Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 13:37

 

 

http://www.topito.com/wp-content/uploads/2012/05/tumblr_m3zm2d0h8B1rugtvpo1_500.gif

 

 

Tout l’attrait de tenir un blog, donc de compter un certain lectorat, réside dans la constitution d’une super bande d’indics.

 

Une fois, deux fois, puis régulièrement, j’ai reçu des messages de lecteurs qui m’interrogeaient sur les pratiques de la maison d’édition baptisée « le Dilettante ».

 

Cet éditeur envoie à nombre d’auteurs en quête d’un premier contrat d’édition des lettres de refus mi-sarcastiques mi-méchantes, avec des remarques du genre :

 

 

« Pourquoi avoir bousillé tous ces arbres pour imprimer pareil manuscrit ? »

 

« La lourdeur de votre style n’atteint tout de même pas celle de la psychologie de vos personnages – c’est dire. »

 

« Pour le salut de la littérature française, nous vous prions instamment d’abandonner l’écriture. »

 

 

J’ai restitué ces extraits de mémoire. En vérité, ces lettres de refus sont truffées de fautes de français (accord, orthographe…) et sont assez mal rédigées, d’un point de vue stylistique justement (pléonasme, pompiérisme…).

 

Des lecteurs vraiment très blessés m’ont demandé ce que je pensais de ces lettres de refus.

 

D’une, je pense que l’éditeur agit ainsi pour se donner une petite image de marque impertinente, insolente, voire primesautière. Je ne pense pas qu’il soit vraiment « sérieux » dans le jugement qu’il porte sur vos manuscrits.

 

De deux, je trouve ça gonflé de la part d’un éditeur qui, entre autres chefs-d’œuvre de la littérature française, publie Anna Gavalda. Je n’ai rien contre les gens qui lisent Anna Gavalda, chacun ses goûts, chacun ses moments de détente. Mais donner de grandes leçons – même ironiques – de littérature quand on édite ces bouquins… Le reste du catalogue est à l’avenant, bien sûr.

Le genre du Dilettante me semble être « le roman de gare qui sera chroniqué dans Elle parce que ça mange pas trop de pain et bon ça reste léger quoi ».

Chacun son truc.

 

De trois, je ne suis pas très amusé par ce qui se veut probablement une « petite coutume » à prendre au second degré. Ces lettres démoralisent et blessent certains auteurs – je le sais, ils me l’ont écrit.

Pourquoi se moquer des auteurs en quête d’un premier contrat d’édition ? Quelle fierté à faire cela ? Si le Dilettante s’en prenait, je ne sais pas moi, aux critiques du Monde littéraire, à son distributeur (c’est-à-dire à Flammarion), ça serait couillu. Genre les mecs ils font vraiment un truc courageux. Mais là ? Insulter des anonymes ? Quel intérêt ?

 

 

Je serai assez bref sur le cas de cette maison d’édition.

N’envoyez pas vos manuscrits au Dilettante.

De toute façon, ils publient très peu de bouquins chaque année, et ça m’a l’air d’être un éditeur à copains (qui ne publie que des manuscrits arrivés par une autre voie que la poste).

 

Ne perdez pas votre temps et ne courrez pas la chance de recevoir une lettre à la con rédigée par un éditeur à petite bite (ou à petite chatte, je sais pas).

 

 

 

 

 

A lire : la réponse d'une auteure au Dilettante !

 

Retrouve le Stoni, le vrai,

sur Facebook

 

Partager cet article

commentaires

fali 22/03/2016 09:55

Et il est mysogine je le vois dans son regard au coin et l'expression moqueuse de ses lèvres, c'est pourquoi il ne voulait pas entendre parler de moi alors qu'il ne sait rien de moi ni de mon manuscrit: CHOC

fali 22/03/2016 09:53

Il est vraiment serieux dominique gaultier quand il écrit cela, je peux vous l'assurer, je l'ai rencontré hier à sa librairie et je lu ai déposé u manuscrit. Il m'a méprisé, s'est moqué de moi, ne voulait pas de mon manuscrit alors qu'il n'y avait pas jeté un coup d'oeil, il est méchant et moqueur et méprisant, c'est horrible, si j'avais su je n'y serai pas allé. C'est son collègue qui par pitié a pris mon manuscrit, et dominique s'est moqué de lui, parce que lui n'en voulait pas! Merde à lui je l'emmerde

Laure 10/02/2016 21:26

Merci mille fois, Stoni, pour vos conseils éclairés ! Dire que j'ai failli lui poster demain un manuscrit ! Je change d'enveloppe, pas envie de connaître une psychopathe. personnene mérite d'être traîné dans la boue. Je suis sidérée par la violence de cette... dame ?

Johanna 07/07/2015 12:13

Bonjour,

Votre article m'a été d'un grand secours. Après avoir reçu une lettre de refus pour le moins insultante des éditions Le Dilettante, j'ai remis mon roman en question. Étant pourtant un auteur déjà publié -certes chez de petits éditeurs- j'ai douté de ma capacité à écrire. J'ai failli perdre foi en moi.
Puis, j'ai effectué quelques recherches quant à cet éditeur et j'ai découvert votre blog. Grâce à vos témoignages, j'ai retrouvé confiance en mes capacités. Je vais donc, moi aussi, apporter ma pierre à l'édifice afin d'aider les jeunes auteurs victimes de ces petits pamphlets acerbes.
Voici la lettre que j'ai reçue :
« Si la prose est relativement correcte, l'intrigue laisse franchement à désirer et tombe vite dans le mélo dégoulinant dont le lecteur peine à s'extraire. "
S'en suivent des passages de mon texte cités entre guillemets et qualifiés d'exaspérants. J'ai répondu à cette missive lapidaire. Non sans ironie, j'ai prié le directeur de la maison d'édition de lire mon manuscrit et de me conseiller sans sarcasme. Représentante d'une association luttant contre une pathologie féminine incurable, mon roman aborde ce thème. Il m'est donc difficile d'écrire sans sentiment aucun. Je l'ai précisé à cette personne. Voici la réponse que j'ai reçue par mail :
« Bonjour,
Je partage l'avis de Caroline Henry, c'est pourquoi je n'ai pas jugé utile d'ajouter un commentaire à son commentaire...
Si cela avait été le cas j'aurais ajouté que je n'aime pas la littérature engagée. Le roman prétexte à faire passer une idée, un combat... non merci!!!
Vos arguments vantant une campagne nationale soutenue par quelques personnalités féminines et médiatiques m'irritent à un point que vous ne pouvez imaginer.
Bien à vous,
Dominique Gaultier »

Sous sa plume les mots « féminines » et « médiatiques » sonnent comme une double insulte. Le message est méprisant, misogyne, à la limite de la légalité. C'est un manque de respect pour les 180 millions de femmes souffrant de cette maladie à travers le monde. De plus il témoigne d'une certaine inculture : le roman engagé représente 60 pour cent de la littérature française. Que pense monsieur Gaultier de Voltaire et de son « Candide » ? C'est un mystère....
Ne souhaitant pas me lancer dans un échange stérile, je n'ai pas jugé bon de répondre à ce mail.
Il n'y a qu'un constat à faire : n'envoyez pas vos manuscrits au Dilettante. Épargnez leur une réflexion trop intense. Qu'ils se contentent de leurs romans de gare et laissent la littérature aux autres !

julie 28/10/2015 10:34

Ce n'est pas parce qu'un roman est "engagé" qu'il est nécessairement bon. La littérature n'est pas un outil de communication, c'est une idée en elle-même. Un roman n'est pas un moyen pour régler ses comptes.

Scalo 23/05/2015 20:20

Je suis de votre avis. Surtout, qu'en effet, ils ne peuvent guère se retrancher derrière Anne Gavalda pour faire valoir une littérature de premier rang. Mais je pense qu'au Dilettante ils assument pleinement leur mépris de classe et l'orientation que prend le roman: à savoir des lectures "faciles" et jetables pour le client. Dans ces conditions ils ne peuvent que mépriser et pas forcément au second degré les textes parcourus par une véritable sincérité, par l'authenticité

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss