Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 14:24

 

 

 

http://download.lardlad.com/framegrabs/9F15/107.jpg

 

 

Tout a commencé avec des douleurs aux machoires.

Au début, je me disais : ça passera.

Mais ça n'est pas passé. Pire, ça s'est empiré.

 

Le paracétamol n'agissait plus.

Je me rendis chez le dentiste.

 

Le verdict fut douloureux. Ma bouche, c'est Beyrouth (sauf mon respect pour les Libanais). Mes dents se sont toujours chevauchées. Quel rapport avec des douleurs de mâchoire, bordel de topinambour ? En vérité, c'est parce que j'ai une malformation de la mâchoire, un truc de malade, il faut tout remettre en ordre, un travail qui durera des années.

 

Le plan purement cool, quoi.

 

J'ai consulté plusieurs dentistes. Tous m'ont dit la même chose. Si je ne faisais rien, ça allait finir comme ça :

 

http://25.media.tumblr.com/tumblr_mbau0ylc2W1qd127co1_500.jpg

 

Je me suis résigné. Je dus choisir un dentiste parmi les trois ou quatre que j'avais consultés.

 

Je sélectionnai celui que j'avais trouvé le plus humain et le plus compréhensif. Le contact était bien passé. Question pognon, il restait abordable.

 

A la fin de l'été, nous entamâmes ensemble ce processus qui promettait d'être long et pénible – comme tous les processus dentaires.

 

J'avais remarqué, dans sa salle d'attente, des magazines un peu droitistes. Le Figaro Madame, des trucs comme ça. Mais bon. Quel dentiste, quel médecin, n'est pas de droite ?

 

Ainsi, jusqu'à hier, tout allait bien.

 

Jusqu'à hier.

 

Je viens pour une nouvelle consultation. Dans la salle d'attente, je remarque le journal La Croix. Ah ouais. Quand même. Bon, il est catho, je veux dire, pourquoi pas. Je ne tique pas davantage que ça.

 

Le dentiste me fait entrer dans son cabinet. Je m'assois devant son bureau. Nous commençons à discuter sur le traitement, comment ça s'est passé depuis la dernière fois, tranquillement, paisiblement.

Et puis, je remarque une petite pile de tracts sur le bureau, disposés de façon à ce que les patients puissent se servir.

 


C'était un truc qui ressemblait à ça mais sans la marque "institut civitas" : 

 

http://francejeunessecivitas.hautetfort.com/media/01/01/3121721456.jpg

 

 

 

 

 

Je bloque. Mais grave.

 

 

http://www.topito.com/wp-content/uploads/2012/05/operation.gif


Puis je me dis "il va voir que tu bloques, arrête de regarder ça". Le mec continue à causer. Il est en train de manipuler une radio.

 

J'en profite pour jeter un deuxième coup d'oeil sur le tract. Pour être sûr que je n'ai pas rêvé.

Je n'ai PAS rêvé.

 

Le dentiste m'interpelle.

- Il y a un problème, monsieur Stoni ? Vous avez l'air embêté. Ce ne sera pas douloureux, vous savez.

Il me montre une zone sur la radio. Putain mais je m'en fous de ton truc, là. Moi je bloque sur ton tract, mon pote. Je sourcille et force un sourire.

- Non non, ça va.

Je dois lui dire. Que c'est déplacé. Que c'est offensant. Je sais pas. Que c'est chiant, quoi.

 

Sans déconner, on est en démocratie. Eh oui : je n'ai pas encore été hissé au pouvoir au gré d'une révolution stoniste-léniniste. Donc, comme nous sommes toujours en démocratie, je considère que les gens, ils pensent bien ce qu'ils veulent. Le mec, il est contre le mariage et l'adoption des couples d'homos, c'est son problème. Moi, je m'en bats allègrement les steaks.

Mais putain, il n'a pas à faire de la propagande dans son cabinet !

 

 

Mon embarras atteint des sommets. C'est complètement inapproprié ! C'est comme si je lui distribuais un tract du Parti ! On est dans un cabinet de dentiste, pas sur la place publique. JE NE VEUX PAS CONNAITRE LES OPINIONS SEXUELLO-POLITIQUES DE MON DENTISTE !

 

 

Je dois protester. Pour l'honneur. Je dois lui dire "vos tracts peuvent gêner certains de vos patients, je suis mal à l'aise".

 

Il me demande de m'installer sur le fauteuil.

 

Je m'étends. Super crispé.

Le dentiste bloque à son tour.

- Vous avez peur ?

Oui. J'ai super peur d'un mec capable de foutre des tracts aussi débiles sur son bureau, COMME SI J'ETAIS SUSCEPTIBLE DE LES PRENDRE. C'est une véritable insulte.

- Non, ça va. Mais, vous savez, je... comment vous dire, je...

Si je lui dis, il va me niquer les dents.

 

Putain, je viens tout juste d'y penser.

Si je proteste, ou si je lui dis que ces putains de tracts me gênent, il va m'en vouloir à vie et il va me niquer les dents.

Ce gars, je dois le voir pendant au moins trois ans.

Je ne suis pas sûr de vouloir être suivi pendant trois ans par un mec qui me hait.

A chaque rendez-vous, il va se débrouiller pour me faire mal, histoire de se venger. Un dentiste détient tous les pouvoirs sur son patient. C'est horrible. Juste horrible.

 

- Ouvrez la bouche.

Je ne réagis pas.

- Ouvrez la bouche, voyons.

- Eh bien, écoutez docteur...

 

Si ça se trouve, c'était lui qui faisait " 'loiseau " pendant les manifestations contre le mariage et l'adoption des homos. C'était mon dentiste qui se pavanait en combinaison moulante lycra, au milieu de clampins qui braillaient "papa" et "maman".

 

 

 

 

 

 

Cette idée m'est proprement intolérable.

 

Le dentiste attend la suite.

- Oui, qu'est-ce qu'il y a ?

- Euh... Non rien.

- Mais vous voulez me dire quelque chose ?

 

C'est vous qui faisiez " l'oiseau ", docteur ?

 

- Non, rien...

- C'est la canine gauche qui vous fait toujours souffrir ?

- Non, la canine gauche elle est ok. Excusez-moi, je suis fatigué. Allez-y.

 

Pendant qu'il fait des trucs dans ma bouche, je cogite sévère. Franchement, je suis en colère. J'avais établi une relation de confiance avec ce gars. J'appréhendais bien le traitement – et pourtant c'est vraiment un truc que t'as pas envie de bien appréhender. Et là, il vient de tout casser. C'est dégueulasse. Il a trahi ma confiance.

 

Quand nous arrivons au terme de la consultation, j'ai vraiment envie de lui dire :

- Vous savez docteur, je trouve ça particulièrement fourbe et mesquin de votre part d'avoir attendu que je m'engage pour trois ans de travail dentaire à vos côtés, pour ensuite me foutre vos tracts sous le nez et me plonger dans un embarras aussi immonde vis-à-vis de vous.

 

Mais je ne dis rien.

 

Je me contente d'aller voir sa secrétaire pour régler, soulagé d'être sur le point de sortir. Et là, sur le bureau de la secrétaire, je découvre une nouvelle pile de tracts.

 

Je soupire.

 

Putain, je dois le voir une fois par mois pendant au moins trois ans, ce mec.

 

Y'a qu'à moi que ça arrive. Sérieux.

J'en ai marre. Sérieux.

 

 

 

 

 

Retrouve ton ami Stoni

sur Facebook


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ulysse 09/11/2014 16:41

Salut, Je suis tombé par hasard sur votre blog, par hasard sur votre article. En gros par hasard sur vos opinions... Je m'en excuse.
Comme pour votre dentiste qui a osé montrer ses opinions...
Est ce que des tracs sont plus choquant qu'un blog ? Ces deux moyens sont là pour présenter des idées. Après elles ne plaisent pas à tous !
On peut rire de tout mais pas avec tout le monde. Je dirai même : On peut parler de tout mais pas avec tous !!

Stoni 12/11/2014 13:47

Je ne suis pas médecin et mon blog ne se trouve pas exposé dans la salle d'attente d'un dentiste... Enfin.

Patrick 01/05/2014 15:36

J'avoue que l'histoire m'a vraiment tué. Mais peut être qu'on lui a juste donné le track et qu'il l'a amené au bureau sans en rendre compte. lol

Laurent 28/03/2014 13:35

C'est sûr qu'un dentiste ou un autre métier du même style, dans la santé pour faire simple, c'est particulièrement lié à une notion de confiance. Ton garagiste à la limite c'est pas très grave, s'il foire un peu sa réparation, normalement tu t'en remets. Mais là c'est pas un objet que tu lui confies, mais toi-même. Et puis le dentiste dans le genre, ça se pose là, c'est autre chose qu'un généraliste :-)
Mais j'ai envie de dire, s'il est bon, c'est le principal, il faut essayer de penser à autre chose... Je sais, je sais, ça aussi c'est lié à la confiance. Pas facile. Du coup avec quelques mois de recul, ça donne quoi ? Parce que j'ai des soucis importants côté ATM - donc c'est un peu différent évidemment - depuis quelques années et je sais que c'est pas facile facile, quoi.

Stoni 04/04/2014 15:00

courage !

Laurent 04/04/2014 14:58

C'est franchement le principal... Personnellement je n'ai pas eu cette chance et je poursuis encore mon parcours du combattant après des années de galère :-/

Stoni 04/04/2014 14:55

depuis mon traitement et une opération maxillo-faciale, ça va BEAUCOUP MIEUX...

gabriel 21/11/2013 15:31

Dans la catégorie dentiste au mœurs et coutumes bizarres, on tient notre champion !! xD J’espère ne jamais avoir une telle situation !

Joseph 18/11/2012 14:57


« ça me fera peut-être des trucs croustillants à raconter sur le blog. »


Tu vois, tu
vas arriver à surmonter cette épreuve. Sois fort. Pense à notre pays.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss