Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2009 5 06 /11 /novembre /2009 15:56


 

 Avec la crise…

 



  Un soir où je fais mes courses chez Lidl, je rejoins les files d’attente devant les caisses enregistreuses. Chaque caisse déroule une belle trentaine de consommateurs pourvus de leurs chariots et paniers. L’attente sera longue.

 

Même chose chez McDonald, le lendemain midi. La queue commence dans la rue, sur dix bons mètres, pour tout vous dire.

 

Ces visions sont choses courantes. Mais, sortant du taf, l’estomac tenaillé par l’envie d’un Big Mac, je me sens pour le moins contrarié.

 

A cet instant, me revient une image de mon manuel de géographie au collège.

 

Une photographie représentait la file d’attente monstrueuse devant une épicerie en URSS (chapitre « les dégâts du communisme en Europe de l’Est », dans le programme pas du tout orienté de l’Education Nationale, évidemment).

 

Une variante s’imposait avec la photographie de citoyens russes, en interminable file indienne, devant le premier McDonald ouvert à Moscou (1990).

 

Si, l’autre soir, on avait pris en photo les clients chez Lidl, on aurait tout à fait pu l’insérer dans un livre d’histoire avec pour légende : « Les pays capitalistes souffrent d’une véritable pénurie alimentaire ».

 

Mais, bordel de pine… on est en URSS !

 

Quelques jours plus tard, je partage le même constat en allant rendre visite à des poteaux.

Aucun d’entre nous ne chauffe, depuis les baisses de température, et personne ne compte le faire pendant toute la durée de l’hiver.

Nous survivons dans nos appartements respectifs grâce à un complexe système vestimentaire alliant pull-overs, couvertures, ponchos, écharpes et chaussettes de ski.

Mes poteaux se justifient :

 - Le chauffage, ça coûte trop cher. Alors, tant pis…

 

J’hésite à appeler un photographe nord-coréen, afin d’illustrer des livres de géographie propagandistes : « De jeunes Français dans leurs appartements, emmitouflés pour affronter l’hiver sans chauffage : les dégâts de la pratique libérale. Notez le port des moufles. »

 

Là-dessus, je passe devant un magasin d’habillement où je repère, en vitrine, une grosse veste bien chaude à prix abordable.

J’entre et me renseigne sur ladite veste.

 - Ben, on en a plus !

 Déconfit, je lâche un :

 - Oh…

 Comme le vendeur reste à me contempler sans rien dire, je rajoute :

 - Je peux pas en commander une ?

 - Ah non c’est pas possible, vous comprenez, on a pas une telle maîtrise sur nos stocks !

 - Et, hum, quand est-ce que vous allez en recevoir des nouvelles ?

 - J’en sais rien ! Peut-être jamais ! Avec la crise !

 - Bon…

 - Vous avez qu’à appeler de temps en temps, si vous êtes chanceux, vous tomberez sur le bon jour et on vous la mettra de côté ! Mais alors il faudrait nous appeler tous les jours ! Parce que tout le monde la veut, cette veste !!! A ce prix-là…

 - C’est pas grave… Merci quand même…

 

La scène se reproduisit quand je convoitai un volumineux pull à grosses mailles (indispensable pour affronter un hiver soviétique sans chauffage).

 - On en a plus !

 - Vraiment ?

 - Oui, on met des articles en vitrine qu’on a pas ! C’est tout H&M, ça !

 - Désolé pour vous, alors…

 - Imaginez ce qu’on doit répondre aux clients, après !

 - Ouais, j’avoue, c’est chiant…

 - C’est la honte, plutôt ! On a plus rien !

 - Ecoutez, merci pour votre temps…

 

« De jeunes Français mal habillés, en raison des crises cycliques de l’économie capitaliste. »

 

 Le lendemain, mon éditeur me passe un petit coup de fil l’air de rien.

 - Stoni, tu comprends, on doit couper tout le chapitre quinze…

 - Pourquoi ?

 - Bof, j’aime pas !

 - Putain de tapioca ! Je suis pas d’accord !

 - Ah bon ? T’es pas d’accord ?

 - Nan !

 - Quel dommage… Je n’ai pas envie de contacter mon avocat pour casser le contrat d’édition… Ça voudra dire que tu devras me rendre ton maigre salaire de caca… euh pardon ! d’écrivain nécessiteux… Je n’aimerais pas en arriver là !

 - Ok, je vais voir ce que je peux faire…

 - Tu sais ma poule, un éditeur a toujours un point de vue plus objectif que l’auteur… Fais-moi confiance !

Cette fois, j’ai encore eu la chance d’avoir été prévenu.

Vous pouvez aussi tout à fait  découvrir qu’on a supprimé, modifié, ou réécrit votre texte, quand vous tenez l’exemplaire définitif tout juste sorti d’imprimerie, et que vous n’avez plus aucun recours… Pratique normale, banale et ordinaire, dans le fabuleux monde de l’édition.

 

« Un romancier contestataire censuré dans son travail par le chantage des autorités politico-mondaines à la solde du régime.»

 

 Je récapitule l’affaire avec Aniki.

 - Files d’attente, rationnement, pauvreté, hivers glaciaux et censure. Putain, je suis en URSS !

 - Et pourtant, tu restes communiste ?

 - Oui. Quitte à me faire enculer, je préférerais que ce soit pour la bonne cause.

 - T’es vraiment un stal, merde.

 - Je sais.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Oscar 29/01/2010 21:29


Génial, ce texte, et là les camarades ont dû apprécier, les rafales sont bien ciblées!


claude b. 20/11/2009 20:49


cela me rappelle une photo parue dans la Pravda, dans les années 70: on y voyait une file de gens qui attendait devant une vitrine, avec comme commentaire (ou à peu près): "pénurie en France"...
sauf que la vitrine en question était celle de... Fauchon!!!
no comment...


Hubert 06/11/2009 20:29


Ton constat et ton regard juste et acerbe ne reflète qu'une pensée très courante aux USA: la France est belle et bien un pays communiste ("socialist").

En effet, aux USA, au pays du client roi (et capitalisme fou!), ce genre de scéne est peu courante voir inexistante: on trouvera toujours quelque chose à te vendre et avec le sourire: tu te fais
enculer (pour ou pas pour la bonne cause) toujours avec sourire et sympathie!


Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss