Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 17:56




 

 Tout ce qui ne concoure pas au progrès humain, à la construction du bien-être collectif, est réactionnaire.

 

 La réaction, ça n’est pas compliqué : retour en arrière, négation de l’Histoire (et pourrissement de l’Histoire), arrêt sur image, boum ! On ne progresse pas.

Les freudiens appellent ça la régression.

Les marxistes diront que c’est contre-révolutionnaire : la réaction n’aide pas la Révolution, on est d’accord.

 

 La marche de l’Histoire, ce n’est pas compliqué non plus. C’est l’avancée vers un mode de production plus efficace (en termes démographiques, un système économique qui nourrira au mieux le maximum de monde). Notre avenir est promis dans un mode qui conciliera production et consommation, sans intermédiaire. Comprenez : ce que vous produirez vous appartiendra de plein droit.

Les marxistes appellent ça le communisme.

 

 Une fois posées ces définitions essentielles, vous pouvez affirmer : la beauté est réactionnaire.

 

D’une, la beauté n’existe pas.

Il n’y a pas de beauté, nulle part. C’est un concept intersubjectif : la beauté n’a de valeur que celle que l’esprit humain (le sujet, le subjectif) voudra bien lui accorder. La beauté est un consensus de plusieurs subjectivités, en l’occurrence d’une société (intersujbectif).

Et c’est d’ailleurs aussi l’exacte définition du fric, d’où l’expression monnaie fiduciaire, monnaie de confiance.

 

 Personnellement, le concept de beauté me dérange beaucoup plus lorsqu’il est appliqué à l’être humain.

Après tout, je m’en balance pas mal qu’on trouve un tabouret magnifique. Tant pis pour le tabouret ! Mais un être humain, merde, ça me fait chier quand même.

 

 Ici arrivent : les Tronches de Steak.

 

 

La Tronche de Steak

 

 

La Tronche de Steak est, à l’heure actuelle, le physique hollywoodien, et le consensus du beau contemporain.

 

Ce qui est beau est : la Tronche de Steak.

 

Il nous fallait une définition, pour rendre le concept plus palpable. Et force est d’admettre que l’expression « Tronche de Steak » est un peu plus marrante que « Physique Hollywoodien ».

 

Donc, la Tronche de Steak sera le critère de beauté façonné par le code de notre époque.

 

Pour la femme, la Tronche de Steak « éternelle » reste Marilyn Monroe (dont le destin romantico-tragique ajoute un zeste de mythologie – et la mythologie est réactionnaire).

 

Pour l’homme, la Tronche de Steak est assez bien symbolisée par Brad Pitt.

 

Bref, des nénettes et des gus devant lesquels vous êtes censés vous extasier, et auxquels vous devriez rêver de ressembler, bien entendu !

 

 

Pourquoi « Tronche de Steak » ?

 

 

Allumez votre télé, et vous ne zapperez pas longtemps avant de tomber sur une Tronche de Steak. La beauté physique est, de toute manière, fatalement vouée à occuper la fonction visuelle du bout de viande, et peu importent ses critères.

 

La Tronche de Steak n’est pas, en tant que personne, coupable de son état. Ne soyez pas méchant envers les Tronches de Steak. Ils n’y sont pour rien, les pauvres. Le hasard, ou la chirurgie plastique, ou les deux conjugués, ont fait d’un individu quelconque une Tronche de Steak en puissance. De ce fait, cette personne exerce un métier de Tronche de Steak (acteur, chanteur, journaliste présentateur du 20 heures, animateur télé, mannequin, etc.).

 

Pire encore, si votre visage s’avère correspondre aux critères de beauté, vous êtes vous-même une Tronche de Steak involontaire ! Sans pour autant que ce soit votre métier, je vous l’accorde. Mais les gens vous traiteront en Tronche de Steak du bas peuple prolétaire, et, cela est surtout flagrant chez les femmes, votre vie en sera un peu plus facilitée.

 

Vous aurez compris que le problème, ce n’est pas la Tronche de Steak en soi, mais le code épistémologique, bref, la culture, qui va produire le concept de Tronche de Steak.

 

 

En quoi le concept de Tronche de Steak est réactionnaire ?

 

 

Comme je l’ai dit plus haut, ce qui est réactionnaire ne concoure pas à l’établissement du bien-être collectif.

 

La beauté est, à ce titre, un exemple édifiant : ceux qui ne sont pas « beaux » s’en prennent plein dans leur gueule (de moches). J’ai toujours eu une pensée émue pour ces filles qui ne correspondent pas au « beau » (petits yeux, gros sourcils, gros menton et gros pif), et ce qu’elles doivent endurer chaque jour.

 

Eh oui, la beauté est aussi réactionnaire en cela qu’elle concourre à l’oppression de la femme.

 

 


Ne croyez pourtant pas que la beauté opprime la femme parce que ces salauds de mecs l’ont décidé, un beau jour, et s’y sont donné à cœur joie.

 

La beauté opprime la femme en raison de la place qu’elle a toujours occupée dans les rapports de production, depuis l’établissement de la propriété privée : elle est l’enjeu de la transmission du patrimoine.

 

Ainsi, la conduite politique de féminité naquit, car l’homme contrôla, boucla et surveilla la femme qui devait enfanter son fils, et pas celui d’un autre : ça aurait fait chier le propriétaire qu’un bâtard hérite de son patrimoine, n’est-ce pas. Depuis ce jour-là, la femme fut l’inférieure de l’homme (pour en savoir plus, lisez Engels L’origine de la famille…).

 

Chez les pauvres, la femme devait néanmoins bosser (économie domestique) et n’était pas tout à fait coupée des rapports de production.

D’où la moindre importance de la beauté chez des paysans de l’an 647, dont la femme avait les orteils enduits de mycoses, les mains ridées et tavelées par le travail, l’haleine pas extrêmement fraîche et quatre marmots dans les bras (plus les projections de vomi sur son tablier).

 

Chez les riches, la femme devint rapidement un surplus démographique qui ne servait à rien, puisqu’elle n’avait rien à faire chez elle (des servantes s’en occupaient à sa place, et des nourrices allaitaient les chiards).

 

La gente dame fut coupée des rapports de production à fond du ballon.

 

De plus, la fille de lignée noble devint rapidement un enjeu dynastique (le regroupement des familles, donc des terres), et se métamorphosa en valeur d’échange (en pognon, quoi).

Croyez-moi, question sexisme, la richarde en a bien plus bavé que la pauvresse, pendant le haut Moyen Age.

 

Cela dit, la femme, en tant que surplus démographique, était potentiellement dangereuse. Un surplus démographique, s’il n’est pas occupé et ne trouve pas son compte dans une société, est susceptible de se rebeller et de déclencher une révolution, pour justement trouver sa place.

 

Alors, on occupa la femme en inventant la féminité : la broderie, la coquetterie, l’amour galant (où un autre surplus démographique trouva aussi son emploi : le chevalier) et la beauté.

 

De ce modeste cours d’histoire pour les nuls (et professé par un nul), retenez une bonne chose : la beauté a été inventée pour retarder, voire annuler, une potentielle Révolution progressiste.

 

 

QUE FAIRE CONTRE LE CONCEPT DE TRONCHE DE STEAK ??

 

 

 Malheureusement, avec un tel matraquage idéologique, vous n’y couperez pas : vous êtes rongé par le concept de beauté physique, et cela durera certainement jusqu’à trépas.

 

 Moi-même, je tente de me révolutionner et de ne plus croire au beau physique.

Résultat : j’ai créé une catégorie de mon blog toute dévouée aux beaux gosses.

J’ai voulu faire table rase de la beauté, et voyez un peu ce que ça a donné. Un fiasco total.

 

Alors, ne vous flagellez pas, ce n’est pas si grave que ça.

L’important, c’est que désormais vous savez que la beauté c’est de la connerie.

En marxisme, la connerie, on l’appelle l’aliénation.

 

Bien sûr, comme ça, ça a pas l’air transcendant, comme prise de conscience.

Mais vous vous sentirez mieux. Et principalement, vous vous inscrirez dans une démarche potentiellement révolutionnaire (potentiellement, je le répète).

 

Vous marcherez sur la voie de la désaliénation.

Peut-être que vous n’arriverez jamais à vous désaliéner pour de bon.

Mais vous aurez au moins posé les bases théoriques de cette désaliénation, et d’autres, après vous, peut-être vos petits chiards, sauront concrétiser ce travail.

 

Ce qui s’incarnera en cela : quand vos chiards verront les vieilles photos des stars, de mannequins, et toutes ces conneries, ils soupireront : putain, j’ai rien à en foutre !

 

Ce seront des révolutionnaires.

 

L’IMPASSE REACTIONNAIRE DE L’ANTI-THESE A LA TRONCHE DE STEAK

 

 

Ce qu’il ne faut surtout pas faire, en revanche, mes chers lecteurs, c’est adopter la stratégie anti-thèse de la Tronche de Steak.

 

Soit, d’envoyer chier la beauté Tronche de Steak, mais d’en inventer une autre !

 

Cela n’aurait aucun intérêt, puisque vous ne feriez que répéter la même aliénation, mais sous une autre présentation formelle.

 

Par exemple, face à Marilyn Monroe, vous décidez de considérer comme beau l’exact contraire.

Ou alors, vous érigez le monstre comme acmé de la beauté.

 

Ainsi apparut le canon « brindille Kate Moss » (déjà annoncé par Twiggy). Loin d’être une révolution esthétique, le mannequin filiforme n’est qu’une négation de la mamelue Marilyn Monroe.

 

Là, vous répétez le même, vous ne faites pas avancer l’Histoire !

 

Ceci est d’ailleurs une parfaite illustration de la dialectique hégélienne :

 

Thèse : Marilyn Monroe

Anti-thèse : Kate Moss

 

Thèse + anti-thèse = impasse, pourrissement de l’Histoire.

 

Sortie de l’impasse = synthèse

 

Synthèse = ni Marilyn Monroe, ni Kate Moss, mais l’abolition de notre croyance au concept de la beauté, qui lui, est le vrai problème.

 

Tabula rasa.

 

L’Histoire avance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by stoni - dans Définitions
commenter cet article

commentaires

Oscar 23/02/2010 12:40


LOL!! Et merci pour ta clémence, César, et là je m'adresse à César Auguste, pas à Jules, voir "Cinna", ce n'est pas trop déprimant, ah! ah! ah! ou ha! ha! ha! au choix!


Stoni 23/02/2010 11:29


Non moi je suis gentil et pacificiste !

Je me contenterai d'établir un portrait de géant de moi avec mon sac en papier sur la tête que nous accrocherons aux immeubles, et que ce soit visible depuis l'autoroute, c'est trop la classe je
trouve.

Ha ha ha !


Oscar 23/02/2010 10:15


C'est vrai, je l'avoue: une synthèse hégélienne et plus généralement dialectique (c'est tout ce qu'il a inventé d'intelligible, Hegel) ne saurait se réduire à un simple "juste milieu": tu as gagné,
Stoni, je me rends et je jette les armes aux pieds de mon vainqueur, en espérant qu'il sera plus clément et généreux que César ne l'a été envers Vercingétorix, ah! ah! ah!


stoni 20/02/2010 16:42


Ta synthèse n'en est pas une. Elle est réformiste, et non pas révolutionnaire.

signé : un communiste psychorigide.


Oscar 19/02/2010 17:43


Ah bon, Stoni, tout cela ne vaut rien parce que ça ne tient pas compte en fait de ton abolition du concept de beauté?

Merde alors, tout est à refaire; ou plutôt non: mettons qu'on abolisse bien le concept pour te complaire et qu'on ne retienne que la chose: tu sais, ce qui fait bander à la vue de... Pardonnez ma
grossièreté de manant, princesses!


Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss