Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 11:39

 

 

 

 

 

Par un jour malheureux, innocent et candide jeune homme que j'étais, un roman infâme me tomba dans les mains, et je le lus : Le soleil se lève aussi, d'Ernest Hemingway.

 

J'émets le vœu sincère que ce livre ne sera jamais imposé en lecture suivie au collège ou au lycée. Quant aux étourdis qui souhaiteraient le lire sur un malentendu, gardez-vous de cette épreuve. En effet, ce bouquin fait partie des plus chiants que j'ai dû lire dans ma vie.

 

 

 

http://farm4.static.flickr.com/3233/2618219312_a83889a4d5_o.jpg

 

 

Et vous savez, quand je commence un livre, en général je le finis, même s'il est chiant. Oui, je suis maso. A la fois, si je ne me forçais pas à venir à bout de ces affreux bouquins, je ne serais en mesure de rédiger mes fiches de lecture ô combien salutaires (par exemple Alexis Zorba ou Quatrevingt-treize).

 

 

Aujourd'hui, c'est un soleil de plomb qui se lève chez Hemingway.

 

 

 

 

 

 

Ce roman se déroule dans les années vingt. Il conte les pérégrinations alcoolisées d'une bande d'Américains qui vivent en Europe et qui ne travaillent pas. J'en déduis donc qu'ils sont plein de pognon. Forcément, vous allez me dire, puisque ce sont des Américains.

 

Ces oisifs Américains évoluent d'abord en France dans un contexte fortement alcoolisé, comme l'eût dit Christophe Hondelatte dans Faites entrer l'accusé. J'imagine que, s'ils travaillaient, ils auraient moins le temps de boire, et peut-être le but de ce roman est de nous démontrer les dangers d'appartenir à la bourgeoisie. En cela, c'est assez réussi. Mais fallait-il donc le faire au travers d'une histoire aussi chiante ?

Voyez un peu.

 

Le héros se nomme Jake Barnes. Vétéran de la première guerre mondiale, ce pauvre homme a été émasculé par l'explosion d'un obus sur le champ de bataille. Depuis, il est donc impuissant. Pour oublier, il boit.

Et oui. Tout le monde boit.

 

Autour de Jake Barnes gravite toute une flopée d'Américains qui n'ont aucun intérêt. Ces gens ne cessent de boire et, parfois, commettent l'adultère. Ce qui évidemment crée des tensions très fortes car nous sommes en compagnie d'Américains et l'adultère c'est très mal pour des puritains, vous comprenez. Pour oublier l'adultère, ils boivent.

 

Parmi ces Américains puritains adultères, se trouve une donzelle dénommée Brett. En véritable « femme fatale » puritaine américaine, Brett canalise les ardeurs de tous les mâles alentour. C'est crédible, n'est-ce pas. Dans la vie, vous en croisez tous les jours des femmes suffisamment irrésistibles pour que tous les hommes, mariés ou pas, tombent amoureux d'elles. Mais Brett prend cela comme argent comptant car, dans un contexte fortement alcoolisé, elle ne réfléchit pas bien et, c'est une femme, donc c'est une conne. Normal, quoi. Pour oublier qu'elle est conne, elle boit.

 

Ladite Brett inspirant un fol amour à tous les mâles qui croisent son chemin, le pauvre Jake Barnes se toque d'elle à son tour. Mais rappelez-vous, un obus l'a émasculé. C'est con ce qui lui arrive. Brett semble elle aussi attirée par cet homme. Dans un contexte fortement alcoolisé, si le roman était plus réaliste, ils auraient dû niquer malgré tout. Parce qu'il lui reste des doigts et une langue, au Jake Barnes. Mais non. Ils sont cons, ces Ricains. Ils y pensent même pas. Le cuni, ils connaissent pas, ni le touche-pipi. Du coup, nous avons droit à des dialogues insipides qui ressemblent à peu près à ça :

 

 

 

- Oh, Brett. Brett. Je... Oh.

Je te veux, souhaitait-il dire. Elle lui accorda un regard interdit.

- Jake. Je sais... As-tu une autre bouteille de whiskey ?

Jake lui servit un verre. Elle ne disait plus rien. Comme il aurait aimé la prendre. Puis, tout bas, elle avoua :

- Je t'aime. Enfin. Je le crois.

Il détourna le visage et quitta la pièce.

 

 

 

Et voilà, c'est comme ça pendant tout le long. Putain mais qu'il l'allonge par terre, qu'il lui lèche la minette et qu'on en parle plus, bordel de merde !

 

Par la suite, comme il ne se passe rien, l'auteur a dû se demander par quel miracle insuffler de l'action à ce contexte fortement alcoolisé. Aussi fait-il partir ses personnages en Espagne. Avec quel argent ? Nous n'en savons rien. Un autre homme couche avec Brett, puisque tous les hommes la désirent. Eh oui, ça se passe comme ça chez McDonald's.

 

En Espagne, les personnages persistent à boire et assistent à des corridas. Les passionnés de tauromachie trouveront enfin un maigre intérêt à ces interminables pages de description du toréador (ton-cul-n'est-pas-en-or) et des grosses vaches transpercées par les flèches phalliques que Jake Barnes ne peut point envoyer à Brett. Quelle putain de symbolique. Flatteur pour Brett d'être assimilée à un bovin, cela dit.

 

Or, pour prolonger la symbolique, notre amie Brett tombe amoureuse d'un toréador, qu'on ne voit jamais parler ni rien faire mis à part la corrida. Forcément, il n'est pas Américain, donc il n'a aucune importance. D'ailleurs, la plupart des Espagnols et des Français présents dans le livre n'ont aucune ligne de dialogue, ni la moindre importance. Leur seul rôle se limite à servir les Américains. Belle mentalité.

Ledit toréador n'a pas un cul en or, mais il tombe lui aussi amoureux de Brett vu qu'elle est irrésistible et tout et tout. Leur idylle semble passionnée selon le peu qu'on en sait.

 

 

 

 

 

 

Brett largue le toréador. A vrai dire elle largue un peu tout le monde car, dans un contexte fortement alcoolisé, la constance reste une valeur rare. En outre elle ne pouvait pas rester avec le toréador, qui est Espagnol donc insignifiant. Elle est une Américaine blanche, elle va pas se maquer avec un étranger, faut pas déconner. D'ailleurs à un moment elle se tape un juif et c'est pareil, elle ne l'aime pas car bon, c'est un juif, elle une WASP blanche, faut pas déconner non plus.

 

Et puis... voilà.

C'est fini.

 

Je veux dire, quel intérêt a cette histoire ? Constituer un document historique sur les bourgeois Américains chiants puritains xénophobes des années vingt ? Peut-être. Mais dans ce cas, même Gatsby le magnifique me semble moins chiant (à la différence près que le contexte est légèrement moins alcoolisé chez Gatsby et que les héros ne sont pas xénophobes mais tout simplement prolétarophobes - ce qui souvent revient au même, je vous l'accorde).

 

 

Non, vraiment, je vois pas. C'est un des livres les plus chiants que j'ai dû lire (avec Gatsby).

 

Si toutefois vous êtes passionnés par les contextes fortement alcoolisés et par la corrida, bon, vous pouvez toujours essayer de le lire.

 

Dans le cas contraire, je vous le déconseille au plus haut point.

 

 

 

 

 

 

 

Retrouve ton ami Stoni

sur Facebook





Partager cet article

commentaires

Tony 22/06/2015 11:17

T'abuses peut-être un peu sur le fait que l'histoire soit aussi chiante que ça. C'est vrai que comme tu la résume ça à l'air dénudé de sens, mais bon... Et Gatsby est un très bon livre par ailleurs :)

stoni 24/06/2015 14:29

Des goûts et des couleurs, mon ami. Des goûts et des couleurs.

FromZEsky 02/11/2014 10:14

Malheureusement si,ce lire nous a bien été imposé par notre prof d'histoire pédophile, en classe de 3ème.
PS: Ton article est hilarant, je pense bien l'envoyer à tous mes potes.

Merci de ton aide !

Stoni 04/11/2014 18:04

De rien Bro.

stoni 21/09/2012 14:03


Ma chère Kelly;


plutôt que de vomir des livres (ce qui fait désordre et n'arrange pas ta santé, parce que le livre faut l'avaler avant cela, et c'est plutôt épais en général), je t'invite à repasser ici lorsque
tu l'auras une ou deux fois pour nous donner ton point de vue et ta propre analyse.


 


je sais pas, peut-être qu'il te plaira, ce roman.

Stoni 01/07/2014 13:42

Merci de cette charmante explication.
Or je ne suis pas particulièrement en quête de plaisir quand je lis un livre.
Mais quand ce livre est chiant, je le dis, voilà tout.
Le problème de ce bouquin ce n'est pas qu'il "dérange", c'est qu'il expose des non-faits avec une complaisance assez casse-pied.
Tu peux très bien écrire un bon livre sur la médiocrité. Les bouquins d'Iceberg Slim sont assez réussis à ce sujet.
Toutefois si tu aimes lire des livres sur des riches américains qui s'ennuient, je ne saurais que te conseiller "Moins que zéro" de Bret Easton Ellis. Je crois que tu en auras pour ton argent.

Elen Le Mée 27/06/2014 18:03

Bonjour !
Ravie de trouver des commentaires amusants.
Bon : moi je fais la différence, essentiellement, entre ce que j'arrive à lire et ce que je n'arrive pas à lire. Quand je ne peux pas, je ne peux pas. Sinon, j'essaie de finir les livres. Dans ce cas, j'en pense souvent quelque chose, mais je trouve que le plaisir lors de la lecture n'est pas un indice de la qualité d'un livre. Idem pour les films. Il y a certains films que je n'ai pas "aimés", mais que j'ai vus en plusieurs fois, parfois 5 minutes par cinq minutes, comme "Claudel". Insoutenable pour moi (le temps long de l'attente !), mais pas forcément mauvais. Très enrichissant. Je vous donne un autre exemple : si j'écris un livre sur l'angoisse, vous allez être comment en le lisant, d'après vous ? Angoissé ? M'est avis... Et cela sera agréable ? Pourquoi cela serait-il agréable ? Vous allez peut-être souffrir, mais vous allez peut-être aussi apprendre quelque chose sur l'angoisse.
"Le soleil se lève aussi" raconte effectivement ce que vous dites : le désœuvrement, l'alcoolisme, la cruauté, la vanité des discussions... La "génération perdue", noyée dans une littérature perdue, oui. Hemingway a su traduire l'expérience de sa propre médiocrité. Pas très chic, mais vrai !

Kelly Surikat 20/09/2012 23:17


Merci, merci, merci.... Oh!


Je dois lire ce bouquin pour la fac (et je vais probablement le gerber avant la fin du semestre) et... je me demandais si j'étais la seule à conchier les histoires d'Américains qui viennent
violer nos femmes et piller nos trésors.


Je vais imprimer ce post et le relire tout au long du semestre.

stoni 18/09/2012 08:36


Fernand, moi je ne crois pas à l'étude du vagin au rabais. la quête pour le clitoris ne se fait pas en un claquement de doigt. south park le film est à ce titre un exemple parfait.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss