Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 13:29

 

 

 

 

 

La semaine dernière, je vous donnais mon avis sur l’utilité de posséder un blog lorsqu’on est un auteur en quête d’un premier éditeur.

 

Aujourd’hui, je vous donne mon avis sur le cas des auteurs édités.

 

Avant tout, je tiens à préciser qu’il s’agit de mon avis personnel, il n’engage que moi et beaucoup d’auteurs édités ne le partageront certainement pas.

 

Mon avis ne concerne que les auteurs édités par des maisons correctement distribuées, qui font de la littérature pour adulte. Pourquoi ? Parce que c’est l’univers que je connais. Je ne me prononce pas sur les auteurs jeunesse, ni sur les auteurs édités chez de micro-éditeurs, édités en numérique ou auto-édités.

 

Bref. Venons en au fait.

 

 

Est-il indispensable pour un auteur d’être présent sur internet afin d'exister dans l’édition aujourd’hui ?

 

Ma réponse est NON. Bien au contraire.

Un site web, un blog, un compte facebook, ne feront pas gagner davantage de lecteurs à un auteur.

Ce qui donne des lecteurs à un auteur, c’est un bon éditeur (dans la mesure du possible), un bon distributeur – diffuseur, un bon attaché de presse, un bon bouche à oreille.

Autant de choses qui n’ont strictement aucun rapport avec le blog ou internet.

 

Je ne suis pas contre le petit site ou blog avec seulement une bio et une bibliographie. Pourquoi pas ? Si cela n’est pas prévu sur le site web de l’éditeur, ça aidera à sortir sur Google quand des gens cherchent des infos sur vous.

 

En revanche, j’éviterais à tout prix le blog, le site ou la page facebook « 3615 MYLIFE ».

C’est pourtant ce que je fais avec le blog et le facebook de Stoni, allez-vous me répliquer. Oui mais non. Stoni, on ne sait pas ce qu’il publie, ni qui il est. Ce n’est pas officiel. Je peux tout me permettre.

Je pense qu’un auteur édité ne peut pas s’autoriser ce genre de publicité.

 

L’expérience m’a donné cette opinion.

Parce que, avant, j’avais un compte facebook « officiel » d’auteur. Je l’ai fermé depuis.

 

Dans mes contacts facebook, je comptais nombre d’autres écrivains que je connaissais de près ou de loin.

Voir leurs publications facebook au jour le jour m’a dégoûté de cette pratique, m’a ouvert les yeux sur la mienne, et m’a poussé à fermer ce compte.

Sur un blog d’auteur, sauf exception, le même phénomène se vérifie.

 

Je m’explique.

 



Le blog et le facebook officiels d’auteur virent très vite à l’autosatisfaction permanente.

Moi aussi, au début, sur Facebook, je postais des liens vers les (bonnes) critiques de mes bouquins. Oué trop bien chanmé le monde m’adore regardez la preuve. Je n’écrivais pas cela, mais au fond, c’était bien l’esprit. Et puis je me suis rendu compte que c’était parfaitement ridicule. Que tous les auteurs faisaient la même chose. Que des mecs de cinquante balais continuaient à poster des liens : oué trop bien chanmé le Figaro m’adore comment je me fais une personal branlette là.

C’est ça le problème. C’est que c’est de la pure branlette. Vous avez déjà vu le tumblr « personal branling » ? Franchement, si les mecs qui s’en occupent s’attardaient un peu sur les blogs ou facebook d’auteurs, ils auraient de quoi poster des conneries jusqu’à la fin des temps.

 

Au personal branling, succède très rapidement le branling mondain. C’est-à-dire la branlette mondaine du petit milieu de la littérature. Tu postes une photo prise au salon du livre avec tel journaliste à la con : ouah trop cool, je connais trop du monde mon pote ! Photo avec une brochette de « potes » auteurs (en vérité, des types qui n’attendent qu’une chose : que ton prochain roman soit un bide) : je connais trop des auteurs connus on est trop amis je fais partie de ce milieu formidable qu’est l’édition ha ha ha !

Ça aussi, je l’ai fait au début. MEA CULPA.

En voyant les autres le faire, j’ai réalisé là aussi combien cela puait l’autosatisfaction, j’ai eu honte et j’ai cessé.

 


 

http://www.topito.com/wp-content/uploads/2012/12/anigif_enhanced-buzz-8094-1355941063-6.gif

  Branlette entre copines : peut-être sont-elles écrivains !

 

 

Vous savez, je ne suis jamais contre une bonne petite branlette, que ce soit tout seul ou en groupe. Mais ça ne se fait pas en public, et encore moins sur internet. Sans déconner.

 

La branlette n’est pas encore le pire.

Le pire est le phénomène « mon avis aussi compte ».

Sur son compte facebook ou son blog, l’auteur donne son avis. Sur quoi ? Sur tout. Sur les livres de ses amis écrivains trop mes potes trop chanmé le milieu de la littérature waooouh. Bon, ça, encore, ça va. Il a le droit de branler ses copains, l’auteur édité.

Mais il donne aussi son avis sur des sujets de société. Sur la politique.

Je vous préviens : en général, si un écrivain c’est très bien quand il fait de la fiction, c’est beaucoup moins bien quand il s’essaie à l’analyse socio-politique. Ouais, je sais, le droit de l’écrivain à donner son avis, le rôle du prescripteur d’opinion, machin truc.

Sauf que, dans 99 % des cas, l’avis de l’écrivain sur un sujet de société c’est l’avis de monsieur tout le monde à tendance gaucho-rebelle ou à tendance droito-humaniste. Mais à la différence de monsieur tout le monde, l'écrivain croit que son avis, c'est trop original, trop profond, trop sérieux – bref, il se la pète grave.

C’est méchant à dire, et je vous rappelle qu’il s’agit seulement de mon opinion personnelle, mais je juge cela ridicule. Vraiment.

Exemple. Pendant les élections présidentielles, tous les auteurs se lâchaient sur Facebook ou sur leurs blogs pour dire pour qui ils allaient voter. PUTAIN MAIS QU’EST-CE QU’ON S’EN BRANLE ? COMME SI QUELQU’UN EN AVAIT QUELQUE CHOSE A FOUTRE ?

Vos lecteurs s’en foutent. Je vous jure. Ils s’en foutent grave. Tout le monde s’en fout. Les gens lisent vos romans, c’est tout.

Je pense que les auteurs ne s’en rendent pas compte. Mais la terre entière s’en bat allègrement les steaks, de pour qui ils votent.

Je suis un auteur communiste, quand on me pose la question je dis que je suis communiste, je ne le cache pas, voilà. Mais comme si j’étais assez important pour déclarer pompeusement sur facebook à dix jours des élections pour qui j’allais voter, cela de mon seul fait ! On me pose la question ? Ouais, je le dis. On me pose pas la question ? Je ferme ma putain de gueule.

 

 

En résumé.

 

Le blog ou le facebook d’auteur, oui, si cela vous permet de rester en contact avec vos lecteurs, d’annoncer les dédicaces, le strict minimum, ok.

 

En revanche, je suis contre le 3615 MYLIFE d’écrivain. Je pense qu’un auteur a tout à gagner à se faire le plus discret possible. Question d’humilité et de crédibilité. Après ça n’engage que moi.

 

 

 

 

 

Toi aussi, retrouve ton ami Stoni
sur Facebook


Partager cet article

commentaires

Venot Luc 17/02/2014 20:17

Ok Stoni. T'as pas tort. Ok pour une page fb, mais restons discret ! Je prends.

Elise 12/02/2014 17:29

A la limite, le seul truc qui puisse justifier un compte facebook, c'est de tenir les lecteurs au courant des divers séances dédicaces et de l'avancement d'autres romans. (ex : "Samedi dédicace à Lyon" ou "Aujourd'hui, on commence la suite du tome 2 !")

Enfin je dis ça mais ... mon avis personnel c'est que tous les auteurs publiés aiment la branlette, par principe. Parce que ça signifie qu'il considère que ce qu'il a écrit mérite de prendre du temps à des inconnus, contre de l'argent en plus. Mais bon, cpa si mal :)

stoni 11/03/2013 20:58


ben vous savez la blogosphère vous la maîtrisez pas, y'a pas grand chose à faire...


du moment que l'on devient un tant soi peu une personne publique, les gens balancent des saloperies, c'est comme ça...


le seul truc qu'on peut faire c'est limiter l'envoi de SP aux blogs comme j'en ai parlé plusieurs fois dont ici :


http://stoni1983.over-blog.com/article-proposition-de-service-de-presse-3-le-retour-des-editions-rue-du-fromage-115280929.html


 


sinon sur les saloperies que les gens peuvent écrire sur soi, et les oufs qui te détestent et psychotent grave sur ton compte, j'en ai parlé un peu ici :


 


http://stoni1983.over-blog.com/article-la-critique-negative-ou-peut-on-y-faire-face-101305674.html


 


la solution : NE PAS LIRE ce qu'on écrit sur soi, donc ne pas se googliser...

Phil 11/03/2013 19:36


Oh que je suis d'accord, pour craindre ça craint. J'en ai une qui me démolit avec constance à chaque sortie de livre, qui encourage toutes ses cops de la blogosphère à faire de même à chaque
parution et qui se répand en mettant son avis hyper négatif sur tous les sites marchands répertoriés. Mais pourquoi continue-t-elle de me lire et pourquoi tant de haine, mystère... Et moi la
sacro-sainte liberté de la blogueuse qui se déchaîne sous couvert d'anonymat je commence à en avoir ma claque. Heureusement je retrouve le sourire en lisant ce blog.
Ton avis sur le sujet, cher Stoni, m'intéresserait beaucoup.

melle mars 11/03/2013 13:26


J'ai beaucoup culpabilisé quand j'ai fermé mon facebook auteur, et je me suis beaucoup fait engueulé aussi (notamment par mon  éditeur), mais finalement, j'avais bien raison, (et j'adore
vous lire parce que j'angoisse moins quand je vois que je ne suis pas la seule dans ma situation :)) En plus d'être ridicule, cette page facebook ne servait qu'à me démoraliser quand je voyais
tous les jours passer des infos telles que "Editeur a un nouveau coup de coeur" "Auteur vient de signer un contrat" ou "Blogueuse trouve tel livre génial" et c'était jamais moi :P


(D'ailleurs, parler de la blogosphère, ce ne serait pas possible ;) ? Parce que bon, pour la majorité des auteurs (surtout en jeunesse et en littérature de genre, parce que les journalistes et
critiques n'aiment que la littérature blanche, voyons tout le reste c'est pas sérieux) ce sont eux qui tiennent nos carrières entre leurs mains... et ça craint )

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss