Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 14:53

 

 

D’où tiennent-ils ce titre, « intellectuels » ?

D’une publication. Ou de leurs fréquentations. De leur cursus universitaire. Voire, d’eux-mêmes.

Des fois, c’est les quatre à la fois.

Ils l’ont décrété, un jour. Je suis un intellectuel.

 

Je fréquente des intellectuels.

Marxistes.

 

Je me suis retrouvé parmi eux, autour d’une table, parce que nous apprécions tous la lecture d’un certain philosophe contemporain. Nous travaillâmes ensemble, pour faire connaître son œuvre, et pour le plaisir d’en parler.

Moi, j’étais le chien dans ce jeu de quilles lettrées. Ils disaient de moi beaucoup de choses, vraies, et fausses, je crois qu’ils étaient contents que je sois là.

J’étais l’argument prolétarien. La caution de garantie.

 

Je ne me suis donc jamais senti des leurs.

Ni n’en ai ressenti l’envie.

 

Les intellectuels ne sont pas alléchants.

 

Certains ont de l’imagination, et inventent des scissions contre-révolutionnaires en leur sein.

Ils sont volubiles, surtout au sujet de la classe ouvrière élargie (le salariat), dont ils ne font pas partie.

Ils se traitent facilement de fascistes, ou de néo-stals.

Logiquement (dans son sens hégélien, logique, bien entendu), leur propre vision des faits est la bonne. Si vous n’êtes pas d’accord, ma foi… Vous servez l’idéologie dominante, faites des concessions politico-mondaines, ou pire encore, pratiquez de la trahison de classe.

 

Les intellectuels sont pénibles.

 

Ils ont tout compris, tout fait, tout vu, mais n’ont pas travaillé une seule fois dans leur vie.

Ils réfléchissaient tant sur la classe ouvrière élargie, que je leur conseillais :

 - Tu devrais travailler dans une entreprise, peut-être que ça t’aiderait à comprendre ton sujet d’études.

Ils répondaient, pas même embarrassés :

 - Mais voyons, je n’ai pas le temps ! Je suis un intellectuel. Mon travail, c’est de réfléchir et d’écrire.

Je me demandai par quel exploit je parvenais, pour ma part, à accumuler les fonctions de : salarié, militant politique, lecteur autodidacte et écrivain  - cela dans une seule et même journée (et je ne compte pas les tâches ménagères).

 

Me considérant comme un presque-inculte, ils se piquèrent d’assurer « ma formation ».

 - Tu dois absolument commencer par tel livre de Kant, ou ce bouquin de Deleuze de l’époque où il était encore intéressant.

Je ne répondais pas.

Et ne suivis quasiment aucune de leurs bibliographies.

Pourtant, ils me complimentaient, lorsque nous nous voyions :

 - C’est bien Stoni, tu fais des progrès.

J’étais très heureux de l’apprendre.

Leur place n’était pas la mienne, et ils n’omirent jamais de me le rappeler.

J’en surpris un, dernièrement, en train de confier à un jeune étudiant :

 - Oui, tu pourrais nous rejoindre. Mais il faudra alors que tu participes au travail que nous faisons. Regarde Stoni, par exemple. Il n’a que le bac, mais si je le garde dans mon équipe, c’est parce qu’il s’implique et assure une petite charge de travail.

Je ne le pris pas mal.

Mais je n’acceptai plus de « petites charges » de travail, ni des grosses, d’ailleurs.

 

Les intellectuels sont prétentieux, et condescendants.

 

Ils établissent des hiérarchies, entre eux, entre les gens.

Eux qui pensent être à l’avant-garde la pensée socialiste, ils débitent des banalités d’un conformisme épatant.

Quand je leur fais entendre ce que j’en pense, ils recourent à des accusations dignes d’une cour de récréation.

 - Tu ne peux pas être communiste et dire ce genre de choses !

 - Eh bien, si, puisque c’est ce que je suis en train de faire.

 - De toute façon, tu ne peux pas comprendre l’œuvre de Machin, et te prononcer à ce sujet, étant donné que tu n’as pas lu Bidule – et que Bidule surdétermine Machin.

 

Ils sont toujours très bien renseignés sur ce que j’ai lu ou pas, moi qui ne leur en parle jamais.

 

Quand ils sont très en colère, ils envoient des lettres où ils font connaître le contenu de leur bibliothèque.

 

Les intellectuels sont amusants.

 

Cher Stoni,

 

Je reste sur ma position, après  notre débat au sujet de l’Education Nationale. Cependant, tu te trompes – j’en suis bel et bien sûr aujourd’hui.

Afin d’éclairer tes lumières prolétariennes (et nous savons malheureusement à quel point le prolétariat a été endoctriné par l’idéologie dominante), je pioche un livre de Lukacs dans ma bibliothèque (bien garnie comme chacun le sait), et au chapitre 14, je trouve ce passage qui, je l’espère, t’extirpera de ton erreur :

« Fondamentalement, épistémologiquement, la généricité décrite par Marx se caractérise par bla bla bla… »

Je suis certain que tu feras encore des progrès à l’avenir.

Bien à toi,

 

L’Intellectuel.

 

Dans leur vie privée, ce sont des gens seuls, éclopés, qui ont beaucoup raté et bien peu réussi.

 

Les intellectuels  ne sont pas détestables.

 

Entre eux, ils sont d’une dureté impressionnante. Ils se bizutent, régulièrement. Ils s’insultent, l’un ayant provoqué « une rupture épistémologique » que l’autre n’a pas eu l’élégance de détecter.

Les intellectuels se querellent donc pour des raisons épistémologiques.

C’est qu’on ne les comprend pas, vous savez. Ce n’est pas de leur faute.

 

Tous, ils gardent des réflexes de petits-bourgeois.

 

Les intellectuels auraient bien du mal à travailler avec leurs mains, déjà qu’ils ne sont pas tout à fait au point avec leur tête.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by stoni - dans Définitions
commenter cet article

commentaires

stoni 19/07/2011 13:54



Ben non, désolé !



Jojo D. 19/07/2011 13:23



J'aimerai bien relire ta BD dont cette image est issue... tu me donnes le lien s'il existe encore ?



Judah Kanos 25/06/2009 13:47

salut stoni je viens de publier les premiers photo de DeXter,
atmosphère sombre,prélude de Trash et Gore,j'ai pas encore vu de poupée, pas grave,le reste a mardi,tu le trouve dans l'album DeXter
a plus
Judah Kanos

DiadoreCronos 24/06/2009 21:02

Bah, les maos, tu n'as guère de chance de les trouver que ailleurs que sur le Net...

Sinon, j'écris "Diadore" suite à une faute de frappe qui faisait que je croyais que le philosophe s'appelait ainsi (enfin l'un des Diodore). Même après m'être rendu compte de l'erreur, j'ai conservé cette orthographe car:
- au moins je n'aurais pas d'homonyme,
- et, étant relativement bègue, je déteste les répétitions de syllabes.

stoni 24/06/2009 13:56

A Jojo : dommage, tu n'as donc jamais assisté à une "coupure épistémologique" en direct live !!!!
Bah, c'est pas une grande perte...

A Diadore Cronos (pourquoi DiAdore et non pas DiOdore, cela me trouble ?) :

Que l'on me voue aux géhennes marxistes, mais je déclarai un beau jour "ne pas vouloir aller défiler avec les professeurs de l'éducation nationale lorsqu'ils manifestent".
Je développai mes raisons, évidemment, chose que je t'épargnerai.
Je prononçai également les propos hérétiques suivants :
"Il faut dire les choses comme elles sont, lire Lukacs, c'est chiant"
"Rien à en foutre de Deleuze"
"Les dragueurs me font fondamentalement chier"
"Rien à en foutre de la Sorbonne"
"Je suis du côté des pauvres et des incultes"

Ma foi, je n'ai jamais taté du quinqua mao.
Expérience marrante, probablement.

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss