Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2012 5 11 /05 /mai /2012 14:30

 

 

 

 

 

Le vendredi 4 mai dernier, j’ai posté un article « La pub honteuse de Croustibat qui fait du chantage à l’emploi ». Comme le titre l’indique ma foi très bien, je déplorais l’apparition en première page de Yahoo France, le matin même, d’une publicité au slogan à mon avis douteux :

 

IMAGINEZ…

 

Que 100 emplois soient créés si une boîte de plus était achetée par foyer…

 

VOTEZ CROUSTIBAT

 

 

croustibat.jpg

 

 

J’ai aussitôt été choqué par ce message. La marque de poissons panés proposait au consommateur rien de moins qu’un chantage à l’emploi. Si vous achetez deux boîtes de nos poissons, vous ferez créer de nouveaux emplois et contribuerez ainsi à réduire le chômage. Syllogisme malséant qui déplace la responsabilité économique : le consommateur devient directeur des ressources humaines de Findus.

Évidemment, là n’était pas censé être le premier niveau de lecture de cette publicité.

A deux jours du deuxième tour de l’élection présidentielle, la campagne jouait de ce contexte en maniant une rhétorique citoyenne et politicienne. « Votez Croustibat ». Le consommateur serait, en achetant des poissons panés, électeur-citoyen : l’acte d’achat sanctionnerait un « vote » favorable à la création de nouveaux emplois.

 

Je ne suis pas naïf et je sais bien que l’art subtil de la publicité ne peut guère s’accorder avec la moindre notion d'éthique. Le publicitaire est là pour faire vendre. Pas question de morale là-dedans.

Il n’empêche que je ne me suis pas gêné pour exprimer, sur mon blog, mon avis sur la question. Selon moi, cette publicité est choquante et totalement déplacée en période de crise économique. Elle utilise les craintes des acheteurs et argumente en se basant sur un climat social délétère. Le publicitaire sait très bien que les travailleurs s’inquiètent, vivent ou redoutent le chômage. Son propos revient à tirer sur la corde sensible, et à faire vendre grâce à un drame économique, financier, qui touche hélas des millions de travailleurs. Le chômage est une plaie immonde.

 

Le mélange des genres, des rôles, des cadres de référence, m’a également dérangé. Consommateur – citoyen, achat – vote, profits – redistribution… Oui, profits, car Croustibat appartient au groupe suédois Findus, détenu par le fonds d’investissement britannique Lion Capital, qui n’est pas, à ma connaissance, une SCOP ou une association caritative. Findus vend des surgelés pour réaliser des profits. C’est bien normal, en régime capitaliste, et je ne vois rien à y redire. En revanche, il est franchement malhonnête de faire croire que l’argent dégagé par les ventes de poissons panés sera uniquement affecté à l’embauche. Le chiffre d'affaires dégagé est, dans ces conditions, et n'importe quel économiste sérieux m'approuvera, majoritairement destiné à arroser les actionnaires !

 

 

findus te fait croire

Ce que la publicité veut faire croire

 

 

 

 

 

 

 

findus-realite.jpgLa triste réalité !

 

 

 

 

Mon article est diffusé et partagé sur Facebook. Les réactions des internautes ne se font pas attendre. Aucun lecteur ne poste un commentaire qui contredit mon interprétation de la publicité. Au contraire, nombreux sont ceux qui s’indignent et qui utilisent eux aussi, très vite, les mots « honte », « chantage à l’emploi », « ignoble », etc.

Exemples...

 

« Ils ne savent plus quoi inventer ! comme disait ma grand-mère. Ce qui serait bien, c'est qu'ils n'inventent plus, finalement. »

 

« C'est une honte, les entreprise sont vraiment prés à tout les chantage possible. »

 

« A bas Croustibat ! »

 

« En parlant de trucs gerbant... »

 

« Les entreprise sont vraiment prés à tout les chantage possible, dans l'avenir sa va promettre.... (sans même parler des gens exploité et sous payer au vu de la pénibilité des tache que doivent subir leur employé dans ce type d'entreprise, une honte !!!) »

 

 

findus-scandale-reactions-1.jpg

 

findus-scandale-reactions-2.jpg

 

 

Dans la matinée du dimanche 6 mai, la directrice marketing et innovation de Findus France, Caroline Nobilé, intervient sur mon profil facebook pour protester contre mon interprétation de la publicité. 

 

 

Bonjour, je serais ravie d'échanger avec vous sur cette campagne de publicité. Notre message n'a rien à voir avec du chantage. Nous employons à Bologne-sur-mer 200 personnes. Nous avons calculé que si chaque foyer français achetait 1 boîte de plus, alors nous pourrions créer 100 emplois supplémentaires. C'est le contraire de ce que vous affirmez dans votre commentaire. Contrairement à d'autres marques de poisson pané qui ne fabriquent pas leurs produits en France, nous mettons en avant notre fierté de produire à Boulogne-sur-mer !  

 

 

 

 

 

Étrangement, en même temps, la publicité disparaît de la première page de Yahoo France…

 

A la lecture de ce message, je reste interloqué. Madame Nobilé n’a rien compris à mon article. « Nous pourrions créer 100 emplois supplémentaires. C’est le contraire de ce que vous affirmez dans votre article. » Je n’ai pas écrit que Croustibat mentait sur la possible création de 100 emplois supplémentaires, j’ai écrit que c’était du chantage. Cela n’a strictement rien à voir. Comme cette dame serait « ravie d’échanger sur cette publicité » avec moi, je réponds poliment, rappelle mon point de vue et en effet accepte de poursuivre un échange.

 

    •  

      Bonjour Madame Caroline Nobilé, je suis également enchanté à l'idée d'échanger avec vous sur cette campagne de publicité. Votre argumentaire ne me semble pas très convainquant : "imaginez que cent emplois soient créés si une boîte de plus était achetée par foyer..". Le slogan est clair : vous placez le consommateur comme décisionnaire de votre politique de RH. Donc, si le consommateur n'achète pas une boîte de plus par foyer, il n'y aura pas cent emplois de créés, le consommateur contribue donc à entretenir le chômage en France. Si ce n'est pas du chantage, je ne sais pas ce que c'est ! Vous avez sciemment mélangé un langage politique et un langage de publicité : le consommateur est citoyen en achetant, l'entreprise est pouvoir public puisqu'on "vote pour elle" en achetant ses produits. Joli programme. Les réactions sur ma page facebook et ailleurs prouvent bien que votre message, s'il n'est pas moralement limite, est au mieux maladroit et fort peu séant en période de crise économique. Vous vendez des poissons panés ou vous êtes au ministère de l'économie et de l'emploi ?

 

caroline-nobile2-copie-1.jpg

 

Les internautes soutiennent ma réponse en bloc.

 

En outre, j’invite même Findus à exprimer leur position sur mon blog :

 

Cela dit l'espace commentaire de mon blog est bien entendu ouvert à Findus s'il souhaite partager sa position sur cette publicité. Je ne tiens pas à censurer qui que ce soit.

 

Hélas, je n’ai eu aucun retour à ce jour de Caroline Nobilé ou de Findus sur mon blog. Ce n’est pas faute d’avoir proposé !

 

 

 

 

Rebondissement mercredi 9 mai. Sur sa page officielle Facebook, Findus France poste un petit commentaire sur le « scandale chantage Croustibat ».

 

Merci pour vos réactions. Nous regrettons que nos propos aient été mal interprétés par certains. Findus s’engage aujourd’hui pour maintenir l’emploi à Boulogne-sur-Mer. Si la consommation de nos produits Croustibat augmente, c’est autant d’emplois supplémentaires qui peuvent être créés dans notre usine. Les consommateurs qui choisissent Croustibat savent donc qu’ils favorisent des emplois en France. Pas question, donc, de chantage ou de publicité mensongère dans cette campagne de communication.

 

 

croustibat-findus.jpg

 

 

Encore une fois, je suis étonné par cette histoire de publicité mensongère. A ma connaissance, personne n'a accusé Findus ou Croustibat de faire de la publicité mensongère – surtout pas moi en tout cas. Le message de Findus manipule la vérité et me paraît être une forme de chantage, voilà tout.

 


Néanmoins, le groupe ne présente aucune excuse ni ne reconnais que son message était maladroit, ce qui choque mes lecteurs. 

 

Je remarque tout de même que Findus s'est vu obligé de reprendre le terme « chantage »... petite victoire.



Cette intervention officielle de Findus incite les internautes à interpeller directement la marque et surtout à entretenir les réactions d'indignation sur Facebook.

 

 

findus-scandale-propage1.jpg

 

 

findus-scandale-propage2.jpg



De mon côté, je décide de retourner à Findus France tout l'intérêt qu'il m'a porté : à mon tour, je me penche sur l'entreprise.



Je découvre dans un premier temps que l'usine de Boulogne-sur-Mer, dont Findus se vante avec fierté, était il y a très peu de temps encore sur le point d'être délocalisée... Les patrons « humanistes, responsables et citoyens » ont toutefois réussi à sauvegarder l'implantation française : en échange, les employés ont dû – je cite - « renoncer à un tiers de leur RTT et de leur temps de pause », à la suite d'une longue bataille entre syndicats et direction. Je vous laisse imaginer les conditions de travail dans cette usine...

Je ne reprendrai pas le terme « chantage », puisque Findus le réfute depuis le début, mais le groupe serait-il un habitué des échanges de bons procédés ?



Je conclurai cet article avec une anecdote croustillante. Findus n'avait de cesse de se défendre de publicité mensongère, quand personne ne l'en avait encore accusé. Était-ce une manifestation prémonitoire ? Car, tandis que je continuais mes recherches sur la toile, un article m'apprit que « 40 % de la production de Boulogne-sur-Mer est destinée au marché scandinave ».

 


Ah bon ? Et moi qui croyais que la survie de cette usine dépendait uniquement du bon vouloir des consommateurs français !







 

Le même blog avec plus de trucs mieux

sur Facebook





Partager cet article

commentaires

Jef 17/05/2012 19:02


La preuve par Fralib, qui délocalise sa production de thé Elephant Lipton de Marseille alors que la consomation de ce produit marche en France... Uniquement la course aux profits !

clopine 14/05/2012 08:41


(d'ailleurs, j'ai été contactée par les cabillauds qui trouvent eux aussi que cette publicité est scandaleuse. En ce moment, ils se réunissent avec les merlus et les lieux noirs pour trouver une
plate-forme de revendications commune...)

clopine 14/05/2012 08:39


Tu as tout à fait raison, Stoni, mais que d'énergie perdue... Bon, allez, on va bien réussir à les refroidir, ces surgelés...

Fernand Chocapic 11/05/2012 22:31


Le bruit court que le groupe Findus veut lancer une OPA hostile sur ton blog. Stoni 1983 sera remplacé par Croustibat 1981. Adieu Karl Marx, le nouveau parrain du blog sera Captain Iglo.

Ludovic 11/05/2012 21:59


Si tu reçois pas quelques boîtes gratos avec le mal que tu te donnes...

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss