Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 13:12

 

.

.

Un lecteur du blog m'a demandé si "c'était normal" d'être déprimé lorsqu'on vient de terminer un roman.

 

Ha ha ha.

Ha ha.

Ha.

Haaa.

Argh.

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

Première chose. A mon sens, il n'y a pas de "normalité" en écriture. Donc, si vous n'êtes pas déprimé après avoir fini un texte, c'est normal. Et si vous êtes déprimé, ça ne l'est pas moins.

 

Je crois que ce genre de sentiment est très répandu.

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

Loin de moi l'idée de jouer au psychanalyste : je ne me risquerais pas à vous expliquer pourquoi certains auteurs se sentent aussi déprimés quand ils ont fini un livre.

 

Je me souviens avoir entendu Philip Roth déclarer que, entre deux romans, il se sentait à peu près comme une merde et avait une certaine envie de se tirer une balle dans la tête.

Je trouve que ça résume bien la chose.

 

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

.

.

Je me suis relativement "habitué" à ce sentiment. Si tant est que l'on puisse se prétendre "habitué" à quoi que ce soit en même pas dix ans de carrière...

 

Je ne peux pas vous donner de conseils sur la façon dont on doit, ou dont on peut, gérer ce type de déprime. Ou de dépression.

 

J'ai ressenti cela dès que je me suis mis à écrire, avant même d'être édité. Je terminais un roman, j'étais triste. Vide. Désincarné.

Mais, vous savez quoi ? J'ai beaucoup oublié de cette époque...

 

Je peux mieux vous parler de ce que, aujourd'hui, je ressens lorsque j'ai terminé un roman.

Chez l'auteur édité que je suis, le processus d'écriture est plus long. Le roman n'est pas "terminé" au moment je suis parvenu à mon manuscrit final. Pourquoi ? Parce qu'il y a des tas d'autres choses qui vont suivre. Lui trouver son éditeur. Le retravailler. Le réécrire, probablement. Le préparer. Sa parution. Sa vie de livre édité.

 

Et puis, tant que bien mal, il disparait de la mienne, de vie. Le cycle est terminé.

 

Et la grande question se pose alors, cruelle, immense, obscène : mais à quoi je sers, maintenant ?

J'ai pondu mon livre. Comment justifier mon existence, désormais ? A quoi bon ? Pourquoi ? Et ai-je véritablement terminé mon histoire avec ce livre ?

 

Il y a parfois une obstination malsaine dans mon rapport avec mes romans parus. Je tends à m'acharner sur eux, à vouloir les rendre à la vie – du moins à la vie sous mon pouvoir. J'écris des débuts de suite, j'envisage des variantes.

Cela ne dure jamais bien longtemps.

 

Alors, de nouveau, la confrontation au vide.

Que faire, désormais. Que dire. Et pourquoi. En quel honneur.

 

Et si j'avais perdu mon "talent."

Oui, je sais, j'ai souvent écrit sur ce site que le talent n'existait pas, et je continue à le penser.

Mais par "talent", j'entends "le truc". Le truc qui fait que je sais raconter des histoires. Les inventer. Les restituer.

 

C'est mon cauchemar récurrent. Certains jours, j'ai l'impression d'écrire uniquement pour me prouver que je suis toujours capable de le faire.

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

Dans ces périodes bâtardes, ces "entre-deux-romans", je ne me situe pas au mieux dans ma propre estime personnelle. Le dégoût de soi, le dégoût de tout, l'horreur de ma vanité, de mes vanités, la tentation du renoncement ultime (c'est-à-dire arrêter d'écrire, tout simplement), se disputent dans un ballet ridicule les restes épars de mon cadavre.

 

Comme je n'ai plus la fiction pour m'occuper, comme je suis livré à moi – ces kilos d'os, de chair, de sang, de cheveux, de poils, qui malgré tout vivent – je dissèque mes motivations, examine mes réalisations, questionne mes projets. Me remets en cause. Toujours en cause.

 

L'écriture n'est pas un travail valorisant.

Je le dis souvent, à mes amis, à mon entourage, parfois même aux lecteurs dans les salons quand ils me demandent la façon dont je vis cela. Je n'ai jamais été un grand laudateur du métier d'écrivain. Pour moi, écrire tient autant du miracle que de la galère. Je ne vois pas ce qu'il y a de valorisant à se sentir comme une merde, tout ça parce qu'on ne s'occupe plus à écrire un livre. Je ne trouve pas ça noble. Je trouve ça franchement pénible.

 

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

 

 

Enfin... Si vous traversez une semblable période, eh bien, laissez-la passer... Tel est l'unique pseudo conseil que je m'aventurerais à vous donner.

 

Et lire cet entretien avec Philip Roth vous aidera aussi, j'en suis sûr.

 

.

La dépression après avoir fini un roman (ou : ma vie de caca écrivain triste)

.

.

 

Toi aussi, raconte ta life à Stoni

sur facebook

 

Partager cet article

commentaires

Versus 09/12/2013 19:00

La dépression post-partum, c'est une spécialité de mon mari, qui en est à son quatrième. Il erre comme un quadragénaire de film français. C'est aussi la période où je le corrige, alors pour lui faire une remarque à ce moment-là, cela nécessite de tels talents de diplomate que cela m'étonne qu'aucun/e conjoint/e d'écrivain ne soit sollicité lors de négociations avec des preneurs d'otages.

Me lançant depuis toujours dans des romans à la russe avec des centaines de personnages et une dizaines d'intrigues imbriquées, je n'ai jamais eu l'impression d'avoir un livre fini, vu tous les trous, carences, coupes-pas-si-judicieuses-que-ça-finalement qu'ils contiennent. Puis j'ai fait un bon vieux roman à la mode de chez nous. Tout ce qu'il y a de plus fini. Un peu à retravailler, sans doute. Mais je ne retravaille pas. Je m'en fous. Le corriger ? M'en fout. Chercher un éditeur ? M'en fout. En écrire un autre ? M'en fout. Mais si je n'écris pas, que faire ? M'en fout. Et si je ne parviens plus jamais à écrire ? M'en fout. Et ça fait six mois que ça dure. Et je m'en fous.

Monsieur a bientôt fini son cinquième. Si là aussi je m'en fous, je consulte.

Auteur vaniteux (pléonasme) 04/01/2014 11:56

10 jours! Bravo! Clap Clap Clap Clap
Vous pondez 6000 à 8000 mots par jour soit - si vous travaillez dix heures par jour - deux page et demi à 3.5 pages par heure, je vous dit Bravo!
Vous devriez aussi être élue secrétaire de l'année au nombre de mots à la minute.

Sg Horizons 30/11/2013 15:58

Pour ma part, je m'éclate dans la partie "écriture". Un réel plaisir surtout que j'écris pratiquement d'une seule traite en vivant l'aventure en même temps que je la tape comme une forcenée sur mon clavier qui me supplie d'arrêter. Autrement dit, c'est la fête.
Lorsque j'arrive au bout, entendons-nous bien, à la fin de la série des tomes qui clôture définitivement l'histoire et bien, je me dis deux choses : " Ben merde ! Comment ai-je fait pour en arriver là ? ( oui, je suis souvent aussi surprise de la tournure de l'histoire que les lecteurs ) ". Viens ensuite : " Et merde ! Va falloir que je le corrige maintenant "
Pour résumé, je n'éprouve pas de déprime à dire adieu à des personnages que j'ai créés ( même si je ressens un petit pincement au coeur quand j'en fais mourir un ! Oui, dame cruelle que je suis), mais plutôt un gros emmerdement quant à la partie qui m'attend.
Il est juste de dire que l'écriture de l'histoire n'est rien comparé au temps que l'on passe pour la corriger. ( pour info, je mets une dizaine de jours à écrire un livre à hauteur de plusieurs heures acharnées par jour) et pas moins de plusieurs mois pour la correction.
Cherchez l'erreur.
Bon, je vous avoue que j'éprouverais le même malaise que vous si je n'entamais pas direct l'écriture d'un nouveau livre. Comment voulez-vous que je déprime quand je me lance dans une nouvelle aventure en pénétrant dans un monde nouveau et imaginaire ?

Sg

Matthieu 28/11/2013 13:36

De mon côté, je suis un tout nouveau écrivain, même si je n'ai jamais été édité pour l'instant. La roue tournera :)
Quand j'ai terminé l'écriture de mon premier bouquin, ça a été une grande satisfaction, pas du tout une déprime. J'adore le process d'écriture mais je savoure aussi les derniers mots que j'écris pour clôturer un tome. Bon, j'en ai écris qu'un (un livre de fantasy), donc je sais pas si je réagirais de la même manière pour la suite.
Maintenant, en plus de l'écriture du prochain roman, je tiens un blog en rapport avec mon univers, ça permet de toujours avoir quelque chose à écrire, et ça je trouve ça vachement bien pour le rythme d'écriture. je sais pas si je me suis bien fais comprendre, si c'est pas le cas, et bah Merde!

Anna 20/11/2013 08:53

Salut à tous, cet article m'a fait penser à un texte de Marie-Aude Murail que j'ai lu il y a quelques temps (donc excusez l'inexactitude de ma mémoire). Elle a tenté de tenir un journal pour répondre aux gens qui lui demandent d'où lui vient l'inspiration et elle parle de cette période entre deux romans... Elle explique par exemple qu'elle se remet à faire des trucs chez elle genre les courses ou du rangement, qu'elle se balade, qu'elle a super peur de ne plus jamais se remettre à écrire, qu'elle se nourrit énormément (livres, films, sorties, elle apprend des choses)... et que cette période prend fin quand une nouvelle idée commence à germer. J'aime beaucoup l'idée de nourrir son esprit, de l'aérer et de découvrir des choses qui ne nous intéressaient pas a priori ! :) Et pour conclure, Marie-Aude Murail dit une chose dans son journal de bord : "écrire, c'est gérer ces milliers d'heures où on n'écrit pas". A méditer ? (bac de philo à la fin de l'année ah ah !)

stoni 29/11/2013 13:33

bien sûr qu'écrire c'est gérer. tout est économique. tout.
lisez Marx, bon sang de bon soir !

Etienne 28/11/2013 00:01

Mince alors, voilà que Stoni aime une phrase qui commence par "écrire, c'est gérer". On aura tout vu. Bon, reviens-nous avec de belles mâchoires, de jolies dents et surtout des réponses plus douces quand on te laisse des commentaires super gentils. Ça valait bien la peine, tiens.

stoni 20/11/2013 13:45

en effet, bien vu cette dernière phrase !

jobi 18/11/2013 14:57

J'adore ton site, ça me remonte le moral, on est moins seul sur terre, nous les écrivains incompris édités "ou pas" ( genre Dexter). Moi aussi je fais grosse dépression quand j'ai fini un manuss, ma chérie commence à avoir l'habitude et c'est une bonne excuse pour dormir (chuis fatigué, après tout ce que j'ai donné quand même), mais en plus, je fais la buse et je claque des sous, je me fais plaisirs et à ceux que j'aime, tellement chuis persuadé d'avoir écrit le livre du siècle et que Spielgber et patati et le Monde lire et patalo. Du coup, effet déprime double-lame, juste après, surtout si j'ai eu droit à la fameuse "critique négative", genre je ne comprends pas pourquoi les gens aiment cette m..., heu ce livre ( un critique libre). Enfin voila, merci de donner de ton temps à nous livrer toutes tes pensées et aventures ( chais pas comment tu fais, tu ferais mieux d'écrire !). Bzzz apluss,

stoni 19/11/2013 13:26

bah, tu sais, en ce moment, d'un point de vue idées roman, j'ai pas grand chose en stock.
alors je peux faire le blog, tu vois...

Présentation

  • : Le blog de stoni
  • Le blog de stoni
  • : Blog d'un jeune écrivain... en direct depuis les tréfonds de la praxis. Ma vie matérialiste, ma cigarette électronique, du marxisme-léninisme et tous mes malheurs d'auteur publié.
  • Contact

Aide des auteurs

  LE MEILLEUR DES ARTICLES SUR L'EDITION ET L'ECRITURE...

 

Commencer un roman : au secours !

 

Mon roman est-il publiable ?

 

Mes romans n'intéressent personne !

 

Y'a-t-il un âge minimum pour être édité ?

 

Trop vieux pour être édité ?

 

 

Préparer son manuscrit / la lecture des manus

 

Améliorer son manuscrit

 

 

Comment avoir un bon style

 

Les méthodes et ateliers d'écritures

 

Par qui se faire relire avant d'envoyer le manuscrit ?

 

Mon avis sur les coachs et conseillers littéraires

 

L'importance d'un bon niveau de langue

 

Protéger son manuscrit

 

A qui envoyer son manuscrit (la ligne éditoriale)

 

Faut-il rappeler les éditeurs ?

 

Comprendre l'édition : 1

 

Comprendre l'édition : 2 (le comité de lecture)

 

Premiers contacts avec l'édition

 

Arnaques : édition numériquel'Harmattan Léo Scheer et les Nouveaux Auteurs

 

Des noms de bons éditeurs ?

 

Le contrat d'édition

 

Comment repérer un mauvais éditeur avant de signer

 

L'importance de la distribution / diffusion


Combien gagne un écrivain ?

 

Négocier son à-valoir

 


Négocier les corrections demandées par l'éditeur

 

 

La dure réalité du monde de l'édition

 

Faire éditer des nouvelles

 

La promotion du roman : critiques et publicité

 

Je suis à la Fnac, et alors ?


Je suis passé sur France Culture, et alors ?


Les critiques négatives, que faire ?

 

 

 

 

Et bien sûr tous les articles sur ma vie d'écrivain au jour le jour.


 

 

 

POUR M'ECRIRE C'EST ICI SVP

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Contacter le Stoni 1983

Flux RSS

http://stoni1983.over-blog.com/rss