Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 17:18

 

 

 

 

 

J’ai un ami qui m’agace. Rarement, très rarement, il a une journée où il se réincarne en un être agréable, une véritable crème, une journée où il est là pour me remonter le moral, où nous arrivons à nous marrer, simplement, tout simplement.

Le reste du temps, il m’agace. Car, avec lui, rien n’est simple, tout est compliqué.

Au début, il devait se surveiller. Nous sommes devenus amis. Puis, au fil du temps, son auto-vigilance s’est relâchée.

Il est vieux, il écrit. Il a de grandes théories qui ne sont pas idiotes. Si seulement il savait s’en contenter. Mais non. Il a tenté de les faire publier, en vain. Il prétend « qu’il s’en fout », qu’il n’a jamais voulu être édité, mais c’est faux et il essaie encore, à soixante-dix ans. Cet échec d’une vie le rend hargneux. Il est seul, il se rabougrit, lui, lui-même, le sien, sa planète gravite autour de son ego et, quand je le vois faire, je prends peur. Si je devenais comme lui, un jour ?

Il a le défaut des gens intelligents et des poètes : la vanité.

Ce défaut, je peux vous en parler.

Mais tout de même. A ce point, c’est une maladie.

Il a tout vu, tout connu, tout expérimenté. Il monologue. Il parle de lui.

Il m’envoie sa photo dédicacée. Je ne l’ai pas demandée. Je suis censé le remercier. Je lui fais remarquer, prudemment, que je trouve le geste étrange. Il me répond que c’est de l’auto-dérision. C'est faux.

Avec lui, oralement, tout est de l’auto-dérision. Réellement, rien ne l’est.

Il est malade d’être lui-même, malade de n’avoir pas pu rayonner dans le monde des arts, de la culture, de l’université. Au cours de sa vie, il a rencontré telle célébrité, tel comédien, tel poète. A chaque fois, un projet devait se monter, mais la célébrité s’est désistée. Au début, je le croyais. Maintenant, je m’interroge sur sa capacité à imbriquer le faux dans le vrai, l’édulcoration dans l’exagération.

Il me laisse pantois.

Oui, il m’agace. Quand il me parle de philosophie, il part du principe que je ne connais pas les notions et prend soin de les détailler. Parce que je suis ouvrier et que je n’ai pas été à la faculté.

Lui a fait de grandes études.

Il me parle donc de philosophie et précise « arrête-moi si tu ne comprends pas, car, pour un type comme moi, ce cas complexe est d’une simplicité extrême ». Il est sérieux, quand il dit cela. Il a d’ailleurs l’impression d’être gentil.

Il m’énerve.

Les gens qui passent dans sa vie ne s’arrêtent pas. Plusieurs mariages, des femmes, des enfants, des amis, personne n’a demeuré pour témoigner. Il se brouille, il se dispute. Les courageux qui ont l’endurance de le supporter finissent, un par un, par ne plus lui adresser la parole. Bien entendu, il est la victime du complot. Je pourrais lui dire qu’il est difficile à vivre, difficile à apprécier, qu’il ne facilite pas les choses, mais ça ne servirait à rien. La critique lui est insupportable. La seule critique qu’il accepte, c’est celle, fausse et en fin de compte valorisante, qu’il s’adresse à lui-même. Il s’invente des défauts qui sont, pour son rare public, des qualités. La générosité, l’oubli de soi au profit des autres, la gentillesse excessive…

Il a un avis sur tout. Il prêche, il assène, il juge.

Il m’a appelé, plus d’une fois, en étant au bout du rouleau. Rongé par son ambition, rongé par la colère de ne pas avoir été reconnu, rongé par son moi, son surmoi, son ça. Puis, il remonte la pente en s’investissant dans un nouveau projet qui le concerne lui, pas un autre. Il multiplie les tentatives pour être édité. Tout et n’importe quoi. Il me fatigue.

Parfois, il a des éclairs de gentillesse, de sympathie, d’amitié. Je ne le reconnais pas. Ces jours-là, je me dis que je suis dur, qu’il ne mérite pas mon impatience. Et puis, il se dépêche de me faire changer d’avis. J’évite ses coups de téléphone, mais alors, il insiste, il se débrouille pour m’attraper, il m’envoie des photos dédicacées, il persiste…

Il est pourtant intellectuellement brillant, très brillant. Pourquoi tout gâcher ? Pourquoi se montrer si pénible ? Pour cette guerre permanente, idiote, grotesque, contre les autres ?

 

Il m’effraie. Car je reconnais, chez lui, certains de mes travers. L’égocentrisme, la vanité, la recherche de la reconnaissance, l’arrogance… Je me dis, pour me rassurer, que je ne suis pas de sa classe sociale, que mon appartenance de classe me préservera de finir à sa façon.

Serai-un jour, vieux, seul, abandonné, malade, à râler, à vitupérer, à pérorer, à saouler un pauvre ouvrier de trente ans, qui sera un des derniers à avoir la patience, ou la bêtise, de bien vouloir me supporter ?

 

Je devrais peut-être le considérer comme un avertissement, ce monsieur.

 

 

 

 

 

 

 

Le même blog avec plus de trucs mieux

sur Facebook



 

Partager cet article

commentaires

stoni 22/06/2012 14:47


Aude, je n'ai pas supprimé tes commentaires. Simplement ils tardent souvent à s'afficher car la plateforme de blog bug un peu. Pas de panique.

Aude 22/06/2012 13:00


Là il faut m'imaginer en train de me gratter la tête, un peu dépité.


C'est un peu stalinien comme procédé... Mon commentaire (le deuxième) était à ce point problématique ? En même temps, je ne m'y connais pas très bien en commentaires de blog, alors peut-être
qu'il y a des règles d'usage à respecter que j'ignore. J'aurais peut-être du frapper plus fort avant d'entrer. Pardon.


 


 

stoni 22/06/2012 12:50


Aude ne t'en fais, je supprime rarement les commentaires. C'est juste overblog qui met du temps à les publier.

Aude 22/06/2012 12:44


Hihihi, je vois que mon commentaire a été supprimé... Cela vaut peut-être réponse à ma question :) J'ai gagné quoi ?


Un ami comme celui là, on en a tous un planqué dans un placard...


Bonne journée !  

stoni 22/06/2012 12:32


Bonjour Aude, le tutoiement égalitaire me conviendra.


 


Ah ! Mon pauvre papa ! Lui qui avait à peine de quoi gagner notre vie, humble jusqu'à la mésestime de soi, éternel amoureux et adorateur de ma mère, renfermé, taciturne, sauvage, qui jamais ne se
vanta, qui jamais ne parlait de lui !!!


Mon pauvre papa...


C'est marrant comme cet article a fait réagir. je l'ai rédigé comme ça, un jour où j'étais bien remonté contre cet ami, histoire de faire dégorger un peu ma colère. d'ailleurs aujourd'hui je suis
moins remonté et je me trouve un peu dur dans ce texte. jusqu'à la prochaine fois qu'il me saoulera...

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss