Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 16:55

 

Exclusivité : dans cet article, vous pénétrerez le secret des coutumes des communistes, et serez introduits à la béatification de Sœur Marie-George Buffet !

 

 

Comme d’habitude, jeudi dernier, je lis Le Monde, histoire de me marrer cinq minutes, et de me tenir au courant de ce qui se dit (et ce qui se pense) parmi la bourgeoisie internationale.

 

Pas manqué : je tombe sur une déclaration de Marie-George Buffet au sujet du dopage – et du Tour de France, l’un n’allant pas sans l’autre dans la presse bourgeoise.

 

Pour les chanceux qui ne seraient pas au fait du quotidien du PCF, je rappelle que Marie-George Buffet en est la secrétaire nationale. La chef, quoi.

 

Entre communistes, nous avons pour coutume de l’appeler par son petit nom, Marie-George, lorsque nous évoquons sa camaradesque personne.

 

Alors, avec d’autres camarades, on a accolé le titre « Sœur » à Marie-George, trouvant que tout cela lui allait comme un gant.

 

Ah, Marie-George, et son petit rire mesquin un jour où, interviewée par la radio, on lui demanda ce qu’elle pensait de Karl Marx…

 

Persistant dans sa grande carrière de comique post-stalinienne, Sœur Marie-George vient d’en rajouter une couche sur le Tour du France.

 

 


 

Tous des dopés !

 

 

Forte de sa verve mondialement réputée, Sœur Marie-George s’inquiète pour la santé des cyclistes, exigeant « des explications et des évaluations rationnelles sur l'évolution des performances sportives », et, en bonne chrétienne, se garde bien entendu de « polémiquer ou montrer du doigt un coureur » (Le Monde du 30 juillet 2009).

 

Que celui qui ne s’est jamais dopé lui lance la première pierre !!

 

La mansuétude de Sœur Marie-George à l’égard des sportifs s’explique, elle, rationnellement, par son expérience de «  communisme gouvernemental », entre 1997 et 2002, lorsqu’elle décrocha un CDD de Ministre des Sports aux côtés de Jospin – le contrat fut hélas rompu par une catastrophe électorale aux présidentielles suivantes.

 

Nostalgique, Sœur Marie-George entretient son goût du sport, et croit titiller le cyclisme là où ça ferait mal au capitalisme (alors qu’elle fait tout le contraire, nous y reviendrons plus tard).

 

 

"Aucun cas de dopage n'est avéré", se rassure-t-elle. Alléluia, gloire à notre Seigneur !

 

 

Mais non, amis chrétiens, ne nous réjouissons point trop vite : Sœur Marie-George pratique la casuistique ! En gros, elle se prend la tête, se questionne, doute et se pose des cas de conscience !

 

 "Nous pourrions nous en féliciter si cela signifie que le dopage a définitivement disparu. Mais comme beaucoup de suiveurs et de passionnés, nous restons interrogatifs, et attendons avec impatience que l'ensemble des résultats soit communiqué par l'UCI."

 

Notez le avec impatience : genre, la sadique qui trépigne de pouvoir lyncher le pauvre Astarloza !

 

Mais, le mardi 30 juillet, personne n’avait encore été contrôlé positif, ce qui contrariait beaucoup Sœur Marie-George. Aussi prévoyait-elle d’organiser une Inquisition anti-EPO : "les techniques de dopage ont toujours eu un temps d'avance sur les contrôles. Il faut exiger toujours plus de moyens des pouvoirs publics et des fédérations pour faire face à ce retard"

 

 

Cherchant une personnification du mal, Sœur Marie-George, ou plutôt, Torquemada, en profite pour s’attaquer à Armstrong : "personne n'est dupe sur le personnage".

 

Le gros problème (outre la vacuité et la nullité dialectique de ses propos), c’est que Sœur Marie-George parle au nom du PCF, et ça fout trop la honte !

A partir de là, l’article reprend ses propos en les attribuant globalement au Parti : « Le PCF déclare que… Pour le PCF il faut… »

 

Mais faites-la taire !!!

 

Faisant fi de tout sentiment de honte (sa sainteté la hisse au-dessus du commun des mortels),  Marie-George s’enfonce dans un délire crypto mystique : « les organisateurs ont une année devant eux pour faire un choix : soit celui de l'oubli, du silence profitable au spectacle et à la loi de l'argent, ou celui de regarder l'Histoire en face et réagir pour faire le choix du sport, de l'éthique, de la passion et de l'humanité ».

 

 

 

La réponse de Stoni à Sœur Marie-George

 

 



« Camarade Marie-George,

 

Pourrais-tu fournir des « explications rationnelles » sur les « performances » électorales du PCF depuis ton entrée en fonction ?

 

Moi aussi, je suis tout égaré !

 

Je ne comprends vraiment pas, vois-tu, pourquoi aux élections présidentielles, quand tu es candidate, on tape dans les 2 % grand maximum, et aux élections municipales, quand il ne s’agit pas de toi, on tape dans les 10 % ?

 

Que se passe-t-il ?

 

Ces résultats m’inquiètent, vraiment !

 

Aurais-tu recours au dopage de contre-performance ?

 

En plus, ma pauvre vieille, tu fais une belle connerie de t’en prendre au dopage, aux dopés et au cyclisme : tu agis dans l’intérêt du capitalisme !

 

Bien fraternellement,

 

 

Stoni. »

 

 

Sœur Marie-George s’est trompée d’adversaire !

 

 

 

Sans vouloir m’envoyer des fleurs (surtout pas !), dimanche dernier, j’avais pressenti le grand déballage d’été « tous des dopés », en postant un article sur, entre autres, le dopage.

 

 


Je reprends le passage où je « défendais » le dopage :

 

«  J’aimerais en effet comprendre pourquoi le dopage des sportifs pose un si grand problème éthique, alors que celui de l’intelligentsia (penseurs, écrivains, artistes, chanteurs, musiciens, etc.) ne dérange personne ?

 

D’un côté, l’on pointe du doigt des tricheurs invétérés (Armstrong et Contador), et de l’autre, on célèbre l’exploration des portes de la perception (Baudelaire, Huxley et Jim Morrison).

 

D’où vient une telle différence de traitement ?

 

[…]

 

Dopage et drogue

 

Le sport est l’enfant du travail, du principe de réalité et de l’ordre de la production. Il faut travailler (son corps) pour vaincre, et d’ailleurs, le sport marque le point de départ d’une humanité libérée des contraintes naturelles par le travail (productif) : on organise les jeux olympiques quand la société a atteint le niveau de développement qui permet de le faire…

Dans cette lignée, le dopage reste dans l’ordre de la production : dérive stakhanoviste du mieux faire - mieux produire, il vise à la performance.

 

Le dopage de l’intelligentsia, c’est la drogue.

Il n’est pas innocent que soient utilisés deux mots distincts – qui recouvrent parfois les mêmes substances (cocaïne, amphétamines).

 

La drogue est l’enfant de la transgression, du principe de plaisir et de l’ordre de la consommation. Se drogue celui qui peut se le permettre : celui qui ne travaille pas (Baudelaire). La drogue marque le point de départ d’une strate parasitaire libérée des contraintes productives par la division de classes (il y en a qui bossent, d’autres pas). Contemplation passive et lyrisme de bourgeois, la drogue vise au mieux être – mieux rêver (le mieux écrire, le mieux peindre…), et certainement pas à la performance.

 

En régime capitaliste, pas étonnant que le dopage du bourgeois passe comme une lettre à la poste ! »  

 

Bref, je demande aussi des explications rationnelles sur l’incapacité chronique de mon parti politique à prendre la défense des producteurs.

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Astrée 11/08/2009 21:53

J'ai lu une seule fois du Rousseau (les Confessions) c'était au lycée je crois, ça m'a bien fait marré (ouais,je sais, tout me fait marrer), je l'ai trouvé à la fois antipathique (toujours à se plaindre) mais doté d'un sens de l'observation aigu (oh! un noir qui se branle, ça donne du sperme blanc projeté sur la cheminée! -shocking!) :)

stoni 11/08/2009 21:46

Ah, je trouvais l'histoire de Rousseau plus marrante !
Non mais c'est très bien, aussi, la mythologie et tout.

Astrée 11/08/2009 19:23

coucou!
nan, en fait c'est surtout en référence à une déesse de la mythologie grecque. Excuse moi du peu (lol).
pour la p'tite histoire :
Astrée, en grec "fille de étoiles", était la fille de Zeus et de Thémis. Très curieuse, elle voulut voir comment c'était la vie, en bas. Mais elle fut vite fait écoeurée par la bêtise et la méchanceté humaine, et remonta au ciel. Elle devint alors la constellation de la Vierge.
Entre la bergère nympho et la déesse mysanthrope, je suis gâtée :p

stoni 11/08/2009 10:58

Pour Astrée :

Ouais mais je trouve que ton témoignage laissé sur cet humble blog est plus authentique !

( Dis donc, tes parents devaient être mordus de littérature de la Renaissance pour t'avoir donné un blase pareil ? "l'Astrée" !!! Rousseau avait trop kiffé le bouquin.

Anecdote rousseauiste :

Donc Rousseau avait trop kiffé de lire l'Astrée, et quand il a commencé à bourlingué par monts et par vaux - quand il était très jeune et pas encore philosophe - il passe du côté de Boën dans la Loire, bref, le pays du Lignon où se déroule l'Astrée (le roman, pas toi).

Alors il veut absolument visiter les lieux, il est super content et tout excité et tout !

Sauf qu'en arrivant dans le coin, il ne voit que des fondreries, des maréchals ferrands, bref, pas grand chose en rapport avec les péripéties bucoliques de Céladon.

Le mec est trop blasé et s'en va en courrant !!!

Voilà, c'était l'anecdote.)

stoni 11/08/2009 10:52

Salut Julien,

ouaaah c'est trop gentil de vouloir m'envoyer un livre gratuitement, je ne sais pas quoi dire !!!

Même ce radin de Max Dorra ne l'a pas fait, alors qu'il a certainement les moyens.
(voir : http://stoni1983.over-blog.com/article-33277724.html

D'ailleurs, message pour Maxou : j'attends encore le bouquin, mon pélo !!

Mais vois-tu j'ai déjà ce livre de Hobsbawm ! Je me suis précipité dessus quand il est sorti.

Sinon t'as vu, la nouvelle plateforme est carrément mieux que celle de Yahoo. De toute façon ils ont fermé l'ancien blog !

Je laisse ton publié message parce qu'il m'envoie des fleurs.

Fraternellement.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss