Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 18:17

 

 

envoye-du-capitalisme.jpg

Stoni reconstruisant le mur de Berlin pour se protéger d'un envoyé du capitalisme destiné à le corrompre (France, 2010)

 

 

 


Je suis chez mon éditeur quand quelqu'un frappe à la porte de son bureau.

Le visiteur entre.

- Ah ! triomphe mon éditeur en se levant. Tu tombes bien, Machin ! Stoni est justement avec moi.

Je me retourne avec curiosité vers ce Machin pour qui ça tombe bien que je sois présent.


Un jeune homme – mon âge environ – ma foi, je dois l'avouer, fort bien présenté.


Mon éditeur se plie au rituel des présentations. Machin est un ami à lui. Machin ne travaille pas dans l'édition mais Machin a lu l'épreuve de mon prochain bouquin.

Machin me reluque comme si j'étais la huitième merveille du monde incarnée.

Il prend enfin la parole :

- J'aimerais tellement parler de ton roman avec toi... J'ai beaucoup aimé.

- Ah... Merci...

A sa voix, à son intonation, à sa tenue vestimentaire, je comprends aussitôt qu'il n'est pas du même univers que moi. Ça sent le fric à plein nez. Et puis, pas le fric de la petite-bourgeoisie parisienne, vous voyez. Non. Le VRAI fric. Le gros. Le lourd.

Il tire une chaise pour la placer pile à côté de moi.

- Je ne vous dérange pas, au moins ? s'enquiert-il.

J'allais tenter de glisser que nous étions en pleine séance de travail, quand mon éditeur intervient :

- Oh non ! Aucun problème ! Au contraire, nous avions besoin d'une petite pause. Installe-toi. Tu vois Stoni, Machin, il a dévoré ton roman.

- Oui, j'ai très envie de lire tes autres livres, maintenant.

- Ah...

Je croise nerveusement les jambes et allume aussitôt une cigarette.

L'oeil de Machin n'était pas dans la tombe mais regardait Stoni. Je puis vous l'assurer.

Moi, je contemple la fenêtre en tétant sur le filtre de ma clope comme si c'était la dernière de mon existence.

Machin se met à parler du livre.

Pendant dix minutes.

Quinze minutes.

Il pose des questions. De rhétorique. Nul besoin de connaître mes réponses : ce rejeton de la classe dominante a TOUT COMPRIS.


Quand vous écrivez des romans, les retours des lecteurs sont toujours chose surprenante. Personne n'envisage telle scène de la même manière, ni ne se met d'accord sur la portée symbolique du dénouement. Surtout que vous, vous n'aviez pas prévu la moindre portée symbolique dans votre dénouement...

Aussi est-il rare de rencontrer quelqu'un qui a TOUT COMPRIS. Ce personnage ? Il l'appréhende exactement comme vous l'appréhendez. Ce chapitre, qui vous tient particulièrement à cœur, même s'il peut paraître anodin (vous vous êtes d'ailleurs battu pour qu'il soit conservé dans le manuscrit final, en menaçant de vous suicider), dans lequel vous décelez une magnifique illustration de la lutte des classes ? Eh bien, ce gars-là, c'est son préféré de tout le livre. Et lui aussi, il y voit une magnifique illustration de la lutte des classes. A croire qu'il vous pique tout directement dans votre cervelle.

Ce genre de mec sait toujours me laisser pantois.

A un point tel que je lance des coups d'œil anxieux du côté de mon éditeur. Il lui a préparé son script ou quoi, à Machin ?

Mon éditeur s'en fout, de mes coups d'œil. Il fait du classement dans son indescriptible foutoir.


Et mes coups d'œil anxieux se transforment vite en appels au secours.

La conversation de Machin m'est une torture.


Parce que Machin a tout compris, mais MACHIN NE DEVRAIT PAS AVOIR TOUT COMPRIS. J'ECRIS POUR LA CLASSE LABORIEUSE. PAS POUR LE SEIZIEME ARRONDISSEMENT DE PARIS !

Machin est subtil, intelligent, volubile. Machin choisit bien ses mots. Machin me déshabille d'un regard enflammé. Machin – pire que tout, abjection des abjections – est beau.

Je lui sers, de temps à autre, des rictus de courtoisie, comme je suis trop poli.

Et puis, il faut bien l'admettre, Machin est charmant. Gentil.

Au bout d'un moment, mon éditeur se lève.

Il va nous faire sortir ! Il va LE faire sortir ! Miracle.

- Je vais acheter des cigarettes. Je vous laisse dix minutes.

Je révulse des yeux qui crient à l'agonie.

Mon éditeur s'en fout encore.

- Attends je te passe une clope si tu veux ! m'écrié-je.

- Non, je dois en acheter pour ce soir, de toute façon.

- Ça peut attendre !

Il se tire.

Je me dépêche de prendre une nouvelle cigarette.


Machin me parle de politique (mon éditeur l'a briefé sur mon petit côté stal).

Machin s'intéresse à. Au. Communisme.

Fait chier.

- Tu dois me trouver bien ridicule. Tu as dû voir que je ne suis pas... tout à fait pauvre, n'est-ce pas ?

Il a un rire exquis.

Il m'explique que son père dirige une grosse entreprise. Lui, il dessine. Il peint.

Je l'écoute. Je ne parle pas. J'érige, entre lui et moi, un deuxième rideau de fer. Doté de la meilleure protection militaire au monde. J'installe des rampes de lancement de missiles nucléaires, à chaque point stratégique. C'est-à-dire partout.

Qu'il essaie de demander l'asile politique, ce con. Je vais bien l'accueillir.

Et Machin continue à sourire...



- T'es à Paris pour plusieurs jours, Stoni ?

J'émets un bruit indistinct.

- Ce soir avec des amis, nous avons prévu une petite fête. Rien de bien sérieux, je te rassure... Tu voudrais venir ? Si t'as besoin d'un logement pour la nuit, chez moi y'a un...

- Non !

Machin décille.

- Désolé, mais j'ai déjà quelque chose de prévu.

Machin hausse les épaules et dit que ce n'est pas grave.


Mon éditeur ne revient pas.


J'en tire, en appliquant une analyse dialectique, marxiste et hyperréaliste radicale, de premières hypothèses :


a) C'est un coup monté. Par la CIA. Contre moi. Ce n'est qu'une première tentative. D'abord, ils envoient des beaux gosses bourgeois qui ont tout compris à votre livre. Après, ce sera un colis piégé. Je suis dans la merde.


b) J'écris, contre mon gré, des livres bourgeois que seuls les bourgeois comprennent. Je vais arrêter d'écrire et me reconvertir dans ce que j'ai toujours rêvé de faire, au fond de moi : mécanicien moto.


c) Machin est un envoyé du capitalisme pour me corrompre.


d) Mais de toute façon ça sert à rien, je suis incorruptible, comme mon pote Robespierre.



Plusieurs réponses sont possibles.


Vote, Camarade Lecteur, ici on est toujours en démocratie.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ad Gev 16/06/2010 10:30



Je penche pour l'hypothèse n°1. Evident.


Je continue à lire ton blog avec intérêt!



stoni 12/06/2010 13:26



mon billynou, je sais, on va défoncer le mexique !



billy lo 11/06/2010 23:38



stoninou, zéro zéro mais la prochaine ça le fera !!


on va aller en 8emes je te jure !!



stoni 11/06/2010 19:09



Trofimov, je t'en aurais trouvé si le site du pcf n'était pas infesté par un cheval de troie donc que je n'y vais plus !



trofimov 11/06/2010 18:17



@Stoni oui enfin moi par mes idées j'entendais des trucs comme fin du nucléaire, droit de votes et éligiblité aux étrangers, numérus clausus à 50 000 places dans les prisons, légalisation de
l'usage du cannabis,réduction du temps de  travail, société du Temps libre, fin du classement X dans les cinémas....


si t vois un texte du Parti communiste qui porte ce genre de valeurs tu m'appelle j'adhère illico.



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss