Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2010 3 12 /05 /mai /2010 16:18

 


 

carte-pcf.jpg




Quand j’ai adhéré au Parti, j’avais vingt-quatre ans, j’étais jeune, pauvre, naïf et plein de bonne volonté.


Ensuite je l’ai annoncé à mes parents.

Comme ils ne me croyaient pas, j’ai brandi ma carte rouge et blanche.


Ma mère, habituée à mes frasques (et se souvenant que j’avais « été communiste » pendant mon année de seconde), ne s’en soucia guère.

Mon père, lui, n’était pas très content.

Tous les deux ont toujours voté Parti Socialiste – sans grande conviction, cela dit.

- Tu resteras jamais plus d’un an, présagea-t-il d’un ton bourru et rancunier.

Sur ce point-là, il avait tort.

J’y suis toujours, au Parti.

- Ils vont te détruire, continua-t-il.

Sur ce point-là, il n’était pas loin du compte, sauf qu’il a toujours sous-estimé ma légendaire force d’endurance…

Moi, j’étais étonné par sa hargne.

- Pourquoi tu dis tout ça ? T'es pas communiste, tu l’as jamais été. Qu’est-ce t'en sais ?

- J’en ai connus, des communistes. Dans les années soixante-dix et…

- Ah ouais mais ça compte pas, ça date de la guerre, tes infos, hé !

- Bref, il n’y avait pas plus bornés, rétrogrades, aveugles et inintéressants que les communistes.

- Je verrai bien ! S’ils me saoulent, je reprendrai pas ma carte l’an prochain.

- Ils vont te bouffer tout cru. Tu t'en rends compte ?

- Pourquoi ?

- Parce que tu es toi et que nous sommes nous. Tu penses vraiment qu’ils vont bien t'accueillir ? Regarde un peu ta vie, cinq minutes. Regarde d’où tu viens. Regarde-nous. Ils vont te haïr !

- Je vois pas pourquoi ils le feraient ?!

- Parce que t'es libre, jeune, plein d’imagination, cultivé et pauvre.

Sur ce point-là, je dois admettre qu’il avait foutrement raison.

- Mais, poursuivit-il, c’est peut-être le délire intellectuel qui t'attire ? Tu veux simplement trouver des gens avec qui discuter philo ? C’est bien ça, pas vrai ? Rassure-moi !

Si j’avais eu la moindre attente en ce sens, j’aurais été sacrément déçu.

- Ah non, répondis-je. J’ai adhéré juste parce que… voilà. J’ai lu Marx et ça le fait. Qu’est-ce que tu veux que je fasse d’autre ?

- Tu me déçois, Stoni ! T'aurais dû aller à la LCR.

- Putain quelle horreur ! Jamais de la vie !

- A mon avis ils sont moins tartes ! Tu te rends compte : toi dans ce vieux parti de dinosaures staliniens ? Attends, il faut que je te prête un livre. Ça te fera sûrement revenir sur ta décision.

- Papa, j’ai déjà lu tous tes livres.

- Pas celui-là.

Il me tendit L’Aveu d’Artur London.

- Mais je l’ai aussi, chez moi ! Je l’ai lu.

- Ha ha ! Alors, qu’est-ce que t'en dis ?

- Ben au contraire, ça me donne encore plus envie d’adhérer. T'as vu ce qu’il dit au début du livre, le London ? Que le socialisme, ça devrait pas être ça et qu’il reste plus que jamais communiste.

Déçu, mon père rangea négligemment le bouquin dans sa bibliothèque.


Au fil du temps, le fait que leur fils soit communiste devint un détail croustillant que mes parents aiment toujours raconter à leurs rares connaissances.

Ils firent bien quelques tentatives pour me ramener à « la raison ». D'un coup, mon père voulut me léguer leur collection d'Actuel. Ma mère protesta, argumentant que c'était la sienne et qu'elle voulait encore la garder. Mon père se pointa chez moi, histoire de vérifier si, dans mes disques, j'avais toujours du Bob Dylan et du Lou Reed. Ma mère s'assura que je ne revendrais pas ses albums d'Amon Düül et du Grateful Dead, qu'elle m'avait donnés.

Ils m'offrirent le DVD de Woodstock, 3 days of peace and music à mon anniversaire.

Leur obstination à défendre leur héritage me portait à sourire, moi qui savais très bien en être pétri jusqu'à la moelle, pour le meilleur et pour le pire – le genre de truc dont on ne se débarrasse pas si facilement.



N'empêche que je déclenchai une véritable fronde familiale quand j'eus l'audace d'entraîner mon petit frère (dix-huit ans à l'époque) dans une réunion communiste.


Rassurez-vous.

Mon frère, lui, eut l'intelligence de fuir à toutes jambes.

 



Partager cet article

Repost 0

commentaires

stoni 02/07/2010 13:20



personnellement je l'utilise avec affection, ce mot.



stoni 02/07/2010 13:19



ne t'en fais pas Joseph, je sais tout ça... en fait quand même, en général, quand j'entends le mot "stal", ce n'est pas très sympathique...



Joseph 02/07/2010 13:13



Le terme de « Stal » n'est pas forcément péjoratif.


Il y a plusieurs Staline dans le « Petit père des peuples »…


Et si Staline et ses camarades vivaient aujourd'hui, ils feraient vraisemblablement  leurs travaux pratiques de marxisme en
utilisant les outils et les concepts actuels et on les rencontreraient en train de délivrer la Pravda sur la Toile !


 



claude b. 12/05/2010 19:23



je pensais qje la marque avait été déposée dès 1920, au congrès de Tours...



stoni 12/05/2010 19:12



@ Claude : stats stal c'est une marque déposée par le PCF en 1955. hélas, le rapport Krouchtchev intervenant l'année suivante, le projet fut abandonné !!


en fait si je reste au parti c'est parce que je pense que, une fois qu'on y est, c'est bien d'y rester (sauf si ça change de nom et que ça s'appelle "Front de Gauche Unifié", évidemment).


 


@ Oscar : écoute malheureusement je n'ai pas du tout aimé ce film. cela dit je connais beaucoup de gens qui ont aimé donc, pourquoi pas ?


personnellement je l'ai trouvé chiant, bête et relou.



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss