Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 11:49

 


 

- Stoni ? Réveille-toi...

- Mmh...

- Le petit-déjeuner est prêt.

- Super...

- Je me suis levé très tôt et j'ai commencé ton nouveau roman. C'est super !

Aniki.

Ou le bonheur incarné, tout à ma disposition.

Assez bêtement, je crois que cet échange matinal fait partie de mes meilleurs souvenirs.

 

 

Le moment de la journée que je préfère, c'est le petit-déjeuner.

Un fond famille Ricoré sommeille en moi.

 

Je me sens très pur, quand je me réveille et que je déjeune. Léger, toujours de bonne humeur (si celle-là doit changer, ce sera au cours de la journée et de ses éventuelles turpitudes), l'esprit vide, et surtout, c'est le moment où je retrouve Aniki, après que le sommeil nous a séparés.

Même quand je me réveille à sept heures pour aller bosser, je suis heureux. Déjà, parce que j'ai une faim incroyable. Et Aniki, comme tous les matins, a préparé le petit-déjeuner. Tout prêt. Je n'ai plus qu'à me mettre à table.

Il me donne ma robe de chambre, je m'enroule dedans et le suis jusqu'à la cuisine. Ma tisane fume, les céréales et le lait sont sortis, mes biscuits posés à côté de mon bol.

Nous aimons lire le journal, quand nous déjeunons. Nous nous recommandons les articles « les plus croustillants » (c'est-à-dire les plus débiles) et échangeons nos considérations à ce sujet.

Ce matin j'ai déjeuné seul car Aniki était en déplacement, la nuit dernière. Je suis en congé aujourd'hui, et j'ai eu le temps de me poster devant la fenêtre, avec ma tasse, pour regarder la rue grise et froide. J'aime observer les gens qui passent, si tôt, sur le trottoir et imaginer leurs vies.

Le mieux, c'est en été, évidemment. Le soleil est déjà levé, la fenêtre ouverte. Bien que nous vivions en ville, nous entendons les oiseaux... Quand je suis seul, je m'assois sur le rebord de la fenêtre et déjeune là, tout à contempler les employés municipaux qui ouvrent les canalisations d'eau pour asperger les caniveaux.

 

Quand nous sommes à l'hôtel, Aniki ramène le petit-déjeuner du McDonald's le plus proche. J'adore ça, et le sandwich oeufs-bacon artificiels, plus les pamcakes, me calent jusqu'au début de l'après-midi.

Parfois, nous nous payons le luxe de déjeuner à l'hôtel. Les buffets, aussi modestes soient-ils, m'enchantent. Je reste fasciné par la profusion de croissants, petits pains, confitures, nutella, thés...

Le seul bon souvenir que je garde de notre séjour à Amsterdam, c'est d'ailleurs le buffet petit-déjeuner de l'auberge de jeunesse.

 

Voilà, je voulais juste dire que des fois, on a le droit d'être tout simplement heureux.

 

 

 

Et puis sinon, lecteurs de la région parisienne, allez voir l'exposition peinture de Narcisse Steiner.

 

 

 

Partager cet article

Published by stoni - dans Définitions
commenter cet article

commentaires

stoni 25/01/2011 09:54



@ Véronique : bonne année à toi aussi. Mais juste une chose : je t'en supplie ne me vouvoie pas !


 


@ Alain et Clopine : on va vous marier, tous les deux.


Ben ouais, c'est bien de votre faute, fallait pas faire de gamin ! Moi j'ai tout compris ! Je peux vous donner les coordonnées du planning familial le plus proche de chez vous, si vous voulez.


Et puis les HLM vous allez voir vous vous battrez pour être accepté dans ceux que je vais construire.


 



alain 25/01/2011 00:22



Bravissimo, clopine !... Une bonne leçon de vie. De toute façon le stoni il ne perd rien pour attendre, viendra bien un jour où il aura lui aussi des "stoninou" (peut-être des adoptés, qui sait?)
et où il ragardera pensivement par sa fenêtre en se demandant quel idiot a fait grimper tous ces hlm à la place des mecs qui ouvraient les canalisations pour asperger les canivaux !



clopine trouillefou 24/01/2011 23:28



Ben merde là je sens la vilaine pointe de la jalousie qui commence à me titiller l'ulcère en formation...


Alors bibi le matin je me lève la première, il fait nuit et je n'allume pas la lumière (ou juste la petite loupiote) pour ne pas réveiller le grand fauve maigre qui retourne sa tête autrefois
blonde mais désormais légèrement déplumée de l'autre côté de son oreiller bien mou), je descends à tâtons l'escalier, j'ouvre au chien et au chat, le chien va pisser dans le jardin le chat
m'engueule parce que je ne vais pas assez vite pour lui donner sa tasse de lait (et attention, hein. Il ne boit que le lait fermier, avec de la crème tout autour, le bio demi-écrémé de chez Super
U il a une tendance à bouder devant), après je passe moi-même à la salle de bains et puis je monte réveiller Clopinou, qui est sensé se réveiller tout seul mais qui attend cependant mes trois
coups à la porte pour grogner, pas aimable, que ça va comme ça. Pendant que je me fringue à la hâte et mal, en plus, (c'est toujours le moment où je regrette de ne pas croire en dieu, parce que
sinon, j'aurais pu être une bonne soeur, DONC ne pas avoir à choisir de fringues vu que c'est tout de suite fait quel bonheur de ne pas se poser de questions oui mais voilà je suis athée,
merdalors, et remplie de doutes du genre est-ce que si je mets mon pull orange avec les paillettes ça va se voir le petit trou au poignet et pis merde de toute manière il n'y a que le pull orange
qui soit propre donc je décide que tout le monde va s'en foutre et je redescends à la cuisine). Là le Clopinou passe, superbement silencieux, s'en va fouiller dans la bannette à linge propre et
gromelle quelque chose à propos d'un jean qui ne serait pas repassé, mais je fais la sourde oreille parce que je me bats avec mes pompes qui ne veulent pas laisser passer mon cou de pied qu'est
trop cambré depuis que j'ai fait de la danse entre cinq et six ans en espérant devenir un petit rat parce que là aussi t'as qu'un costume comme les nonettes mais c'est un tutu et c'est bien les
tutus mais pour aller bosser disons que j'évite, et puis je me lance dans la nuit et le jardin en manquant marcher sur la ligne de poireaux, je vais ouvrir aux poules et le coq se met à gueuler
car il croit que c'est lui qui fait ouvrir la porte ce con, j'arrive à ma bagnole, je mets le contact et le chauffage parce que ça caille là-dedans c'est pas humain, et puis Clopinou arrive avec
des mars enfoncés dans sa poche droite et des mandarines dans la gauche, et je m'aperçois qu'une fois de plus j'ai oublié de me faire un petit déjeuner mais de toute manière c'est trop tard parce
qu'il est 8 heures et qu'on est en retard.


Je laisse derrière moi la maison bien chaude, le mec dans le lit, le chat sur la table et le feu dans la cuisinière, et je m'en vais vers mon destin. A savoir la panne d'essence parce que j'ai
aussi oublié de faire le plein. 


Mais je me reprends tout aussitôt, ne pas se plaindre de bosser y'en a tant qui voudrait pouvoir le faire, y'aurait bien une autre solution, disons la révolution tiens, mais à c't'heure-là on est
pas des masses à y penser, et puis c'est bien de moi ça de penser au grand soir quand c'est le tout petit matin frisquet. 


Quand je pense qu'il y a des camarades communistes et néanmoins créateurs qui se la coulent douce en peignoir de bain...


 


 


 


 



véronique péry 24/01/2011 11:29



Bonjour Stoni, et avec un peu de retard:


Bonne année!!! Quelle soit porteuse de rencontres, de succès, et de toujours plus d'amour entre vous et votre ami !!!


à bientôt. Véro.



paniss 21/01/2011 23:04



en parlant de pêt, une petite hsitoire:


dans un ascenseur, un américain, un japonais et un français;


l'américain roule des mécaniques avec son pc ultra moderne et ultra sphistiqué;


le japonais roule des mécaniques avec son téléphone portable ultra moderne et ultra sophistiqué;


l'un et l'autre regardent le français d'un air très supérieur;


le français pête et dit: ce n'est rien, j'envoie un fax...


 


bon, bon, ça va, je sors...



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss