Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2010 2 20 /07 /juillet /2010 14:17

 

 


 

 

(Le hasard faisant bien les choses, c'est avec le ventre rempli d'un menu potatoes de chez McDonald's que j'écris cet article.)

 

 

 

Il y a des gens qui n'aiment pas McDonald's, d'autres qui aiment. Soit. Je tâche d'être de nature tolérante. Puisque nous sommes tous égaux, respectons nos différences, bordel de con.

 

Jusqu'ici tout allait bien.

 

Puis, arriva le Torquemada anti-McDonald's.

 

En général, je n'aime pas trop les Torquemada, quelle que soit leur mission au sein de la Sainte Inquisition du Bon Goût, de la Rectitude et de la Morale.

Problème : des Torquemada, y'en a quand même pas mal.

 

Je vous épargnerai le Torquemada anti-rock, le Torquemada anti-communiste, le Torquemada anti-distraction, le Torquemada anti-jeux-vidéo, le Torquemada anti-célibataires, le Torquemada anti-américain, le Torquemada-antimondialiste, le Torquemada anti-TF1, etc, etc, etc.

 

Aujourd'hui, on se tamponne le Torquemada anti-McDonald's et ça devrait suffire pour la semaine.

 

 

 

Je rencontrai le Torquemada anti-McDonald's tandis que je militais avec mes bien-aimés camarades.

Torquemada a trente-cinq ans. Torquemada a adhéré au Parti moins par aspiration marxisante que par altermondialisme-gaucho-on-sait-pas-trop-ce-qu'il-veut-au-juste.

 

Seulement, voyez-vous, Torquemada a fait des études. Il est maître en histoire. Je serais tout à fait content pour lui, s'il n'utilisait pas cette excuse pour terroriser les pauvres et jeunes camarades qui ont le malheur de croiser sa route. Torquemada SAIT TOUT. Torquemada a TOUT VU. Torquemada a TOUT CONNU.

Génial. Comment ça me troue le cul.

Puisque Torquemada est maître en histoire, une fois j'ai tenté de parler avec lui de la Révolution française.

- C'est une période dont l'historiographie est trop orientée, m'a-t-il répondu en tordant la bouche. Personne n'a un point de vue objectif là-dessus.

- Ouais je sais mais...

- Tu pourrais lire Furet, en premier. C'est facile à comprendre.

Je l'ai regardé, comme ça, sans rien dire.

Le temps de ravaler mon début d'agacement.

- En fait je voulais simplement te demander si Michel Vovelle est encore bien considéré dans le milieu universitaire. C'est un auteur que j'apprécie beaucoup.

Il s'assombrit.

- Ah, tu connais... Bof. Un stalinien.

- Quoi ?

- Je cerne pas bien le personnage. Les historiens qui réhabilitent la Terreur, pour moi ils font de la politique, pas de la recherche.

Je répète que cet homme est bel et bien encarté au Parti.

Je demeurai pantois.

 

Bref, Torquemada est professeur d'histoire géographie et issu d'un milieu bien loti, comme je le compris selon ses révélations à demi-mot. Deux parents professeurs eux aussi, à vrai dire, ce qui à mes yeux prolétariens signifie des revenus conséquents (ouais, je sais, j'ai une échelle des revenus très naïve).

 

Aussi, l'autre jour nous militions, Torquemada était là, et arrive une jeune camarade.

Elle porte un sac en papier estampillé du logo de McDonald's. Elle sort tout juste de son travail et a marqué une petite pause au fast-food histoire d'acheter un repas.

Torquemada en décille des prunelles jupitériennes.

- Tu manges chez McDonald's ?

La jeune camarade allait répondre. Peine perdue, Torquemada enchaîne aussi sec :

- T'as pas honte ? C'est de la merde ! En plus tu donnes de l'argent aux Américains !

Euh oui, je répète que ce monsieur a bac + 4 et qu'il est professeur au collège.

La camarade n'a même pas deux mois d'adhésion au compteur. La pauvre.

 

Vous me connaissez.

En bon saint-bernard, en défenseur de la veuve et de l'orphelin, en chevalier qui honore toute la beauté du lien de vassalité, je m'insurge.

Non, en fait, plus sérieusement, je n'aime pas que l'on s'attaque aux jeunes filles, surtout quand elles ont vingt ans à tout casser, qu'elles sont d'un milieu humble et qu'elles ont eu le courage insensé, l'audace prométhéenne, de s'inscrire au Parti.

Faut pas déconner, non plus.

 

- Allons s'asseoir pour que tu puisses déjeuner, fais-je d'un ton calme.

Grand seigneur. Ouais je sais.

- C'est ça, va manger ta daube ! J'ai honte pour toi ! T'es communiste et tu manges du McDo ? Pouah !

Cette fois, Torquemada récolte un regard assassin de ma part.

La camarade rougit. Elle fourre le sac en papier dans sa besace.

- Non, non, c'est pas grave, je mangerai plus tard...

- Mais ça va refroidir.

- C'est pas une grande perte, ricane Torquemada.

- Viens avec moi, on va s'asseoir sur le banc, là-bas. Tu seras mieux pour manger.

La jeune fille me suit, tête basse.

Nous nous installons.

Or, Torquemada se retrouve tout seul. Je lui ai refilé mes tracts. Résultat : il est obligé de bosser. Car oui, jusqu'à présent, puisqu'il est une célébrité du quartier, il profitait du moindre voisin croisé pour discuter deux heures sur la dernière réunion de parents d'élèves FCPE, et nous plantait là. Le perfide.

Il distribue deux tracts et approche.

La camarade se raidit. Je soupire.

- Alors, c'est bon le caca ?

- Mais c'est quoi ton problème ?

- Quoi toi aussi tu manges des hamburgers de merde chez McDonald's ?

- Rien à en foutre de McDonald's, putain ! Tu oses remettre en question ses convictions de communiste, parce qu'elle mange chez McDonald's ? D'une, c'est d'une impolitesse rare. De deux, si t'étais vraiment communiste, je veux dire, si t'étais un minimum sensibilisé au marxisme, au matérialisme dialectique, à la lutte des classes et à l'hyperréalisme radical, tu verrais comme une couille au milieu de la figure que c'est TOI qui es idéologiquement défaillant.

Ce discours lui efface tout sourire de sa désagréable figure.

Il plisse les yeux.

- Idéologiquement défaillant ? Tu parles comme Staline. Je comprends pourquoi les autres t'appellent Joseph et...

- Rien à battre ! Tu l'agresses, elle. Tu t'exposes à mon jugement, puisque je suis là. Alors, n'essaie pas de détourner la conversation en me racontant ce que les autres disent sur moi. De toute façon, je le sais très bien et j'ai rien à en branler.

- Ben si ça vous amuse de manger...

- Ça ne nous amuse pas. Tu cristallises un fétichisme abstrait, un idéalisme stérile, par tes propos. McDonald's c'est ceci, McDonald's c'est cela... Quelle pleureuse ! Applique une putain d'analyse dialectique. McDonald's, si t'aimes pas, si l'image de marque te séduit pas, si t'as envie de les enculer profond, moi je vois rien à redire. C'est ton problème. Mais quand tu t'ingères dans la vie de cette fille, que tu as l'outrecuidance d'émettre un jugement sur elle, en te basant sur ce que tu penses de McDonald's, tu te la mets bien profond à toi-même. Déconne pas. McDonald's, ils font des profits ? Putain, mec, en plein régime capitaliste, je te jure, j'ai jamais vu ça avant. Attends faut prévenir la population, c'est un scoop. LES GENS, MCDONALD'S C'EST DES GROS SALAUDS CAPITALISTES QUI FONT DES PROFITS ! VOUS VOUS RENDEZ COMPTE ? C'EST LES SEULS A FAIRE CA EN FRANCE !

- T'es dingue.

- Où tu fais tes courses ? Chez Carrefour, Casino, Coccimarket ? Ok. Eux aussi, ils font des profits. Mais ça te gêne beaucoup moins. Parce que tu patines dans la semoule de ton altermondalisme gnangnan, qui dit « McDonald's c'est méchant, les Etats-Unis c'est mal, mais surtout, ne déclenchons pas une révolution qui collectiviserait les moyens de production ». Tu joues le jeu du gauchisme.

- Moi, ça ne m'intéresse pas, les querelles contre le gauchisme. J'ai dépassé ce stade...

- Le gauchisme m'intéresse dans le sens où ta stratégie – inconsciente, puisque soumise au pouvoir – est également contre-révolutionnaire. Le problème, ce n'est pas le hamburger. C'est comment il est produit et comment il est consommé. Par qui il est produit, par qui il est consommé. Avec quel argent on le produit, et quel argent va rapporter sa consommation.

- Tu sais bien que les employés de McDo sont exploités et...

- Va travailler deux jours chez Carrefour et on reparlera exploitation. Va travailler dans une usine et on reparlera exploitation. Bosse dans une PME où la totalité des ouvriers ne sont pas syndiqués, et votent UMP, et on reparlera exploitation. Cherche un emploi, passe par une agence d'intérim, et on reparlera exploitation. Pourquoi McDonald's aurait une sorte d'excellence de l'exploitation ? Parce que ça te permet de nier les autres formes d'exploitation que tu ne veux pas voir, parce que l'exploitation est partout, et que cette découverte déstabiliserait ta pensée qui veut dépasser le capitalisme mais non pas déclencher une révolution.

- Tu prends tout au sérieux...

- Moi je prends les choses au sérieux ? Moi j'ai offensé une camarade que je ne connaissais pas, qui vient d'adhérer, qui a quinze ans de moins que moi, en l'attaquant avec tout le sérieux du monde sur son repas de midi ? Tout à l'heure, je me suis acheté un sandwich chez Lidl. Moins de deux euros. Je peux te garantir que ce sandwich ressort tout aussi bien du capitalisme que le repas chez McDonald's, que les gens qui l'ont produit, et vendu, ont été aussi exploités que ceux de McDo, mais pourtant, si tu m'avais vu le manger, tu n'aurais pas émis la moindre réflexion. Pourquoi ?

- Tu ne peux pas nier que McDonald's, c'est l'impérialisme américain dans sa forme la plus aboutie...

- Faux. La forme la plus aboutie de l'impérialisme américain, en France, c'est le Plan Marshall, et sa contrepartie : l'éviction des ministres communistes en 1947. Là j'accepte que l'on parle d'impérialisme, toi et moi. D'autant plus que tu dois mieux connaître la question, vu ton métier. Mais tu ne parleras pas d'impérialisme au sujet de McDonald's. Pas avec moi, du moins. Je ne suis pas condescendant à ce point.

- Bon, je vais y aller.

Il dispose.

 

Pendant ce temps, la camarade mange tranquillement ses frites.

- Merci. Je comprends pas pourquoi il m'a agressée comme ça. J'aime bien aller chez McDo, c'est pas cher, et surtout, avec mes potes, c'est le seul endroit où on peut squatter des heures sans qu'on se fasse virer.

 

Un certain goût pour l'épistémologie m'avait fait oublier cet argument imparable.

 

 

 

Elle revint une fois, militer, une autre fois, à une réunion, puis disparut définitivement.

Tant mieux pour elle.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

alain g (conseiller en orientation) 29/07/2010 14:00



Mon démesuré Billy, évidement qu'ils ne vont pas t'aider à trouver du boulot à l'Anpe et qu'il y aurait peut-être un bouquin à en tirer (quoi que ce soit déjà fait, je crois) mais ils (ou leur
annonces) te donneront peut-être des idées, et puis de toute façon ça te remettra sur les « rails du changement » (du reste ça ne coûte rien de t’inscrire, eux même prétendent
qu’il n’y a rien de mieux que les résô pour trouver du taf…)


Le taf de nuit (j’en ai fait) c’est pas normal que tu sois pas payé double si tu n’es pas dans l’hôtellerie ou la restauration ; t’as été à l’inspection du travail ?)




stoni 29/07/2010 13:30



@ Billy : ah oui c'est quelque chose de s'inscrire à l'ANPE. Faudrait que je fasse un article sur cette expérience maintes fois renouvellées il y a quelques années. Je sais pas si t'as déjà fait
la "demi-journée d'initiation", mais c'est folklo. j'ai failli me battre avec l'intervenant, un mec du privé qui dirigeait une entreprise en conseils RH. et je te raconte pas les conneries qu'il
sortait aux chômeurs. woula c'était un truc de ouf, comme tu dis.



Billy Lo 29/07/2010 13:15



mon petit alain, en fait j'en ai marre de bosser de nuit sans etre payer en tarif nocturne et idem les dimanche et jours ferié. mon boulot me plaisait bien mais trop d'abus des supérieurs et trop
de méfiance de la direction !!! l'ambiance est OUF.


l'ANPE je connais pas toi ? c des gros connards ils font rien pour taider et ils y connaisse rien. je me renseigne auprès de mes amis pour savoir si y a des opportunités dans dautres emplois.



Oscar 28/07/2010 18:49



Au fait, BILLY LO:


La Chine c'est grand mais à Hong-Kong je crois qu'il vaut mieux connaître un peu d'anglais même basique, pour se débrouiller dans la rue, non?


Mais surtout, question Corée: tu étais à Séoul ou à Pyong-Yang? Mdr ( d'un rire jaune, bien sûr, plus rouge, lol)


Sérieusement, tu n'as pas rapporté quelques renseignements édifiants sur les perspectives là-bas (à Pékin, Séoul, ET PYONG-YANG), d'une relance du bolchévisme pur et dur tel que je l'aime,
qui soient exploitables par le KGB clandestin, 


lequel se cache je ne peux te dire où pour le moment avant que tu ne sois initié, pardonne-moi, lol!



Oscar 28/07/2010 18:35



BILLY,


Merde, même en ne comprenant pas ce qu'il dit (la plupart des Musulmans non arabes ne comprennent pas non plus le Coran qu'ils ont appris par coeur en arabe, lol!),


tu DOIS pour ton salut adorer l'archange Gabriel -alias Christopher Walken sous incognito-!


Crains autrement les flammes de l'éternelle géhenne ou celles de MA Sainte Inquisition, mdr!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!



Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss