Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 20:09

 

personnage 1a


A la base de tout roman, il y a : le personnage.


Les miens sont exigeants, tyranniques, méchants, mais nous nous débrouillons malgré tout pour filer une magnifique histoire d'amour.


Commencer un texte ne signifie pas écrire un roman.

Nombreux sont les essais qui ne mènent à rien. Pour que cet embryon de mots, d'une vingtaine, trentaine, cinquantaine de pages, devienne le roman, il faut que le personnage s'affirme comme tel.

C'est-à-dire que le personnage doit s'installer dans mes doigts.


Une fois qu'il s'y est logé, et que c'est lui qui ordonne à mes dix phalanges de taper ce qu'il veut que je tape, nous sommes tous les deux lancés dans l'histoire. On ne m'arrêtera plus. Ni l'on ne pourra l'arrêter lui, d'ailleurs.

Nous vivons un train de couple : lui a besoin de moi pour être, et moi j'ai besoin de lui pour faire. Il a l'Etre, j'ai le Code. Nous entretenons des attractions corporelles très fortes, et nous tombons rapidement amoureux. Nous avons nos scènes de ménage – parfois vengeresses – et nos instants de grand bonheur éperdu.

Notre cohabitation se partage entre mon traitement de texte et ma petite cervelle.


Il veille, derrière moi, quand j'écris et me souffle à l'oreille les mots que je dois retranscrire.

Il se montre vaniteux, prétendant qu'il est à l'origine de tout, et que moi, je suis un simple exécutant.

- C'est faux, répliqué-je avec orgueil. Tu le sais bien, je t'ai inventé.

- Non, je me suis présenté à toi tout constitué, t'as le boulot déjà à moitié mâché.

- Je me rappelle très bien de la première fois où j'ai pensé à toi... Tu n'étais alors qu'une silhouette. Je sentais vaguement ton odeur, et je voulais te toucher. A partir de ça, lentement, inopinément, tu t'es constitué, car c'est moi qui t'ai forgé... Au fil des mois... Au fil des ans... Tu ne te souviens pas ?

- Arrête de geindre ! Ecris !


Notre histoire m'oblige à lui faire du mal et je regimbe.

J'esquive les séances d'écriture. Il sait me rappeler à l'ordre.

- Mais tu vas souffrir...

- Et alors ? Si je dois souffrir pour exister, je souffrirai. Fous-toi au boulot, sale petit con ! Branleur !

J'obéis.

 

 

personnage-1.jpgpersonnage-2.jpg


Néanmoins, je l'aime.

Je me cale contre son corps, enfonce ma tête sous son épaule et l'étreins, voulant sentir sa cage thoracique, cherchant même à renifler la transpiration sous ses aisselles.

Je le veux, de la couche de tartre recouvrant ses dents jusqu'à son dernier poil pubien.

Je m'approprie sa chair, enchanté, et fier, de l'avoir créée.

Il se fiche de mes caresses.

Il a une destinée à me faire accomplir, lui.

 

 

 

personnage 3a


- Fais-moi aller chez Lidl, pour que j'achète du fromage. C'est symbolique, tu comprends. Bon, à ce stade de l'histoire, je peux me permettre de faire l'amour avec Truc, qu'est-ce que t'en dis ? Ça fait soixante pages que j'en crève d'envie. Et tout ça pour qu'à la fin je meure, ha ha ha !

- Je peux te faire survivre, si tu veux...

- Quoi ? Pauvre connard ! Traître ! Bien sûr que non ! JE DOIS MOURIR !

- Ok...


Quand le roman est achevé, il ne s'envole pas pour autant.

- Très bien. T'as fini ton truc. On est vachement contents pour toi. Mais, maintenant, tu vas relire ! C'est bourré de fautes, c'est super mal écrit, personne ne va vouloir de ce tas de merde ! Alors, au boulot !

Je ne me plains pas. Je suis heureux de le retrouver, même si le premier jet est terminé.


Je réécris de multiples versions, cherchant sans cesse à améliorer le roman. Pas pour moi. Pour lui.

Il reste aux aguets, vigilant.

Les personnages sont des gens très consciencieux.

Plus je réécris l'histoire, plus je le connais. J'en arrive au point où j'anticipe le moindre de ses mouvements. Nous formons, à présent, une petite famille.

Plus rien ne me surprend, de sa part. Routine d'amoureux. C'est une agréable routine, celle où, lorsqu'à chaque réveil, au lit, vous renversant vers votre moitié, vous êtes tout euphorique à l'idée de déjeuner en sa compagnie.

Tout est magique.

Lui aussi me fait les yeux doux.

- Je sais être gentil avec toi, Stoni, car tu travailles beaucoup. C'est bien. Je suis fier de toi.

 

Nous prenons alors, d'un commun accord, la décision de le soumettre à des éditeurs.

- Tant que tu n'as pas réussi, prévient-il, je te lâche pas. Si t'échoues à faire de moi un vrai livre... je te défonce la gueule.

C'est vrai.

Il me suit dans les rues, quand je suis seul. Je le sais être au détour d'un pâté de maison, une batte de base-ball au poing, au cas où je ne réussirai pas ma mission.

Les éditeurs ne sont pas conscients de la menace qui plane sur moi.

Comme je sors de la boulangerie, le personnage me chope, couteau entre les dents :

- Alors, sale petite racaille ? Ton éditeur t'a appelé, ce matin, pas vrai ? Et tu me préviens pas ? PAUVRE CON ! Je suis au courant de tout ! Je suis omniscient, putain de merde !

- Euh oui, pardon, j'ai pas eu le temps tu comprends mais j'allais te...

- Qu'est-ce qu'il t'a dit, l'éditeur ?

- Euh... Qu'il fallait que je reprenne tel passage, que ça n'allait pas à tel moment du livre, que...

- Quel incompétent tu fais ! Allez, fous-toi au boulot ! Encore une fois ! J'en ai pas fini avec toi, visiblement !

Nous nous remettons à travailler.


Le jour où je signe le contrat d'édition, le personnage cesse de me harceler au coin des rues.

Désormais, il roucoule dans les bras de l'éditeur.

Je tiens la chandelle.

- Ah ! s'extasie l'éditeur en étreignant le manuscrit. Quel magnifique personnage ! Qu'il est beau ! Qu'il est réaliste ! Vraiment ! Je l'aime ! ( = il va me rapporter du fric, j'en suis sûr ! )

Je tente d'en placer une :

- Oui j'ai eu cette idée de personnage le jour où...

- Tous les gens qui ont lu le roman sont tombés amoureux de lui ! Je crois que tu ne le mérites pas, Stoni ! Hé hé hé !

J'esquisse un rictus faussement amusé. L'éditeur enchaîne :

- Ce soir, je dîne avec le personnage. Tu n'y vois pas d'inconvénient ?

- Non...

- En fait, on va même s'envoyer en l'air pendant une bonne partie de la nuit ! Tu n'es pas jaloux, au moins ?

- Ben...

- Je t'assure, Stoni, il est très bien avec moi. Je saurai mieux m'en occuper. Il faut que tu fasses ton deuil, maintenant. Et tu connais l'adage : un de perdu, dix de retrouvés !

 

 

personnage-3.jpg


Le personnage ne se soucie pas tellement des séductions politico-mondaines dont il fait l'objet.

Il ne vous lâche pas la grappe aussi facilement.

Il revient, le soir même.

- Te voilà ? Je croyais que tu t'envoyais en l'air avec mon éditeur ?

Il grimace et chasse l'air d'une main.

- Ahrf... L'éditeur... Je m'en tamponne. Je préfère te surveiller toi. Il faut que t'assures. T'as pensé à ce que t'allais dire, pour le lancement du livre ? Il y aura bien quelques journalistes. C'est important que tu y réfléchisses... C'EST MON IMAGE QUI EST EN JEU ! Tu devras prendre soin de bien me présenter. Et ne t'avise pas de faire ton malin en te mettant en valeur. C'est de moi dont les gens veulent entendre parler. T'as tout saisi ?


Ma seule source de salut, c'est quand un nouveau personnage aussi exigeant, méchant, tyrannique, viendra prendre sa place et l'expédiera à l'autre bout du monde par force coups de pied au cul.

Mais je suis du genre à garder mes vieilles lettres d'amour dans un petit coin de mon tiroir.

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MARTHEMU 06/05/2013 13:03

J'adore ! Moi j'ai un de mes personnages ( toujours le même ) qui vient me fair ch .. la nuit en plein milieu de mes rêves aphrodisiaques. Le lendemain quand je le "reprends" sur le papier, ...il fait comme si de rien n'était ! J'te jure ...ah la la !

gib 20/08/2014 16:04

Les écrivains seraient ils tous des skysophrenes en puissance ? Ou en tout cas, à force de "triturer" le personnage à longueur de journée, ne courent-ils pas le danger de développer une telle maladie mentale à plus ou moins long terme ? Écrivain = un métier à risque finalement...

stoni 08/04/2013 16:31

Merci Swelin pour ce gentil commentaire, toujours bien apprécié !

Swelin 07/04/2013 01:29

Petit commentaire impromptu, (très) longtemps après la publication de cet article. J'ai parcouru ce site de long en large, au milieu de la nuit; mais c'est cet article qui me fait réagir. Plus que les autres, qui m'ont pourtant fait sourire et réaliser beaucoup de choses.

Cette description de la relation écrivain/personnage est, je trouve, superbe. Je me sens comprise. Et ça change des remarques que je reçois de mon entourage quand je rechigne à abandonner un texte, parce que "ce personnage, c'est un peu de moi, et beaucoup de ce qui m'entoure. C'est mon enfant, mon ami, mon amant." "Il est fictif, il n'existe que sur le papier!", on me répond.

Non, il existe dans mon esprit; et tant que j'écrirais son histoire il existera quelque part, même si c'est dans une dimension parallèle.

Merci Stoni, pour les prises de conscience et pour m'avoir accompagnée dans mon insomnie.

Stoni 16/03/2010 10:39


Ha ha ha !

Mais en ce moment je suis remonté dans l'estime de toutes les instances éditoriales que je connais.


Oscar Sutter 15/03/2010 23:18


En tout cas si moi j'étais éditeur je sais bien comment je hurlerais à la mort en ouvrant un manuscrit comme celui de "La chambre",je ne trouverais même plus utile de le soumettre à un comité de
lecteurs:

waoooh!! wou-houououou!!! mais c'est pas vrai,c'est le jackpot, là! Sidérant! Cosmique! Bien mieux que simplement "ma ligne éditoriale": Le livre du siècle!! Et c'est à moi que ça arrive!
pincez-moi mon cher Monsieur pour m'assurer que je ne rêve pas!! Allez, tope-là, mon cher ami, des foules rameutées par les critiques du "Monde",du "Point" et de "Lire" sur la foi ne serait-ce que
d'un extrait de trois phrases prises au hasard et commentées par deux autres d'Assouline vont se ruer là-dessus, il y aura des émeutes à l'entrée des librairies comme à la parution des nouveaux
"Harry Potter", on s'arrachera les exemplaires, on en vendra les morceaux au marché noir, notre fortune est faite, mon cher ami, que dis-je, excusez cette familiarité qui n'est plus de mise avec
vous, Maître!! Mmmm... En plus ces salauds en auront pour leur argent, ils vont dévorer ça comme des porcs, s'en empiffrer sans prendre le temps de respirer jusqu'au point final, jouir, j'en
jurerais, les cochons d'Epicure, avoir des orgasmes à répétition, Marlène Dietrich peut aller se rhabiller après cette Marlène-là, et je ne parle même pas des dames, avec un tel héros et ces
torrents de passion déchaînée, c'est bien simple, elles vont en tomber hystériques et nymphomanes à vie!!

Et quand ce pauvret de Stoni entrera deux semaines après, laissant retomber le manuscrit comme un étron et essuyant soigneusement ma main sur un kleenex après y avoir jeté un coup d'oeil négligent:
" mais c'est quoi, ça, mais pour qui vous prenez-vous, il m'a semblé apercevoir comme une sorte de, une ombre.. d'humour, n'est-ce pas, là-dedans, d'humour, c'est bien à quoi vous prétendez, jeune
homme, je ne me trompe pas, petit prétentieux?
Mais vous n'êtes qu'un redondant mon enfant, vous m'entendez, un lamentable redondant, un surnuméraire inutile à la société, il faudrait en toute justice vous euthanasier, vous croyez donc que les
interviews récentes d'Elisabeth Badinter sur les hommes battus par leurs compagnes féroces, chiennes plus bourrées d'amphétamines que les anciennes athlètes féminines de RDA sans compter les
chiennes de garde, + les discours électoraux de Bernadette Malgorn de l'UMP en Bretagne proposés en vidéos par Ostinato
ne suffisent pas à leur fendre la gueule, à mes lecteurs? Même les femmes en sont mortes de rire... jaune peut-être, mais de rire quand même, vous croyez que ça n'a pas encore comblé les attentes
en la matière et ne suffit pas encore au lectorat d'une Maison, mon pauvre ami, d'une Maison telle que la mienne, qui par ailleurs peut s'enorgueillir d'avoir signé un contrat avec... passons,
alors qu'il suffit d'ouvrir son poste TV par les temps qui courent, d'écouter les présentateurs des nouvelles ou des jeux pour se donner des bleus aux cuisses à force de tapes avant de se tordre,
vaincu, de s'écrouler asphyxié, le visage violet de gloussements étranglés, dans un dernier spasme?

Allez, je suis bon diable, suite à ces morts subites , un confrère a moi aurait besoin d'un lecteur, je peux éventuellement vous recommander si vous insistez, moi de toute façon j'ai idée que
j'irai bientôt en Californie, à Acapulco ou à Bahia me dorer au soleil les doigts de pied en éventail, je peux bien vous le confier!!

Et je rêverai, éventé par une nymphette, à la déroute politico-culturelle du comique face au cosmique, sirotant mon whisky-soda puis retirant la paille de ma bouche pour ispirer une profonde goulée
d'air genre "côté obscur de la force"!


Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss