous avez mis la crème tous les jours, c’est bien ». Wallah, enfin un compliment. Le type me prend en photo et remarque que mes boutons sont toujours aussi immondes. Sans déconner mec, j’avais pas réalisé. Là, le laborantin s’est assis et a déclaré (je te jure c’est vrai) : « Voilà, encore une étude de faite, j’ai rempli ma mission. Vous savez, je n’aime pas ce métier. Mais vous vous en foutez je suppose. » J’ai grave halluciné et je me demandais si ça faisait (encore) partie de l’étude. A la fois, quel rapport entre la conduite dézinguée de ce mec et mon acné ? J’ai simplement répondu : « Euh quand est-ce que je vais avoir mon chèque ? ».

Trois semaines plus tard, tu reçois le chèque de soixante euros ou de cent euros. Bon, c’est toujours ça de pris.

 

Mais, pour au moins six ou sept heures passées dans ce putain de laboratoire rempli de déglingos, j’ai trouvé ça maigre comme rémunération et j’ai évité de recommencer.

 

 

 

 

 

 

Le même blog avec plus de trucs mieux

sur Facebook



Partager cet article

commentaires

Jojo D. 23/08/2012 11:18


Tu n'as même pas administré au laborantin quelque gentilesse ?

stoni 19/07/2012 22:32


vas-y raconte !


 


oui, l'acné j'aimais bien, j'en avais juste assez pour que ça soit marrant, trop peu pour que ce soit pénible, et ça voulait dire que j'étais jeune. et je savais qu'un jour je le regretterai, cet
acné... comme disait ma mère : "vous plaignez pas des boutons, un jour vous aurez des rides à la place". ha ha.

clopine 19/07/2012 19:47


Ceci dit, mon histoire de culs de lapin, comme la tienne de cobaye, est parfaitement exemplaire. Je ne l'ai pas racontée souvent, de peur d'effrayer des âmes sensibles : une fois chez Assouline,
une autre fois ailleurs... Mais si tu es client, je m'en vais la broder sur mon blog - elle est parfaitement véridique, mais j'y vois aujourd'hui une autre morale que celle que j'en ai tirée,
quand j'avais 19 ans. 


Bon, d'un autre côté, faudrait pas qu'elle empêche qui que ce soit de se rouler des patins, n'est-ce pas...

clopine 19/07/2012 19:39


ah Stoni, je t'aime (en tout bien tout honneur) parce que tu écris ça : "limite je l'aimais bien mon acné", et ça, franchement, ben c'est universel. 

stoni 19/07/2012 17:32


j'avais pas beaucoup d'acné, limite je l'aimais bien, mon acné. c'est pour le pognon que j'ai fait ça.


cela dit les pauv culs de lapins, quand même, ils t'avaient rien fait !

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss