Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 14:02

 

 

http://medias.unifrance.org/medias/57/130/33337/format_page/dialogue-de-sourds.jpg

 

Je crois que j'ai jamais posté une image

aussi moche sur le blog

 

 

 

 

 

 

Nouveau courrier des lecteurs, nouveau Stoni mode Saint-Bernard, nouveau tuyau pour les auteurs en quête d'éditeur.

 

 

 

Cher Stoni,

Ô vénérable blogueur, permets à la crotte en formation que je suis (n'ayant pas encore atteint le stade de caca) de connaître ton point de vue sur ce petit écueil que je rencontre sur mon propre manuscrit, à savoir : le dialogue à personnes multiples.

 

Par exemple :

 

- Oh, jamais vu un salaud pareil, tu sais que t'es un salaud, Salman ? fulmina Robert.
- Oui, un vrai salaud, ça se voit avec ta moustache ! renchérit Roland.
- Pourquoi tu te rases pas la moustache, hein ? Tu serais peut-être un peu moins salaud, et un peu moins tâche au passage, hein, pourquoi tu te rases pas, facho de moustachu !? Ajouta Rosine.
- On sait très bien que c'est un signe de reconnaissance pour vous... reconnaître entre vous ! Qui c'est qui porte encore la moustache aujourd'hui, à part les salauds de moustachus !? s'énerva Rocard.
- Mais... mais... je peux pas me raser la moustache, c'est pas possible ! balbutia Salman.
- Pourquoi ? T'as pas de mousse pour guillotiner cette tâche au-dessus de tes lèvres de salaud ? cracha Romualda en se caressant les nichons. (...)

 

Evidemment, tu vois le problème : non seulement, les "fulmina... renchérit..." sont comme des barbelés dans la fluidité du texte, mais qui plus est, il me semble que ce n'est pas naturel que l'on connaisse le nom du personnage APRES sa réplique. Bref, quelle(s) alternative(s) pour le blabla à personnes multiples ?

Car hormis la présentation théâtrale ou scénaristique des noms de personnages, je n'ai pas encore trouvé de solution élégante pour le roman. Et toi ?

 

Signé : un admirateur secret

 

 

Ho ho ! Question ma foi fort croustillante !

 

J'en parlais d'ailleurs déjà un peu dans l'article « Pimp my prose ».

 

 

Dans un premier temps, je conseille de lire des romans et de bien observer comment procède l'auteur dans un dialogue avec plusieurs personnages.

Un bon écrivain ne copie pas, il pille, pour paraphraser notre cher ami Picasso.

 

 

 

Dans ton exemple cher admirateur secret, j'aurais déjà tendance à dégraisser un peu le dialogue. Cet exemple est, certes, peut-être spécialement créé pour l'occasion, mais bon... Tu as remarqué que les personnages répètent dix fois que "les salauds ont une moustache" ? Eh bien nombre d'auteurs commettent cette bévue pour de vrai ! Une fois, ça suffit : on a compris. Deux fois, à la rigueur, pour créer un effet comique. Guère plus !

 

Dégraissez au maximum vos textes, et surtout vos dialogues. Pas besoin de répéter quinze fois la même chose (sauf si c'est un truc vraiment super important dont le lecteur doit être à tout prix conscient).

 

 

En outre, on essaie de placer les rares "dit-il" que l'on s'autorisera à la fin de la première phrase du dialogue. C'est-à-dire...

 

On ne fait pas ça :

 

- Pourquoi ? T'as pas de mousse pour guillotiner cette tâche au-dessus de tes lèvres de salaud ? cracha Romualda en se caressant les nichons.

 

Mais ça :

 

- Pourquoi ? cracha Romualda en se caressant les nichons. T'as pas de mousse pour guillotiner cette tâche au-dessus de tes lèvres de salaud ?

 

 

 

Ensuite, il faut en effet limiter les « renchérit-il » « observa-t-il »... Les éditeurs détestent cela.

 

Je ne vous dis pas de les éliminer totalement, mais de faire attention à ne pas trop en abuser !

 

Mais pour les contourner, j'ai fort heureusement quelques tuyaux.

 

D'une, compter sur la logique. Un exemple ! Tu as deux personnages : Jean et Edouard.

 

 

 

Jean et Edouard s'installèrent dans le salon.

- Comment ça va ? Fit Edouard, avec l'air de ne pas y toucher.

- Bof...

Jean avait vécu une véritable journée de merde.

 

 

 

Après le « bof », c'est pas la peine de préciser "répondit Jean". Il n'y a que deux personnes présentes dans notre salon. Si Edouard pose la question, Jean répond. Logique.

 

Tu peux aussi compter sur la logique du contexte.

Exemple : trois personnages. Bibou et Nanou, des tortionnaires qui menacent de tuer Didou. Didou est attaché sur une chaise.

 

 

Bibou passa la machette à Nanou, qui eut un sourire matois.

- Hé hé... On va se le faire !

- Non ! Me tuez pas ! Non !

La porte s'ouvrit violemment : le directeur de l'école scruta ce sordide spectacle, les yeux écarquillés.

- Foutre Dieu !

Bibou et Nanou filèrent aussi vite que la lumière. Le directeur se précipita sur Didou, qu'il détacha.

- Mon pauvre enfant !

- Merci monsieur le directeur ! Sans vous, je serais mort à l'heure qu'il est !

 

 

 

T'as vu : pas un seul "dit-il", "répondit-il", "hurla-t-il".

 

La logique du texte t'en abstient.

 

Examinons le dialogue à la loupe.

 

- Héhé... On va se le faire !

 

Puisque Nanou était le dernier personnage cité par le récit, on se doute bien que c'est lui qui parle.

 

- Non ! Me tuez pas !

 

C'est Didou qui est ligoté : c'est lui qui supplie ses tortionnaires. Evident.

 

- Foutre Dieu !

 

Le directeur vient d'entrer. Le dialogue qui suit est forcément prononcé par ce personnage.

 

- Mon pauvre enfant !

 

Idem. Le directeur se précipite sur Didou. On comprend que c'est lui qui prend la parole.

 

- Merci monsieur le directeur !

 

Celui qui remercie est celui qui est sauvé, pas celui qui sauve...

 

 

 

Encore une autre astuce pour éviter les "dit-il". Recourir au récit.

Et ouais. En plus ça te permet d'approfondir la psychologie de tes personnages. Vois plutôt.

 

Un dialogue moche :

 

 

 

- Elle est où, la machette ? Demanda Nanou.

- Je sais po ! Rouspéta Bibou qui s'était vautré devant la télé avec sa copine Lilou.

- Je l'ai emmenée à la piscine et je l'ai oubliée, déclara Lilou. Hé ouais. C'est moi qui l'ai prise. Faut que j'aille la chercher.

- Quelle conne ! S'exclama Nanou en tapant du pied par terre.

 

 

 

Nous pouvons arranger ce dialogue en recourant au récit.

 

 

Nanou chercha sous le canapé, puis sous la table. Il s'immobilisa, bras ballants, joues gonflées.

- Elle est où, la machette ?

Bibou s'était vautré devant la télé avec sa copine Lilou. Les allers-retours de Nanou les déconcentraient.

- Mais je sais pas où elle est ta putain de machette, euh !

Lilou, elle, demeura silencieuse. La jeune femme baissa la tête, puis avoua :

- Je l'ai emmenée à la piscine et je l'ai oubliée.

Elle redressa le menton, soudain très fière de son audace. Elle osait enfin s'exprimer devant Bibou.

- Hé ouais les mecs ! C'est moi qui l'avais prise ! Je peux aller la récupérer, si vous voulez.

- Quelle conne !

Nanou lui envoya la télécommande à la gueule.

 

 

 

C'est-y pas beau, tout ça ? Admirez la fluidité du dialogue ! En outre, on en apprend davantage sur Nanou.

Les micro-expressions, tics, mouvements de tête, jeux de regard, jeux de mains, gestes hésitants, gestes avortés, entre deux dialogues, je suis très friand. Dans un dialogue, un retour régulier au récit permet de bien rythmer le texte.

Les dialogues qui s'enchaînent au kilomètre, j'aime pas trop.

Mieux vaut aérer, emballer tout ça dans une belle prose bien fluide.

 

Cela dit, quand vous aurez un dialogue, vous serez bien obligés de temps en temps mettre des "dit-il". Mais essayez vraiment de limiter la casse...

 

 

 

 

 

 

 

Une question ?
Envie de partager ? (ton argent, ton corps... non je déconne)
Retrouve Stoni sur Facebook

 

 

Partager cet article

commentaires

MARTHEMU 05/05/2013 22:08

Bonsoir, ( oui il est tard )
J'ai lu attentivement les recommandations concernant les dialogues et sans me vanter j'avais déjà résolu le problème des "dit-il", "renchérit-elle" et consorts.
Mais, voilà-t-il pas ( j'adore cette formule) que je me heurte et je pèse mes mots, à un autre souci :
Mon héros principal ( ils sont deux importants ) est fils de rapatriés d'Algérie et bien qu'arrivé en métropole à l'âge de cinq ans, il a conservé non seulement la faconde, mais aussi l'accent de ses ancêtres. Et voilà mon problème ( il était temps, je l'avoue ) ; Chacune de ses phrases se termine quasiment toujours avec un rire, du style Ah, ah ah !
Le souci, c'est que mon roman en est émaillé de ce Ah ah ah ! Et franchement je n'ai pas trouvé de solution pour les éliminer ou les remplacer de façon à garder ce ton jovial ...

J'espère avoir été clair
Je vous admire ...( Surtout si vous me répondez ! )
MARTHEMU

Stoni 06/05/2013 12:59

Ben écoute, ça risque d'être assez pénible ces "ha ha" récurrents.
Si j'étais toi j'en laisserais un ou deux au début, et pis après je laisserais tomber.
Enfin c'est comme tu veux.

imad 25/12/2012 23:51


itant un icrivin moi aussi, je trouve les conseilles trop faciles, stoni tu ne vas pas vriment au fond di choses


j'imerai ajouter des conseilles vriment profon:


NE JAMI OUBLIE LE TIRET AVON DE COMENSER UN DYALOG


 

stoni 14/12/2012 16:06


oui, je suis d'accord. de toute façon, tu verras, avec le temps les dialogues te viendront spontanément, tu ne réfléchiras même pas à la façon de procéder.


 


voilà, n'hésite pas à piquer des petits trucs chez tel ou tel auteur.


 


les dialogues exploit à 10 personnages, ce serait mieux d'oublier pour l'instant. d'ailleurs pour un premier roman, toutes les "performances" sont probablement à mettre de côté. essayer de
développer une histoire avec peu de lieux, peu de personnages, c'est plus simple.


et les prouesses stylistiques (dialogue à 40 personnages, roman sans jamais utiliser la lettre "e"...) ce sera pour quand vous aurez déjà un lectorat et que vous pourrez vous permettre de faire
n'importe quoi, ha ha !

Mik du Tarn 13/12/2012 15:52


Plus je réfléchis au problème (et tu te doutes bien que c'est lié à mon travail actuel), plus j'abonde dans ton sens : Rythmer les enchaînements de dialogues par de la prose (sinon on part
carrément sur une pièce de théâtre), et privilégier des formes de désignation variées pour les personnages qui prennent la parole. Je devrais pouvoir y arriver...

Il se trouve qu'en ce moment je bouquine "L'idiot", et il y a de très nombreux chapitres où sont réunis plusieurs personnages en discussion. J'y trouve quelques enseignements intéressants,
notamment le fait qu'au lieu des sempiternels "dit-il", l'auteur use d'un vocable verbal assez riche, verbes qui ont en plus le mérite, de préciser assez finement l'état d'esprit du
personnage qui blablate.
Après, la différence, c'est que les répliques en question sont plutôt longues - on frôle souvent la tirade - et donc, ces verbes de désignation se diluent rapidement dans le texte. Mais ça reste
quand même instructif...

stoni 13/12/2012 13:58


d'ailleurs les scènes avec dix personnages pour un premier roman, j'éviterais personnellement...


sinon pour y aller mollo sur l'identité du parleur, t'as touours l'astuce du récit.


 


- On en fait quoi, de cet héritage ? beugla Pierre en tapant du poing sur la table.


Les dix frères et soeurs échangèrent des regards hasardeux.


- Moi je dis qu'on vend la maison !


La proposition de Maxence ne convainqui personne, et encore moins Pierrette.


- J'aurais préféré ouvrir un centre de vacances, la maison est si grande..


 


 


Etc.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss